vendredi 26 avril 2019 10:39:14

Développements politiques : Plusieurs pays se félicitent de la voie du dialogue

Paix, stabilité et prospérité

PUBLIE LE : 14-03-2019 | 0:00
Mme Maria Zakharova

Plusieurs pays ont indiqué suivre les derniers développements politiques en Algérie, après l'annonce du report de l'élection présidentielle, prévue le 18 avril 2019, par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a également décidé de ne pas briguer un nouveau mandat, se félicitant de la voie du dialogue suivie pour la normalisation de la situation et la préservation de la stabilité du pays, et soulignant que la question est «une affaire strictement interne» de l'Algérie.

Dans ce contexte, la Russie a souhaité la poursuite du règlement des problèmes que traverse l'Algérie de manière constructive, à travers le dialogue national, en focalisant sur la préservation de la stabilité. «Nous souhaitons la poursuite du règlement des problèmes que traverse le pays, de manière constructive et responsable, à travers un dialogue inclusif et en focalisant sur la préservation de la stabilité et des conditions favorables au progrès, à la faveur de réformes politiques, sociales et économiques dans l'intérêt de l'ensemble du peuple algérien», a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Mme Maria Zakharova. Mme Zakharova, qui s'exprimait dans une interview au quotidien économique russe Kommersant, a affirmé : «Nous considérons que ce qui se passe en Algérie est une affaire strictement interne d'un pays ami de la Russie.»
Des son côté, le département d’Etat américain a exprimé son soutien aux efforts menés par l’Algérie pour trouver un nouveau chemin pour l’avenir basé sur le dialogue, en disant respecter le droit «des Algériens de se rassembler et d'exprimer pacifiquement leurs points de vue». «Nous soutenons les efforts en Algérie pour trouver une nouvelle voie pour (l'avenir) basée sur un dialogue qui reflète la volonté de tous les Algériens et leurs aspirations à un avenir pacifique et prospère», a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Robert Palladino lors d'un point de presse.
M. Palladino a ajouté que son pays suit «de près les informations selon lesquelles les élections en Algérie ont été reportées et nous soutenons le droit du peuple algérien de participer à des élections libres et équitables, comme nous le faisons partout dans le monde ».

Paix, stabilité et prospérité

Par ailleurs, les décisions du président de la République ont été également saluées par la France, qui a exprimé l'espoir d'une «nouvelle dynamique» en Algérie. «Je salue la décision du Président Bouteflika qui signe une nouvelle page dans le développement de la démocratie algérienne», a déclaré le président français, Emmanuel Macron. M. Macron a salué également «la dignité avec laquelle la population, en particulier la jeunesse algérienne, a su exprimer ses espoirs, sa volonté de changement, ainsi que le professionnalisme des forces de sécurité», souhaitant que la conférence nationale, annoncée par le Président Bouteflika, puisse être organisée dans «les prochaines semaines et les prochains mois» afin, a-t-il expliqué, qu'elle débouche sur une «transition d'une durée raisonnable». Pour sa part, le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a indiqué que la France «exprime l’espoir qu’une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s’engager rapidement», réitérant l'attachement de la France «à ses liens d’amitié avec l’Algérie en formant des vœux de paix, de stabilité et de prospérité pour l’ensemble de son peuple».
De son côté, la Tunisie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, cité par l'agence TAP, a affirmé que «les affaires internes» de l’Algérie, pays voisin du grand Maghreb, «concernent les Algériens». La Tunisie «fait partie intégrante du paysage maghrébin et espère la stabilité et la réussite aux pays du voisinage», affirmant, dans le même contexte, que «les affaires internes de l’Algérie, concernent exclusivement les Algériens».

UE : « Manifester par des moyens pacifiques. »

Les libertés d’expression et de manifestation sont consacrées dans la Constitution algérienne, a soutenu, hier, Maja Kicijancic, porte-parole de l’Union européenne (UE), soulignant que ces droits doivent être exercés par des moyens pacifiques et assurés dans le respect de l’Etat de droit. Mme Kicijancic réagissait au lendemain de l'annonce du report de la présidentielle prévue le 18 avril 2019 par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et sa décision de ne pas briguer un nouveau mandat.  «Ce qu’on a dit de manière répétée est que les libertés d’expression et de manifestation sont consacrées dans la Constitution algérienne et que ces droits doivent être exercés par des moyens pacifiques et assurés dans le respect de l’Etat de droit», a indiqué Maja Kicijancic, dans une déclaration en réponse à une question sur les développements politiques en Algérie. «Nous avons également confirmé notre engagement avec l’Algérie dans la mise en œuvre des priorités du partenariat Algérie-UE, y compris la dimension liée à la gouvernance et les droits fondamentaux», a conclu Mme Kicijancic.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions