samedi 24 aot 2019 12:39:24

Nouvelles de Constantine, Le secteur de l’habitat en plein essor : 2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet

Elles ont fait l’objet d’une opération de modernisation : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique

PUBLIE LE : 17-03-2019 | 23:00
D.R
Le secteur de l’habitat en plein essor 
2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet
 
Le wali de Constantine, Abdessamie Saïdoun, a affirmé, mercredi, sur les ondes de la radio régionale, que les 2.150 unités du programme AADL-2, sises à l’extension Ouest de la nouvelle ville Ali-Mendjeli, seront livrées le 5 juillet prochain, à l’occasion de la célébration de la fête
 de l’indépendance et de la jeunesse.
 
Le responsable a précisé que les travaux d’aménagement extérieur progressent, en dépit des difficultés rencontrées, à une cadence appréciable, avançant que l’installation des réseaux secondaires était achevée et que tous les bâtiments se trouvent actuellement raccordés au réseau d’assainissement, ainsi qu’à ceux des énergies électrique et gazière. M. Saïdoun a ajouté, à propos du site en question, que la nature rocheuse de celui-ci a retardé l’évolution du chantier et contraint les entreprises de réalisation à mettre en œuvre d’énormes moyens techniques, notamment pour le creusement et la pose des canalisations d’alimentation en eau potable et d’assainissement. Il convient de rappeler, dans ce contexte, que dans le cadre de la formule AADL2, 16.150 logements sont en cours de réalisation au niveau de 3 sites : 8.150 unités à la nouvelle ville Ali-Mendjeli, 6.000 unités dans la localité de Retba (commune de Didouche-Mourad), et 2.000 unités au lieu-dit El Mouzina, à l’entrée de ville du Khroub. Les travaux d’intérieur de 3.000 unités de Retba, soit 50% du programme, ont été achevés et leur livraison est prévue pour la fin de l’année. De son côté, le chantier d’El Mouzina, bien que le démarrage des travaux n’a pu se faire qu’en août 2017, connaît une cadence acceptable. Lors de son intervention, le premier magistrat de la wilaya est également revenu sur les opérations de distribution planifiées pour les mois à venir, lesquelles concernent 4.254 unités de différentes formules. En ce qui a trait au logement social, il s’agit de 1.700 unités sises au pôle urbain Massinissa, dont une partie sera allouée aux citoyens du Khroub, lesquels seront également concernés par une autre tranche de 408 logements situés dans l’autre pôle urbain de la commune, Aïn Nahas, et qui sera livré d’ici fin juin, et l’autre partie à ceux de Constantine dont le nom figure sur la liste publiée en mai passé, en attendant que ceux restants soient relogés au niveau du même site, à la faveur de la distribution de 384 autres unités. Du côté du projet des 1.800 logements de Massinissa, le wali a indiqué que 1.200 unités étaient déjà prêtes, mais que leur distribution a été ajournée de deux mois en raison des travaux de réalisation de bâches de stockage d’eau souterraines, et ce afin de desservir les immeubles situés dans la partie haute du groupement résidentiel. Enfin, 1.150 unités vont être affectées à leurs bénéficiaires à Bekira (commune de Didouche-Mourad), en plus de 700 autres de l’entreprise Promo-Dar, en cours de finition. M. Saïdoun n’a pas manqué, à la fin de son intervention, de rappeler que ces réalisations d’envergure n’auraient pas été possibles sans l’argent injecté dernièrement par les pouvoirs publics dans les caisses de la wilaya, ainsi que le suivi soutenu sur le terrain des différents chantiers par les membres de l’exécutif. Depuis juillet 2017, 17.800 logements, dont 9.000 destinés aux catégories sociales défavorisées, ont été distribués sur l’ensemble du territoire de la wilaya. 

Ressources hydriques
De l’eau 24h/24 pour les Constantinois dès 2020
 
Le directeur des Ressources en eau de la wilaya de Constantine, Nadjib Bekhouche, a affirmé qu’à l’horizon 2020, tous les habitants pourront disposer de l’eau potable 24 h/24, et ce à l’image d’Alger et Oran : «Avant, seuls 20% des familles constantinoises bénéficiaient de l’eau quotidiennement, à raison de 10 heures par jour, les 80% restant n’en profitaient qu’une fois tous les deux jours, voire plus. Actuellement, ce sont 75% des habitants de la wilaya qui sont alimentés en eau potable 24h/24, 15% qui en disposent quelques heures par jour, et 10% chaque deux jours ou trois, notamment au niveau des communes situées dans le nord de la wilaya. Dans un premier temps, nous tablons sur une distribution quotidienne d’eau pour tous les habitants, dont 90% auront de l’eau 24h/24 d’ici la fin de l’année. Pour les 10% restants, un programme d’urgence doté d’un budget de 30 milliards de centimes a été lancé par les autorités publiques en 2018, ainsi qu’une opération complémentaire, à laquelle a été allouée une enveloppe de 50 milliards de centimes, cette année. Nous disposerons, en outre, d’une troisième tranche budgétaire afin de réaliser cet objectif», a indiqué le responsable qui a également mentionné une autre opération, d’un coût de 1.000 milliards de centimes, destinée à renforcer et à sécuriser le réseau d’alimentation en eau potable au niveau de la wilaya. Par ailleurs, le DRE a tenu à rassurer les nombreux citoyens concernés par le relogement à la nouvelle ville Ali-Mendjeli, ainsi qu’aux pôles urbains de Massinissa, Aïn Nahas (Khroub) et Retba (Didouche-Mourad), sur la disponibilité de l’alimentation en eau dans les cités récemment construites : «Lors de la dernière visite du ministre des Ressources en eau, il a été décidé que l’approvisionnement de ces habitations se fasse à partir de la station de Sidi Khelifa, située dans la wilaya voisine de Mila, à raison de 15.000 m3/jour, et ce en attendant la fin des travaux du projet d’extension de ladite station».

Résidence Cirta de Zouaghi
Reprise prochaine des travaux du chantier
 
Est-ce la fin du calvaire pour les souscripteurs de la promotion immobilière « Résidence Cirta », sise à la cité Zouaghi Slimane ? Après onze ans d’attente, ponctués par la livraison en 2015 d’une trentaine d’appartements sur les 66 prévus, les responsables du projet, à savoir l’agence foncière de wilaya et l’Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI), ont enfin accordé leurs violons pour mettre un terme à une situation ubuesque, en ce sens que des citoyens sont encore en attente de leurs logements, payés pourtant rubis sur l’ongle, depuis 2008, date du lancement du projet.
Jeudi dernier, les ordres de service (ODS) ont enfin été signés par le maître d’œuvre, en l’occurrence l’agence foncière, et ce trois mois après la désignation des nouvelles entreprises devant terminer les travaux, ce qui augure d’une reprise prochaine, que les bénéficiaires espèrent imminente, du chantier. Il convient de signaler que ces derniers, lesquels se sont regroupés en association afin de faire valoir leurs droits, se sont rendus au siège de l’agence en février passé afin de protester contre la lenteur des procédures entamées par les deux entités en charge du projet fin 2017, après la visite opérée sur site par le wali Abdessamie Saïdoun, lequel les avait sommés de livrer les appartements au printemps de l’année suivante. Dix-sept mois après, les choses sur le terrain en sont restées au même point. Outre la remise des logements et des locaux commerciaux, les habitants ont également réclamé l’aménagement de leur cité, à savoir la réalisation d’une aire de jeu pour les enfants, d’espaces verts, de parkings, ainsi que la sécurisation des lieux et l’engagement de gardiens. Pour rappel, la durée initiale des travaux de la Résidence Cirta ne devait pas dépasser les 24 mois. Ce projet comprend 66 appartements, dont 16 de type duplex, de même que 40 locaux commerciaux. À la suite de l’arrêt du chantier en 2012, la maîtrise d’ouvrage a été transférée à l’ENPI, ce qui a permis une livraison de la première tranche de 30 logements en juillet 2015. Depuis, le site a été totalement abandonné, et les trois bâtiments inachevés se sont transformés au fil des jours en repaire de délinquants, de SDF et même de migrants subsahariens, ce qui fait planer des menaces tangibles sur la sécurité des habitants et donne une image déplorable d’une résidence promise à être, au moment du lancement du projet, de haut standing.

Criminalité
Trois trafiquants de drogue arrêtés
 
Dans le cadre de leur mission d’assurer la protection des personnes et des biens, les services de la sûreté de la wilaya de Constantine ont procédé, la semaine passée, à l’arrestation de trois individus impliqués dans des affaires de commercialisation illicite de produits stupéfiants. La première opération a été menée par les éléments de la 1re sûreté urbaine de Constantine, lors d’une patrouille routinière au centre-ville. Attirés par l’attitude suspecte d’un individu âgé de 24 ans, ces derniers l’ont soumis à une fouille corporelle qui a permis de mettre la main sur 3 plaquettes de kif prêtes à être revendues, ainsi qu’un cutter que le malfaiteur utilisait dans le découpage et la préparation de sa funeste marchandise. À la fin des procédures d’usage, le mis en cause a été présenté devant le procureur de la République du tribunal de Ziadia. Dans la seconde affaire, ce sont deux individus âgés de 20 à 30 ans qui ont été appréhendés dans un quartier de la commune du chef-lieu, en possession de 45 capsules de tramadol 50 mg, ainsi que d’une somme d’argent résultant du trafic auquel ils se livraient. Les prévenus ont été présentés devant le procureur de la République territorialement compétent.
Elles ont fait l’objet d’une opération de modernisation   
Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique
 
Les travaux de consolidation des trois  stations du téléphérique de Constantine, à l’arrêt depuis le 2 avril 2018, ont été parachevés, a indiqué samedi le Directeur général adjoint de  l’entreprise de transport algérien par câbles (ETAC), Larbi Boumediene. 
Lancée depuis deux mois, l’opération qui s’inscrit dans le cadre du programme de modernisation globale du téléphérique de cette ville a concerné les trois stations Tatach Belkacem, le CHU Benbadis et la cité  Emir-Abdelkader, a précisé à l’APS le même responsable. 
L’opération, dont l’étude technique a été réalisée par un bureau algérien et exécutée par l’ETAC, a nécessité «une planification préalable minutieuse pour tenir compte de la sécurité des travailleurs et des usagers des routes se trouvant en contrebas car les travaux sont effectués à plus de 700 mètres de haut par endroit», a ajouté M. Boumediene. Le projet de modernisation globale du téléphérique, projeté en 16 mois dont  lÆétude a été menée par un bureau technique français, portera sur des modifications à 90% du système d’exploitation automatique, a-t-il ajouté assurant que les travaux de maintenance et de réhabilitation se déroulent à un rythme «excellent». 
Depuis son entrée en activité, le téléphérique de Constantine s’est affirmé comme un moyen de transport majeur des habitants de la cité du Vieux rocher du  centre-ville à la cité Emir Abdelkader en passant par le CHU Benbadis. 
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions