lundi 18 mars 2019 21:38:48

A l’institut Cervantès : « La femme algérienne a plus de droits que dans les autres pays de la région »

A l’occasion de la journée internationale des femmes travailleuses, l’institut Cervantès d’Alger et l’ambassade d’Espagne, en collaboration avec l’ambassade de Cuba, ont organisé, hier, une table ronde intitulée «Femmes hispanophones dans des postes à responsabilités» au siège de l’institut Cervantès.

PUBLIE LE : 13-03-2019 | 0:00
D.R

A l’occasion de la journée internationale des femmes travailleuses, l’institut Cervantès d’Alger et l’ambassade d’Espagne, en collaboration avec l’ambassade de Cuba, ont organisé, hier, une table ronde intitulée «Femmes hispanophones dans des postes à responsabilités» au siège de l’institut Cervantès. S’exprimant à cette occasion, Anna Soldevilla a souligné, à cet égard, qu’en Algérie la femme a beaucoup plus de droits que dans les autres pays arabes et africains.
Le statut de la femme est élevé. Et d’ajouter que la femme algérienne est très intelligente.
 Anna soldevilla, qui est revenue sur son parcours de femme hispanophone entreprenante, a, d’autre part, rappelé qu’à 23 ans elle était dans la gestion de sa société en Afrique où elle a travaillé dans plusieurs pays dont l’Angola, le Sénégal, le Cameroun, la Guinée Conakry et le Cameroun. De son côté, la responsable de la mission médicale cubaine en Algérie, la Dr Doris de la Sierra Perez, a mis en exergue le fait qu’elle était admirative de la femme algérienne et qu’elle a un immense respect.
Les intervenantes ont également affirmé que les femmes ont joué un rôle primordial dans la promotion des sciences évoquant, ainsi, le parcours de Marie Curie. Elles ont, notamment, indiqué que lors de la première et seconde guerre mondiale les femmes ont joué un rôle essentiel dans la programmation et le déchiffrement dans les conversations entre nations.   «Le saviez-vous ? c’est un peu grâce à la scientifique Margaret Hamilton que le software navigation a été découvert. Cette technologie est fondamentale, car elle a permis d’envoyer l’homme sur la lune», a-t-elle fait savoir.  Pour rappel, l’Etat avait procédé au «renforcement» de la législation pour «éliminer» toutes formes de discrimination et d’inégalités entre les hommes et les femmes, et à la consécration du principe de parité dans le marché du travail et dans les postes à responsabilités, en vertu de la Constitution de 2016, c’est ce qu’a déclaré, récemment, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.
Pour cette dernière, ces efforts se sont traduits, à titre illustratif, sur le taux de représentation de la femme algérienne dans le Parlement, qui a atteint les 31,8%, soit 146 femmes parlementaires sur un total de 462 députés élus lors des élections de 2012. «Ceci a permis de classer l’Algérie au premier rang des pays arabes en matière de représentation féminine au Parlement», s’est-elle félicitée.
Poursuivant, elle a mis l’accent sur la participation «efficace» et «efficiente» de la femme dans la dynamique du développement national, à travers la création de richesses, qui est, selon elle, le résultat «concret» de «l’encouragement» de l’État qui s’attelle à multiplier les mécanismes susceptibles d’assurer une «meilleure» insertion de la femme dans la sphère économique.
Sami Kaidi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions