lundi 18 mars 2019 21:38:37

Sahara Occidental

Washington : le statut final « reste à déterminer »

PUBLIE LE : 16-03-2019 | 0:00
D.R
Le département d’Etat américain à de nouveau réaffirmé que le statut du Sahara Occidental reste à déterminer, rejetant, sans ambages, la prétendue souveraineté du Maroc sur ce territoire non autonome de l’ONU. Cette affirmation a été réitérée mercredi dernier à Washington par l’ambassadeur, Michael Kozak, haut responsable du bureau chargé de la démocratie, des droits de l’homme et du travail au département d’Etat, à l’occasion d’un briefing sur la situation des droits de l’homme dans le monde. L’ambassadeur Kozak a expliqué que le département d’Etat consacrait chaque année un rapport au Sahara Occidental séparé de celui du Maroc car il s’agit bien d’un territoire dont le statut final reste à déterminer. Pour «le Sahara Occidental il y a un rapport distinct car son statut demeure encore indéterminé», a-t-il déclaré lors de ce briefing. C’est par souci de précision que le département d’Etat procède à cette séparation, a-t-il dit en substance, évoquant par la même occasion le cas de Hong-Kong, dont «la situation est différente de celle de la Chine». Le diplomate américain a indiqué que les rapports sur les droits de l’homme produits par le département d’Etat sont exigés par le Congrès pour être mieux informé sur ces pays et territoires lorsque le gouvernement américain est appelé à prendre des décisions les concernant, que ce soit en matière d’assistance ou de commerce. «C’est la raison pour laquelle nous préparons ces rapports car le Congrès demande à connaitre à qui nous avons affaire», a expliqué l’ambassadeur Kozak. Il a précisé que les éléments contenus dans ces rapports servent de base aux responsables de l’administration américaine pour concevoir leurs politiques sur un pays donné en toute connaissance de cause. «J’ai eu à travailler sous les ordres d’un ancien président, et chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un, il intégrait le résumé du rapport sur les droits de l'homme dans ses documents de briefing «, a-t-il dit. Ce n’est pas la première fois que le département d’Etat intervienne pour se démarquer des revendications fallacieuses du Maroc sur les territoires sahraouis occupés. La dernière liste des dépendances et territoires à souveraineté spéciale, établie par le département d’Etat, a confirmé que l’administration américaine ne reconnaissait pas la prétendue «souveraineté» du Maroc sur le Sahara occidental. Le Département d’Etat qui a introduit, fin 2016, quelques changements à cette liste a maintenu sa position sur le territoire sahraoui, soulignant que sa souveraineté «reste à déterminer». Dans les précisions apportées par le bureau du renseignement et de la recherche relevant du département d’Etat, l’administration américaine a réaffirmé également qu’elle ne reconnaissait «aucune puissance administrante» dans ce territoire ce qui constitue un désaveu cinglant à la thèse «de la marocanité du Sahara occidental» que Rabat veut imposer de force.
 
Conférence sur la question sahraouie à Pretoria
 
Les derniers développements de la question sahraouie ont été au centre d'une conférence, organisée jeudi soir, par l'Institut pour un dialogue mondial, en coordination avec l'université d'Afrique du Sud, l'Organisation de développement de l'Afrique australe de solidarité avec le Sahara occidental et de soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance et à l'autodétermination, et l'association Sandblast. 
Lors de cette conférence, l'accent a été mis sur l'intensification des efforts, le renforcement du rôle et de la solidarité de l'Afrique australe avec l'Afrique du Nord, tout en œuvrant à l'accélération du processus de décolonisation dans les territoires occupés de la République arabe sahraouie démocratique. 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions