mardi 26 mars 2019 10:25:35

Intégration économique africaine : Lever les contraintes douanières

L’importance du rôle de la presse dans la promotion des opportunités d’intégration économique entre les pays africains a été mise en exergue par les participants à une conférence organisée dans le cadre de l’Assihar, qui se poursuit, hier à Tamanrasset.

PUBLIE LE : 13-03-2019 | 0:00
D.R

L’importance du rôle de la presse dans la promotion des opportunités d’intégration économique entre les pays africains  a été mise en exergue par les participants à une conférence organisée dans le cadre de l’Assihar, qui se poursuit, hier à Tamanrasset.

Salem Aggari, du centre universitaire de Tamanrasset, a abordé, dans un exposé sur «le rôle de la presse économique dans la réalisation de l’intégration économique», l’implication de la presse économique dans le développement des liens entre les pays africains et son efficacité dans le processus, avant d’évoquer les objectifs de l’intégration, dont l’uniformisation des politiques économiques, à travers notamment la levée partielle ou intégrale des contraintes douanières et non douanières. Pour l’intervenant, il appartient à la presse économique d’étudier amplement l’émergence de blocs régionaux depuis la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), et les autres communautés économiques régionales, dont la Communauté économique de États d’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO), la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), et leur rôle dans la coopération économique, ainsi que l’examen des contraintes rencontrées en vue d’y remédier. Le conférencier a, en outre, mis l’accent sur l’épanouissement des efforts de ces institutions d’information au service de la stratégie d’intégration économique en Afrique, tout en œuvrant à mettre à la disposition des investisseurs et hommes d’affaires des données réelles et fiables sur les opportunités disponibles d’investissement et de commerce, et de faire de la presse économique le fer de lance de la consolidation des conditions d’intégration économique, ainsi que l’exploitation des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans cette démarche. Dr. Said Kacemi, du centre universitaire de Tamanrasset, a relevé, dans son exposé intitulé «Nouvelle approche de la presse économique à l’ère des opportunités et de la concurrence», le rôle de la presse économique algérienne dans la valorisation des opportunités d’investissement et d’échanges commerciaux entre l’Algérie et les pays du Sahel. Selon l’intervenant, il appartient à la presse destinée aux investisseurs, hommes d’affaires et exportateurs, de fournir des données réelles et précises susceptibles d’aider à prendre les décisions appropriées aux transactions et marchés économiques avec les États sahélo-africains, ainsi que la vulgarisation des opportunités et espaces économiques existants, et ne pas se contenter uniquement de l’information sécuritaire qui, a-t-il dit, constitue «une image atypique des situations des pays africains n’encourageant pas à l’exploitation des opportunités». M. Kacemi a estimé nécessaire, pour la presse économique algérienne, de soutenir les projets et marchés fructueux et rentables, et faire leur promotion de manière étudiée à même de permettre l’émergence d’une concurrence sérieuse entre opérateurs économiques algériens et leurs homologues des États du Sahel, ainsi que la vulgarisation des domaines et secteurs économiques ciblés par la concurrence et l’exportation et accessibles aux Algériens, de sorte à permettre de nouer des partenariats avec ces pays. L’enseignant Abdelbasset Azzaoui, du Centre universitaire de Tamanrasset, a abordé, dans sa communication liée au «rôle de l’E-commerce dans l’amélioration des échanges commerciaux entre les pays du Sahel», les stratégies économiques adoptées par ces pays dans le but d’améliorer la performance de ses entreprises et économies, axées sur la création des ports secs susceptibles de générer des recettes douanières et fiscales, et de permettre la réalisation d’une intégration économique. Regroupant, du 10 au 20 mars, 85 entreprises nationales versées dans 13 activités, dont l’industrie lourde et l’industrie de transformation, exposant diverses gammes de produit, la manifestation de l’Assihar, relancée après une absence de plusieurs années, constitue une opportunité, pour les entreprises nationales, d’explorer des pistes d’investissement dans les pays voisins, de rechercher des partenariats dans divers créneaux et des voies de promotion du commerce de troc. Le programme de cette manifestation prévoit, en marge des expositions, diverses activités culturelles, sportives et artistiques, pour animer la scène locale, tout au long de cette manifestation commerciale et économique internationale.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions