mardi 21 mai 2019 06:45:36

Prise en charge  du cancer : Stopper l’évolution de la maladie

Chaque année, le cancer tue des milliers de personnes en Algérie et dans le monde. La maladie du siècle n’épargne personne. Bien au contraire, ses victimes se font de plus en plus nombreuses parmi toutes les couches de la population.

PUBLIE LE : 13-03-2019 | 0:00
D.R

Chaque année, le cancer tue des milliers de personnes en Algérie et dans le monde. La maladie du siècle n’épargne personne. Bien au contraire, ses victimes se font de plus en plus nombreuses parmi toutes les couches de la population.

Selon la Fondation contre le cancer, ce sont plus de 18 millions de personnes qui ont été touchées par cette pathologie, en 2018, dont près de 10 millions en sont décédés. Les prévisions de cette dernière font état d’une hausse considérable des cas et s'attendent à ce que, d'ici 2030, le nombre des cancéreux avoisinera les 26 millions nouveaux cas et 17 millions de décès, annuellemen. En Algérie, les statistiques font état d’une évolution inquiétante des différentes formes de cancer et plus particulièrement le cancer du sein, de la prostate et le cancer colorectal.
Le Pr. Bouzid affirme, dans ce sens, que «50.000 nouveaux cas sont déclarés», chaque année chez-nous. Il estime également que l’Algérie se rapproche des pays occidentaux, en termes de nombre des cancéreux. Au total, en 2018, pas moins de 480.000 personnes sont touchées par cette maladie qui prend de l’ampleur. Aussi, dans le cadre de la prévention et la prise en charge de cette pathologie, un plan national a été adopté par l’Algérie en 2015, qui s’étalera jusqu’à 2019.
Ce dernier selon les spécialistes a atteint un taux d’avancement et de réalisation de ses objectifs qui oscillent entre 70 à 75 %. Le même plan sera effectif, d’après, ces derniers toujours, à partir de 2020.
La démarche entreprise dans ce sens, va au-delà des soins administrés, au lancement des travaux de construction, fin 2018, d’une usine, en partenariat avec des Français, pour la production de médicaments anticancéreux, et ce, au niveau de la nouvelle ville de Sidi Abdellah. Cette dernière, livrée en 2021, est certainement un nouveau pas pour la prise en charge de cette maladie, classée deuxième en Algérie, en termes de mortalité, après les maladies cardiaques. Rappelons que le coût de cet investissement s’élève à 20 millions d’euros. Aujourd’hui, le mode de vie des Algériens sur le plan de l’alimentation, mais aussi la tendance à la sédentarité avec l’utilisation excessive du véhicule, dans la vie de tous les jours s’est quelque peu dégradé.
C’est un fait, on s’éloigne, de plus en plus de la nourriture saine et bio, au profit de menus maigres, dopés de calories et surtout de conservateurs et d’additifs alimentaires qui ne sont pas sans conséquence à moyen et long termes. Pour preuve, les déclarations des spécialistes qui confirment l’étroite relation entre le cancer et l’alimentation. Mieux encore, ils vont jusqu’à affirmer que 30% des cas déclarés en Algérie ont pour origine le contenu de notre assiette.
Samia D.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions