mercredi 20 mars 2019 08:15:39

Sous-traitance industrielle : Renforcer l'intégration nationale

«La bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP) et des groupes industriels publics ont signé en 2018, pas moins de cinq conventions, pour faciliter l'accès des PME aux marchés de ces donneurs d'ordres», a indiqué jeudi dernier le secrétaire général de la BASTP, Ramdane Toukal.

PUBLIE LE : 16-03-2019 | 0:00
D.R

«La bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP) et des groupes industriels publics ont signé en 2018, pas moins de cinq conventions, pour faciliter l'accès des PME aux marchés de ces donneurs d'ordres», a indiqué jeudi dernier le secrétaire général de la BASTP, Ramdane Toukal.

S’exprimant en marge de la 5e édition du Salon national inversé de la sous-traitance «SANIST-2019», il a précisé que «ces conventions-cadres ont concerné respectivement le Groupe industriel des ciments d'Algérie (Gica), le Groupe mécanique public (AGM), le Groupe Elec El Djazair, le Groupe IMETAL, ainsi que la Société nationale des véhicules industriels (SNVI)». Il a ajouté que ces conventions visent entre autres à fournir à ces donneurs d'ordres, à leur demande, des listes de sous-traitants locaux susceptibles de répondre à leurs besoins en matière de pièces détachées et autres fournitures industrielles fabriquées localement. Mettant à profit cette occasion, M. Toukal a annoncé que d'autres conventions-cadres «sont en cours d'élaboration avec respectivement les groupes Sonatrach et Sonelgaz». S’agissant par ailleurs de la 13e édition du Salon de la sous-traitance, de l’équipement automobile et les services de mobilité « Equip-Auto 2019» qui s’est clôturée jeudi dernier à Alger les participants ont exprimé à l’unanimité leur satisfaction quant aux résultats enregistrés, qualifiant à cet effet que leur bilan est «très positif» au vu de l’afflux de professionnels venus de différentes régions du pays : «Nous nous attendions à avoir moins de monde au niveau de notre stand au vu de l’actualité politique récente, mais il y a toujours un grand intérêt pour nos produits», a indiqué Kahina, représentante d’une entreprise fournissant du matériel industriel et de réparation. De son côté Riad, responsable marketing d’un groupe d’import de liquides d’entretien automobiles, a estimé que cette année le Salon a connu une fréquentation moins importante que les deux dernières éditions. Il a ajouté que cela n’a pour autant pas impacté l’intérêt croissant de cette édition 2019. «Certes, il y a eu moins de monde cette année autour du stand, mais nous avons remarqué que ceux qui viennent montrent un intérêt concret en termes de relations de partenariat et du commerce», a-t-il précisé. 
 
Encourager les formations spécialisées
 
En effet, les opérateurs économiques de la filière de la pièce de rechange automobile ont insisté sur la nécessité de mettre en place des formations spécialisées et un plus grand soutien des pouvoirs publics pour développer la production locale : «Concernant la pièce de première monte, nous ne sentons pas une politique adéquate pour atteindre cet objectif», a indiqué le directeur général d’une entreprise locale de production de pièces destinées aux services après-vente automobiles. Selon lui, il s’agit de toute une culture à mettre en place pour répondre aux exigences de cette industrie de précision et ainsi parvenir à être certifié par les assembleurs automobiles. Pour sa part un exposant qui a débuté la production locale de pièces et de liquides d’entretien depuis 2005, demande la diversification de la production et l'élargir à plusieurs familles de pièces : pour le freinage, l’électricité automobile, les filtres, les balais d’essuie-glace et les liquides d’entretien. Il a estimé qu’il ne faut pas se limiter à une certaine gamme de produits, dont la demande du marché local est d'ores et déjà satisfaite. Il a rappelé à cet effet que pour organiser l’importation des pièces de rechange et réduire l’importation de pièces de mauvaise qualité ou contrefaites les pouvoirs publics ont instauré la règle des 120% qui exige de l’importateur de déposer à la banque la totalité du prix de la marchandise importée plus les 20% de caution. 
Il y a lieu de noter que le Salon Equip-Auto 2019, a réuni plus de 500 exposants représentent différentes marques des constructeurs et équipementiers automobiles locaux et mondiaux. 
S’agissant du Salon national inversé de la sous-traitance (SANIST-2019), il a regroupé également une soixantaine d'exposants. 
M. A. Z. / APS
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions