mardi 21 mai 2019 06:48:13

Débat avec la cinéaste Yamina Bachir-Chouikh : Rachida un hymne à la vie

Pour son neuvième ciné-club, le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel (CNCA) a invité, samedi après-midi, Yamina Bachir-Chouikh, pour débattre autour de son film Rachida, en présence d’un nombreux public.

PUBLIE LE : 12-03-2019 | 0:00
Ph. Akram

Pour son neuvième ciné-club, le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel (CNCA)  a invité, samedi après-midi, Yamina Bachir-Chouikh, pour débattre autour de son film Rachida, en présence d’un nombreux public.

Après la projection du film, produit en 2002, et en présence d’une pléiade de journalistes et d’un nombreux public, le débat a été somptueux notamment autour de l’industrie cinématographique, le cinéma des femmes et le dynamisme de la rue algérienne et l’éveil de sa conscience politique.
Sur la question pour savoir si la cinéaste pourrait faire un film sur l’actualité de la femme algérienne 2019, qui a émerveillé le monde entier, vendredi dernier, lors de la journée internationale de la femme, l’interlocutrice a déclaré que les jeunes ont assez de talent, de créativité et de responsabilité pour porter à l’écran notre actualité. «Les jeunes cinéastes de nos jours ont une autre vision que la mienne, ils sauront porter à l’écran l’actualité de notre pays avec brio, je n’ai plus la même énergie comme avant, mais je ne démissionne pas et je continue à soutenir ces jeunes», a-t-elle noté.
Refusant de qualifier son film de «féministe», Yamina Bachir- Chouikh a fait savoir que «Rachida» est une sorte d’hymne à la vie de tout un peuple qui a dit non au terrorisme et oui à la vie. «Beaucoup pensent que Rachida est un film féministe ou un film pour la femme. je ne voulais pas mettre en exergue la résistance de la femme contre la horde terroriste, il y avait aussi l’école, les enfants et les hommes qui ont lutté contre la terreur. Il est vrai que pendant les moments de guerre, les femmes et les enfants sont les plus vulnérables, mais Rachida est un hymne de liberté de toute une société en otage, de toutes les composantes du peuple», a-t-elle noté.
Le film porte à l’écran l’histoire de Rachida, jeune institutrice d’Alger, qui se fait agressée par une bande de terroristes dans laquelle se trouve un de ses anciens élèves. Il lui demande de placer une bombe dans son école, mais elle refuse d’obtempérer et on l’abat sur place.
Elle survit à cette tragédie et se réfugie avec sa mère dans un petit village. La violence règne partout dans le pays à cette époque, Rachida décide donc de lutter et de continuer à enseigner aux enfants en dépit des génocides qui ont terrorisé les zones rurales.
Kader Bentounès
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions