dimanche 18 aot 2019 08:37:34

NOUVELLES DE MASCARA

Le wali de Mascara a effectué une visite d’inspection au niveau des projets complément du MAO qui sont toujours en cours de réalisation. Il a commencé à partir de «Sidi Abdelkader Bendjebbar» où il a inspecté le projet AEP de la commune de Mascara, il s’agit de deux châteaux de 15.000 m3 chacun qui accuse un retard considérable par rapport au projet initial (MAO).

PUBLIE LE : 12-04-2019 | 23:00
D.R

LE WALI SUR LES CHANTIERS

Le wali de Mascara a effectué une visite d’inspection au niveau des projets complément du MAO qui sont toujours en cours de réalisation. Il a commencé à partir de «Sidi Abdelkader Bendjebbar» où il a inspecté le projet AEP de la commune de Mascara, il s’agit de deux châteaux de 15.000 m3 chacun qui accuse un retard considérable par rapport au projet initial (MAO). 
 
Le retard est imputé par les responsables de l’entreprise au manque de fer et de ciment. Le lot n°1 doit alimenter trois communes en eau de dessalement Ras Ain Amirouche et Sig soit une population de 183.000 habitants, ce projet a coûté la coquette somme de 2.105,699 millions de DA,  le taux d’avancement  des travaux est de 83% celui de la situation financière est de 64%. Le lot n°3 s’élève à 5.113,366 millions de DA au niveau de la commune de Mascara, il concerne une population de 204.000 habitants, le taux d’avancement des travaux est de 80%, le taux financier 80%. 
     Selon le chef de l’entreprise, la première cuvette sera livrée au mois de juillet 2019 et la seconde cuvette en novembre 2019 ; le lot comprend 4 stations de pompage, 2 réservoirs et une conduite en acier. Le directeur de la DRE reproche à l’entreprise sa défaillance puisque tous les produits nécessaires au béton sont disponibles sur le marché national, le chef de l’entreprise parle également de la trésorerie. Le chef de l’entreprise Hydro Aménagement s’est engagé à rattraper le retard puisque les conditions sont favorables, un planning devait être établi pour permettre de voir l’avancement.
Le directeur de l’ADE a de son côté posé le problème de la télégestion du réseau d’alimentation à partir du MAO, la gestion se fait actuellement  manuellement ce qui cause des usures de certains appareils. 
Le wali s’est rendu ensuite au projet de renforcement AEP des localités d’Ain Farès, El Bordj et Khalouia installé dans la localité du village Nordine dans la daïra d’Ain Farès en aval du MAO dans le cadre du programme d’urgence pour apaiser la pression sur Tighennif, qui alimente actuellement Khalouia et El Bordj. Le taux d’avancement des travaux est de 75% sur les 3 stations, Tighennif récupéra le quota attribué a El Bordj et Khalouia et bénéficie du débit des 2 fourrages qui sont en cours de réalisation. 
     Ensuite, le wali s’est rendu au niveau de Mohammadia pour inspecter le  projet de la station d’épuration du douar Benchenine, ce projet qui a connu une multitude de  contraintes dont le plus important la faillite de la société espagnole. Pour la remplacer, il a fallu deux ans ; l’importante enveloppe de 1.436,143 millions de DA a perdu de sa valeur monétaire durant toute la période du projet, les travaux de maçonnerie et de béton sont achevés. 
 
pénétranteMascara - Ras El Ain par Sig 
 inauguration prochaine
 
Le wali s’est ensuite rendu sur les chantiers des 1.500 logements situés à proximité de l’Ecole de police. Une situation bien détaillée lui a été présentée par les entreprises chargées de la réalisation, certains d’entre ses chefs d’entreprise ont présenté des arguments pour justifiés les retards enregistrés au niveau du site. Le wali a été ferme dans ses instructions pour instruire aux entreprises d’accélérer la cadence des travaux. 
Ensuite, il a inspecté le projet de la construction d’une sûreté, un projet intégré. Le wali s’est ensuite rendu dans les chantiers des 860 logements publics locatifs situés dans le quartier dit Sidi Abdeldjebar, là aussi les chefs d’entreprise ont été appelés à respecter le planning pour lequel ils se sont engagés.
Au niveau du projet des 688 logements locatifs publics à la cité Medjeber, dont les travaux tirent a leur fin, le wali a insisté sur l’aménagement extérieur et l’entretien de l’environnement dans la cité, ensuite la cité des 170/650 Logements publics locatifs, la visite des 1.000 logements à Medjeber avant de se rendre au niveau du lycée des 1.000 places pédagogiques, un projet intégré que le wali veut qu’il soit prêt pour la rentrée scolaire prochaine, de même que le collège. Le wali a achevé sa visite d’inspection au niveau du projet intégré portant une sûreté urbaine.  
Par ailleurs le projet de la pénétrante autoroutière qui devait relier Mascara à Ras Ain Amirouche par Sig, a fait l’objet lui aussi, d’une visite d’inspection pour constater de visu l’avancement des travaux de ce projet qui accuse un retard par rapport à l’échéance prévisionnelle. 
En effet, la route au niveau de l’évitement de Sig est achevée à 91%, les œuvres d’arts le sont à 99%, le taux global d’avancement est de 96%. Au niveau du lot n°1, la route est achevée à 65%, les œuvres d’arts le sont à 81%, le taux global d’avancement est de 69%, ce lot va de Hacine à Ras Aïn Amirouche.   
Pour justifier leur retard, les entreprises réclament leur situation financière qui accuse un retard de paiement selon leurs dires. 
Le montant global du marché est de 15,753 milliards de DA, la situation arrêtée à fin février est de 11,180 milliards de DA soit 70,79% du montant global. 
La situation payée est 9,782 milliards de DA soit 87,50%. Le wali déclare qu’il n’y a pas de problème technique, mais il y a un manque de coordination entre les entreprises, les finances ne sont pas un obstacle pour les travaux avancement. 
Le secrétaire général du ministère des Travaux publics a durant sa visite, il y a quelques semaines, mis les entreprises en confiance en leur promettant une régularisation, c’est l’Administration qui présente une lourdeur au niveau de l’exécution, les payements vont suivre, donc au niveau de l’évaluation il n’y a pas d’obstacles et c’est lors de la visite de mercredi prochain que sera fixée la date d’inauguration.
                                         
 EXPOSITION D’ART TRADITIONNEL 
ET CULINAIRE DU PRINTEMPS
 
L’Office  du Tourisme avec la collaboration de la Direction du Tourisme de la wilaya ont organisé une exposition d’art traditionnel et culinaire sur la place Émir Abdelkader, une exposition qui a connu une bonne participation d’association venant de plusieurs wilayas, où des artistes sont venus montrer leurs œuvres qui se distinguent par leur savoir-faire, des œuvres consacrés à la décoration, certains sont même ‘‘revenus’’ en arrière pour s’inspirer des anciens arts en particulier au niveau des artistes du bronze. Cette exposition a même permis aux citoyens un petit voyage dans le temps, les nostalgiques en savent quelque chose sur les civilisations africaines, arabes, berbères et même orientales, l’initiative est a encouragée pour les prochaines années. 
La Direction du Tourisme a d’autre part, programmé une autre exposition de vente de l’art traditionnel au niveau de la ville thermale de Bouhanifia pendant les vacances de printemps.
 
La police  clôture 
sa campagne de don du sang
 
 Les services de la Sûreté de wilaya de Mascara ont clôturé le jeudi 28 mars 2019 leur campagne de don du sang au sein des services de police qui s’est étalée sur trois jours, en collaboration avec les services de Transfusion Sanguine relevant de l’Etablissement Public Hospitalier. En effet, les services de la Sûreté de wilaya de Mascara  avaient entamé leur campagne de solidarité,  au niveau de l’Hôtel de Police, elle a eu lieu aussi au niveau des quinze sûretés de daïras en collaboration avec les services hospitaliers à l’effet de réunir le plus grand nombre de poches de sang des différents groupes sanguins afin d’approvisionner les hôpitaux de cette substance vitale, et contribuer à sauver des vies, et d’autre part démontrer l’aspect humanitaire des missions des forces de police qui se sont déployées massivement pour donner leur sang, en application du verset coranique : «Quiconque sauve la vie d'un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l'humanité tout entière».  L’opération a connu la participation de 232 policiers donneurs et a permis de collecter 84 poches de sang susceptible d’enrichir la banque de sang des services hospitaliers. Le chef de la cellule de communication et des relations publiques indique que le programme de ces campagnes s’étendra durant toute l’année 2019, selon le programme établi par la DGSN, à l’image de l’année 2018 durant laquelle la Sûreté de wilaya avait organisé des campagnes similaires qui ont connu une forte participation des forces de police, conscientes de l’importance de telles opérations de solidarité dans la préservation des vies des citoyens. 
 
JOURNÉE DE SENSIBILISATION  AU PROFIT DE LA FEMME ENTREPRENEURE 
 
La Chambre du Commerce et de l’Industrie de la wilaya de Mascara a organisé une journée de sensibilisation et d’orientation à l’intention des femmes entrepreneure au niveau du Grand Hôtel de Bouhanifia. A cette journée ont participé plusieurs institutions d’accompagnement et partenaires incontournables comme la BADR, l’ANDI, l’ANSEJ, la CNAC, la CASNOS, l’Association des consommateurs, et des élus. Les intervenants ont accès leurs sujets sur les contraintes vécues par certaines  femmes entrepreneurs. Certaines de ces dernières qui ont pris la parole ont exposé les problèmes vécus pour enfin arriver à mettre leur entreprise sur pied, elles ont dit tout haut et ce qui se dit tout bas et demeure à leur yeux un tabou. Même si les mentalités tendent à évoluer, l’entrepreneuriat féminin continue à rencontrer un manque de confiance. On pourra également remarqué que les dirigeantes féminines sont moins nombreuses que les dirigeants masculins, cela est dû soit à un manque de confiance en soi, ou à la crainte de la société. La femme algérienne et toujours sous le règne de famille conservatrice, c’est pourquoi la femme continue à favoriser les secteurs dit traditionnels ; heureusement que certaines ont osé briser le tabou pour entrer dans des  métiers jugés plus masculins, comme l’agriculture, le bâtiment ou l’industrie. Il est vrai qu’obtenir un soutien pour lancer son entreprise et encore moins facile quand il s’agit d’une femme, donc en matière d’entrepreneuriat féminin, les difficultés rencontrées ne se limitent pas au manque de confiance en soi, il y a aussi le difficile accès au financement qui demeure un vrai problème. Les entrepreneures se voient opposer un refus près de deux fois plus que les hommes, dans la mesure où souvent elles désirent emprunter que de petites sommes, elles sont réorientées vers les organismes de microcrédits, or que ces derniers exigent des garanties. La femme a recours à l’appui de ses parents ou son conjoint qui doivent la soutenir financièrement et moralement. La femme demeure qu’on le veille ou pas un partenaire indispensable dans l’économie nationale qui se développe grâce à la petite entreprise. 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions