mardi 25 juin 2019 05:56:34

Maladie de Parkinson : Un problème de santé aux conséquences sociales

Demain, c’est la journée mondiale de la maladie de parkinson. Selon l’OMS, cette pathologie neuro-dégénérative, appelée aussi «paralysie agitante», touche près de 7 millions de personnes dans le monde.

PUBLIE LE : 10-04-2019 | 0:00
D.R

Demain, c’est la journée mondiale de la maladie de parkinson. Selon l’OMS, cette pathologie neuro-dégénérative, appelée aussi «paralysie agitante», touche près  de 7 millions de personnes dans le monde.

Elle vient en deuxième position, en termes de prévalence, après l’Alzheimer. Cette dernière, estiment les spécialistes, aurait comme principales origines des facteurs génétiques et environnementaux qui accélèrent la dégénérescence des neurones. Elle touche essentiellement le troisième âge. En fait, la tendance au vieillissement de la population augmente sensiblement le nombre des personnes affectées par ce problème de santé très handicapant, notamment pour les sujets âgés.
En Algérie, on parle de 700.000 malades lesquels subissent, en plus des symptômes de la pathologie, des conséquences sociales dramatiques d’autant plus qu’ils deviennent une charge pour leur famille qui conduit à leur placement, très souvent, dans les centres de vieillesse, ce qui entraîne pour ces personnes une blessure sociale qui s’ajoute à leur problème de santé.
Il faut signaler que dans le cadre de la prise en charge de la maladie de parkinson, une unité a été créée au sein de l’Etablissement hospitalo-universitaire d’Oran. Il s’agit à travers ce service d’améliorer la qualité de l’acte de soin à l’endroit de cette population.
Cette même unité, ouverte au niveau du service spécialisé en neurologie, a pour mission première de s’occuper des questions relatives à la pré-admission des malades dans le cadre d’un suivi thérapeutique à même d’optimiser la prise en charge de cette pathologie.
En 2018, il y a lieu de rappeler que 80 nouveaux cas avaient été admis au centre en question qui compte parmi l’équipe un kinésithérapeute chargé de la souplesse des membres, d’entretenir le tonus musculaire ainsi que l’équilibre à la marche. La plupart de ces derniers sont des femmes. Aujourd’hui, les traitements ne prennent, à vrai dire, que l’aspect lié aux symptômes et leur diminution, à condition de ne pas négliger le recours, en parallèle, à la rééducation. A l’heure actuelle, seule «l’humanisation de cette maladie est à même de réduire la souffrance de cette catégorie de la société délaissée par les plus proches.
En attendant, les centres de la solidarité restent le seul et unique refuge de beaucoup de malades qui portent, à la fois, le poids des années et celui de la maladie, de surcroît.
Samia D.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions