dimanche 19 mai 2019 16:38:12

Nouvelles de Mascara, Le Wali multiplie ses sorties sur le terrain

Foncier des communes : Le conseil de wilaya traite le dossier

PUBLIE LE : 12-03-2019 | 0:00
D.R

 

 

Page animée par Abdelkader Ghomchi

Le wali de Mascara a effectué une visite d'inspection dans la daïra de Hachem, où il s'est enquis  de la situation socio-économique au niveau local.

Il multiplie d’ailleurs les sorties dans les communes privilégiant les chantiers en difficulté et les projets qui capotent, cible les failles essayant de trouver des solutions à des problèmes qui datent  parfois de plusieurs années. Plusieurs projets n’auront pas attendu longtemps avant que cet élu ne se plonge dans les dossiers du développement local tout en étant à l’écoute des préoccupations élémentaires, privilégiant le dialogue et la concertation avec les citoyens sur le terrain. Ne tolérant nul retard dans le développement local, le wali a indiqué avoir exigé de chaque membre de l’exécutif de la wilaya, les chefs de daïra et les présidents d’APC un rapport sur la situation physique et financière de chaque projet en cours car pour lui « la notion de délai de réalisation est une autre priorité et une autre rigueur». Le chef de l’exécutif  s’est engagé à relancer l’investissement industriel, créateur d’emplois et de richesses, et a entamé sa visite à partir de la commune de Nesmoth, l’une des plus pauvres de la  wilaya où il a inspecté le projet du bureau de poste et l’inauguration du nouveau siège de l’APC.
Les communes  ne peuvent désormais  plus compter comme avant sur l’état en matière de financement des réalisations, la gestion locale,  nécessitant  une nouvelle approche pour des territoires dynamiques et graduellement autonomes sur le plan financier. Au niveau de Zelamta, le wali a inspecté le projet de l’aménagement du chef lieu de la commune, de même pour le chef lieu de la daïra, avec un projet d’aménagement de la place publique ce qui encourage l’innovation et l’entreprenariat et donner un nouvelle impulsion a l’économie nationale, en libérant l’initiative au niveau local.

------------------------

Foncier des communes
Le conseil de wilaya traite le dossier

Le Conseil de Wilaya s’est réuni jeudi dernier sous la présidence du wali et avait comme ordre du jour la situation des locaux commerciaux et l’évaluation des décisions prises lors du précédent conseil. La première décision concerne la situation financière de l’EPIC et du C.E.T en lien direct avec les chefs de daira et les P./APC. S’agissant de l’EPIC on a désigné  un nouveau directeur, puis il est question d’améliorer la situation financière de cette entreprise qui a connu des perturbations causées par les différentes grèves déclenchées par des ouvriers qui n’avaient pas perçu leurs salaires. Toutes les dettes envers les APC sont payées à l’exception de Tighennif-Sig-Sidi Kada. Une décision est prise pour que la situation soit assainie au plus vite et l’ensemble des APC ont fait l’engagement au niveau du Centre financier (CF) pour payer une partie de leurs dettes afin de permettre a l’EPIC  d’améliorer sa situation financière  et lui permettre d’honorer les salaires des ouvriers et la réparation du matériel en attendant la réception de nouveaux camions. Les CF doivent eux aussi s’impliquer  pour faciliter la tache afin que les mandats soient émis à temps. L’EPIC doit augmenter le volume et reprendre la gestion avec l’appui des services de la wilaya. La réunion du Conseil a porté sur d’autres points, dont celui de la terre foncière de Sedjrara occupée illégalement par des personnes privées. Les démarches sont engagées au niveau de la justice selon le directeur du Foncier.
Concernant les intoxications en particulier au niveau des cantines scolaires, La DCP  en étroite collaboration avec les chefs de daira et les P/APC a fait appel à des laboratoires d’analyse depuis le 1 mars 2019. Lors de cette rencontre, il était également question de la distribution du lait au niveau de la commune de Ain Fares. On a regroupé les commerçants, la DCP, l’Orolait de Tizi qui doit assurer l’approvisionnement de la localité régulièrement. Le wali s’est engagé à relancer l’investissement industriel créateur d’emplois et de richesses.

------------------------

Police nationale
La sûreté de wilaya présente son bilan

Le chef de la Sureté de la wilaya de Mascara, en présence de ses proches collaborateurs, a animé un point de presse au niveau du siège de la Sûreté de la wilaya, qu’il a entamé par le sujet de la sécurité publique. Cette dernière a enregistré, par rapport a l’année écoulée, une augmentation de 6% au niveau des accidents urbains, avec 653 accidents corporels ayant causé 13 morts et 738 blessés. En 2017 on avait enregistré 606 accidents causant 17 morts et 687 blessés. 
Les chauffeurs impliqués dans ces accidents ayant des permis de moins de 5 ans sont impliqués dans 284 accidents. La police judiciaire a de son coté enregistré un recul de 6,56%. Ces services on enregistré 4.542 affaires durant l’année 2018, 3.504 affaires traitées ayant entrainé l’arrestation de 4230 individus. Pour l’année 2017, 3.580 affaires ont étés traitées avec l’arrestation de 4.109 individus.
Suite à ces états de fait, des campagnes de sensibilisation ont été organisées, répétées et ponctuelles et une répression durant laquelle de grands efforts furent conjugués pour combattre le crime routier dans ses différents aspects avec l’établissement de 11.706 pénalités forfaitaires, le retrait de 2.574 permis de conduire, l’enregistrement de 2.322 délits de circulation et la mise en fourrière de 1.553 motos. La Brigade de l’habitat et la protection de l’environnement a enregistré lors de ses patrouilles pour la lutte contre les différents genres d’infractions, 95 constructions sans permis, l’exécution de 3 démolitions d’habitations illicites, 17 cas de jet d’ordures ménagères et 18 de jet d’ordures inertes en bordure des route, 126 infractions pour commerce informel, en plus de 7 cas d’exploitation de parking non réglementaire. Les éléments de la même brigade ont exécuté 637 interventions sur terrain. Concernant le commerce informel, la brigade agissant dans le cadre de la protection de la santé du citoyen et la lutte contre l’informel sur les trottoirs et la voie publique,  a saisi une quantité de 82 qx de différentes marchandises dont 44 qx et 24 kg de légumes, 29 qx et 15kg de fruits, 2 qx et 49 kg de poisson et 6 qx et 86 kg de viande, ainsi que 3.606 pièces de jeux fumigènes.
 Les éléments de la police judiciaire chargé de la protection de l’enfance et la lutte contre les délits a enregistré 53 affaires avec 63 enfants impliqués dont 13 affaires de vol, 27 affaires de violence dont 2 homicides, 2 affaires d’attentat à la pudeur, 5 affaires de détention et consommation de drogue. Huit enfants ont été placés dans un centre de rééducation et sept autres  dans un centre pour enfant. La brigade de la police judiciaire a fait des efforts considérables dans la lutte contre la consommation et la commercialisation de drogue et de psychotrope où l’on enregistre une augmentation importante de 27% par rapport à l’année 2017. Cette année sur 333 affaires traitées  192 concernent la détention et commercialisation de kif  et 141 de psychotropes, ce qui a permet la saisie de 10 kg et 444 gr de kif traité et 19.779 comprimés de psychotropes, ainsi que l’arrestation de 461 individus, dont 1 femme et 5 mineurs ; 277 individus et une femme emprisonnés.
En ce qui concerne la commercialisation illicite des boissons alcoolisées, les éléments de la PJ ont arrêté 156 individus et une femme, dont 73 emprisonnés et la saisie de 56.507 unités de boisson alcoolisée.
Les opérations policières des différentes brigades dont celles des dairates ont enregistré 2.183 opérations à travers l’ensemble du territoire de compétence dont 61 opérations combinées avec les éléments de la Gendarmerie nationale qui ont procédé a l’identification de 18.124 individus, dont 59 femmes. 933 ont été arrêtés et emprisonnées pour port d’armes blanches prohibées, possession et commercialisation de kif, conduite en état d’ivresse. D’autres personnes faisaient déjà l’objet de recherche par la justice, dont 325 ont été incarcérés.
La Sûreté de la wilaya de Mascara a également enregistré 25.900 appels téléphoniques dont 5.975 sur le n° 15-48, 492 sur le 17 et 253 sur le n° vert.  Ces appels concernent 4.607 demandes d’intervention, 341 signalements d’accidents de la route, 1.513 demandes d’information et 19.439 cas divers. 

------------------------

Les chambres froides font parler d’elles…

Depuis l’application des nouvelles dispositions qui ont débouché sur le démembrement des domaines autogérés, la profusion des années fastes des produits agricoles comme la pomme de terre est un lointain souvenir. 
La spéculation de cette denrée de première nécessité est l’acte d’un groupuscule de commerçants véreux et cupides qui veulent imposer leur diktat quant aux prix pratiqués de ce produit. Force est de constater que les mêmes pratiques sont opérées aussi bien au sein du marché de gros que au détail, car bien souvent en pareilles circonstances les opportunistes et les partisans du gain facile les nouveaux barons de l’agriculture ne reculent devant rien. La wilaya de Mascara, qui dispose de centaines de chambres froides disséminées a travers son territoire fait des heureux, car leur ont permis d’améliorer considérablement leur situation sociale.
Leur comportement, leur vision, leur mode de gestion et leur réflexion sont identiques à celles des anciens colons. La pomme de terre, légume national, très prisée par les Algériens, est devenu un produit de luxe inaccessible compte tenu des prix affichés et ce, depuis plusieurs semaines au grand dam des ménages qui ne savent plus sur quel pied danser. À Mascara, la patate au delà de sa connotation injurieuse a fait son chemin devant le silence complice des garants de l’état providence. La loi, face à ce phénomène persistant de spéculation, est claire. Elle donne le droit aux responsables concernés d’intervenir, lorsqu’ils constatent des hausses injustifiées.
La pomme de terre dans la région de Béni Chougrane  qui faisait la réputation de toute la région brille par son absence sur les étals des maraîchers. Les prix affichés donnent le tournis à plus d’un, des hausses vertigineuses allant de  60 à 80 DA le kg. Du jamais vu  diriez vous ; ce qui a fait sortir même le ministre de ses gonds  pour dénoncer  un tel état de fait. Ce qui nous laisse comprendre que la crise n’existe pas réellement, qu’elle est montée de toutes pièces par ces forces occultes  qui se remplissent les poche au détriment des couches sociales  défavorisées à faible revenu, qui attendent des jours meilleurs.

------------------------

Plantation d’arbres fruitiers
Priorité aux zones montagneuses 

La Chambre de l’agriculture de la wilaya de Mascara a entamé un programme de plantation d’arbres fruitiers, oliviers et amandiers, dans les zones montagneuses au niveau des communes de Ghriss, Tighennif, Oued El Abtal, El Bordj et Bouhnifia. 1200 Fellahs ont été choisis pour la première opération qui a débuté à la fin du mois de janvier et qui sera suivi par une seconde opération incessamment. L’objectif fixé est de couvrir 2.100 ha. Le premier arrivage d’arbres fruitiers à planter a été  livré le 30 janvier de l’année en cours destiné à la commune de Mascara. L’opération se déroule suivant un planning de distribution des plants, une autre opération de plantation de 1700 pistachiers est en cours de concrétisation avec l’ITAF de Tighennif. D’autre part, la Chambre de l’agriculture prévoit une opération de formation pour les aviculteurs, 531 fellahs seront choisis pour recevoir des ruches justes après leur formation. Cette dernière voudrait développer la filière qui accuse un retard et encourager les fellahs a se mobiliser davantage pour participer a la croissance de l’économie nationale. 

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions