mercredi 23 octobre 2019 14:22:45

Secoués par des frondes internes : Les partis de L’Alliance présidentielle dans la tourmente

FLN : l’instance dirigeante décriée

PUBLIE LE : 15-04-2019 | 23:00
D.R

Quand la société investit massivement et de manière ininterrompue la rue pour réclamer un changement radical du système, l’effet sur les partis politiques au pouvoir est incontournable. Rien d’étonnant, de ce fait, de voir des formations politiques qui formaient, dans un passé récent, l’alliance présidentielle en proie à des remous internes, à des turbulences répétitives et leur direction   de plus en plus contestée.

Les hostilités sont ainsi ouvertes entre des militants de la base et les leaders de ces partis par voie de communiqués, comme c’est le cas au RND qui s’est illustré par une bataille interne plaçant son SG, Ahmed Ouyahia, dans le viseur. Cela s’est traduit, entre autres, par la sortie tonitruante de Seddik Chihab, qui en sa qualité de responsable du bureau d’Alger et de porte-parole du parti, a revendiqué en début de mois la démission d’Ouyahia de son poste de SG. Largement médiatisée, une telle requête venant de la part de celui qui était jusque-là le bras droit d’Ahmed Ouyahia a abasourdi l’opinion, et ce, contrairement à la réplique du SG du RND qui a décidé non seulement de mettre fin aux fonctions de Seddik Chihab, en tant que porte-parole du parti et de secrétaire du bureau d’Alger mais aussi de geler ses activités au niveau du bureau national. Il est reproché à Seddik Chihab des «agissements insurrectionnels au niveau des structures du parti dans la wilaya d’Alger» et des «déclarations contraires aux positions politiques du RND». Toutefois, le désormais ex-porte-parole de cette formation n’est pas le seul à être remonté contre le SG du RND. Il y a aussi Belkacem Mellah, adversaire endurci d’Ouyahia, qui depuis le début de la déferlante populaire exigeant le départ de tous les symboles du régime fait des mains et des pieds, multiplie les sorties pour réclamer, lui aussi, le départ du SG. Par voie de presse, Mellah s’est dit même disposé à s’allier avec Chihab pour parvenir à son objectif. Mettant l’accent sur un mouvement de contestation qui prend de l’ampleur, selon lui, au sein du RND, Mellah et ses partisans exigent la tenue d’un congrès pour, dit-il, «reconstruire le parti». Ses vœux ne seront toutefois pas faciles à exaucer, sachant qu’il a affaire à un SG très au fait de la moindre action à son encontre par les militants du RND. Mieux, la direction de ce parti a fait en sorte d’anticiper la fronde qui devait s’affirmer ostensiblement au lendemain de la démission d’Ahmed Ouyahia du poste de Premier ministre. En atteste d’ailleurs le communiqué du RND du 4 mars dans lequel les secrétaires des bureaux de wilaya ont apporté leur soutien absolu et indéfectible à leur secrétaire général. Dans un autre communiqué publié dimanche dernier, la direction du RND a affirmé que «le groupe qui prétend tenir un congrès extraordinaire est composé en majorité de personnes ne jouissant pas de la qualité de membre du conseil national et sont connues auprès des militants du parti et de l’opinion publique pour avoir tenté vainement à plusieurs reprises d’entreprendre des mouvements de redressement à l’intérieur du parti».
 
FLN : l’instance dirigeante décriée

     Sous la conduite de Mouad Bouchareb, l’instance dirigeante du FLN est, elle aussi, confrontée à un mouvement de contestation par des membres du Comité central du parti. A relever aussi que depuis la mise en place de cette instance, les autres structures de la direction de cette formation sont gelées dans la perspective d’un congrès extraordinaire dont l’échéance n’est toujours pas fixée. A ce propos, des membres du comité central ont, pour rappel, initié mardi dernier un sit-in devant le siège national du parti pour réclamer la tenue, dans les plus brefs délais, d’une session extraordinaire du CC pour l’élection du secrétaire général du parti, poste demeuré vacant depuis la démission, il y a six mois, de Djamel Ould Abbès. Comme le RND, le FLN est lui aussi au creux de la vague et sa situation au plan interne risque de se compliquer au fur et à mesure de l’évolution du contexte politique actuel. Il ne faudrait pas perdre de vue en effet que Mouad Bouchareb figure parmi les symboles du régime dont le peuple exige le départ. Sur un autre volet, il se trouve que même les «ténors» du parti approchés par Bouchareb dans le but d’instaurer une parfaite cohésion du parti ne semblent plus accorder d’intérêt a une telle démarche. Pis, le maintien de l’instance dirigeante serait en violation des statuts du parti et de son règlement intérieur. En effet, l’article 36 de ces statuts stipule qu’en cas de vacance du poste de secrétaire général, le membre le plus âgé du bureau politique dirige le parti en attendant la réunion du CC qui doit intervenir obligatoirement dans les 30 jours qui suivent l’état de vacance pour élire un nouveau secrétaire général. Or la réalité est tout autre au sein de la direction actuelle du FLN. Pour rétablir la situation, des militants contestataires membres du CC ont introduit une action devant le Conseil d’Etat concernant le poste de secrétaire général. «Nous sommes dans l’attente de sa décision du Conseil d’Etat qui doit être appliquée à tout un chacun» a soutenu le porte- parole du parti, Hocine Khaldoun, cité par l’APS.

TAJ : la démission de la direction exigée

     Tajamoue Amel El Djazair (TAJ), autre membre de l’Alliance présidentielle, n’échappe pas non plus aux vents de la dissidence et des démissions en cascade. L’on peut citer dans ce cadre le départ du chargé de communication du parti, Nabil Yahyaoui, il y  a quelques jours de cela. Sur un autre volet, et dans un communiqué rendu public le 5 avril, le «groupe pour le salut de TAJ», réunissant des cadres et des élus du parti qui affichent leur soutien au mouvement populaire, appellent à la démission de la direction actuelle «qui a perdu toute crédibilité et à la tenue d’un congrès extraordinaire pour permettre à la base militante d’élire une nouvelle direction».
 Karim Aoudia

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions