samedi 25 mai 2019 09:21:17

L’entrefilet : Il y a 25 ans, Alloula

Un public d’aficionados aux anges a retrouvé le Théâtre régional d'Oran ce samedi pour assister aux activités commémoratives de la 25e année de la disparition du grand dramaturge Abdelkader Alloula (1939-1994).

PUBLIE LE : 11-03-2019 | 0:00
D.R



Un public d’aficionados aux anges a retrouvé le Théâtre régional d'Oran ce samedi pour assister aux activités commémoratives de la 25e année de la disparition du grand dramaturge Abdelkader Alloula (1939-1994). Comme clou du menu, la présentation d'une nouvelle reprise de la pièce «El-Ajouad» (les généreux) proposée par la compagnie artistique locale «Istijmem». Une version rafraîchie de l'une des œuvres majeures d'Alloula dont la création remonte à 1985.  Plusieurs jeunes comédiens, dont Rihab, la fille du regretté dramaturge,   sont distribués dans cette production qui a vu le jour à la faveur du   partenariat entre le TRO et la fondation Abdelkader-Alloula.  La mise en scène est signée Jamil Benhamamouch, neveu d'Alloula, qui a choisi d'ouvrir sur une chanson au rythme de la musique du genre Reggae, inaugurant ainsi l'œuvre qui explore la société avec humour en prenant prétexte des conditions professionnelles de ses personnages.  Plusieurs anciens compagnons d'Alloula se sont félicités de la reprise   d'«El-Ajouad» par la troupe «Istijmem», à l'instar du comédien Abdelkader Belkaïd qui campa un rôle dans la première version (1985), et d'Azri Ghaouti qui fut metteur en scène assistant du regretté dramaturge. La compagnie «Istijmam» a à son actif plusieurs contributions visant à perpétuer le répertoire d'Alloula, comprenant des représentations d'autres pièces dont «Ettoufah» qui fut jouée aux Etats-Unis en 2016, après avoir été traduite en anglais. Cette pièce fut écrite par Alloula en 1992 dans le sillage de sa célèbre trilogie composée de «Lagoual» (les dires, 1980), «El-Ajouad» (les généreux, 1985) et «El-Lithem» (le voile, 1989). De son côté, le directeur du TRO, Mourad Senouci, a indiqué qu'«El-Ajouad»  sera encore à l'affiche dimanche soir dans la même salle, signalant que la   commémoration comprend aussi la présentation, le 16 mars, d'une nouvelle création intitulée «Arlequin, valet de deux maîtres».  Cette prochaine représentation, coproduite par le TRO et le Théâtre national d'Alger (TNA), verra la montée sur scène de plusieurs jeunes  espoirs du théâtre national, sous la direction du metteur en scène Ziani Cherif Ayad qui propose une nouvelle version de la même pièce réalisée par Alloula en 1993.  Abdelkader Alloula s'est éteint le 10 mars 1994 à Oran, victime d'un lâche attentat terroriste. Heureusement, l’œuvre du dramaturge a trouvé une relève digne de porter haut l’étendard de notre culture.
R. C.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions