mardi 28 janvier 2020 09:53:06

Exposition «Héritages culturels : immatériels d'Afrique» 28 pays y participent

Le Palais de la culture Moufdi-Zakaria accueille, depuis mardi dernier, une exposition baptisée Héritages culturels immatériels d’Afrique, un événement centré sur les éléments du patrimoine immatériel déjà classés par 27 pays du continent sur les listes du l’Unesco. Le vernissage de cette exposition a été présidé par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, aux côtés du directeur général du Centre pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique (Crespiaf), Slimane Hachi et de représentants des cinq régions d’Afrique.

PUBLIE LE : 07-03-2019 | 0:00
Ph. : Nacera.I.

Le Palais de la culture Moufdi-Zakaria accueille, depuis mardi dernier,  une exposition baptisée Héritages culturels immatériels d’Afrique, un événement centré sur les éléments du patrimoine immatériel déjà classés par 27 pays du continent sur les listes du l’Unesco.

Le vernissage de cette exposition a été présidé par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, aux côtés du directeur général du Centre pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique (Crespiaf), Slimane Hachi et de représentants des cinq régions d’Afrique.
Cette exposition, qui se tiendra jusqu’au 22 juillet prochain, se présente sous la forme d’une série d’illustrations de grand format, et présente un élément emblématique par pays. Pas moins de vingt-huit pays participent à ce rendez-vous d’envergure internationale dont l’objectif étant que les visiteurs prennent connaissance des héritages culturels africains relevant des différents domaines du patrimoine immatériel : traditions et expressions orales, art du spectacle, pratiques sociales, rituels, événements festifs, connaissances et pratiques liées à la nature et à l’univers, savoir et savoir-faire.
Cette exposition, accessible au public jusqu’au mois de juillet prochain, coïncide avec l’organisation de la première réunion du Conseil d’administration du Centre régional d’Alger pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Algérie, la septième structure du genre au niveau mondial.  Lors de cette rencontre, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a rappelé que l’Algérie, était un des premiers pays à avoir approuvé la convention de l’Unesco en 2003 relative au patrimoine culturel immatériel. «L’Algérie a mis en place des mécanismes pour la protection du patrimoine», a-t-il souligné, ajoutant que l’Algérie est toujours présente à toutes les manifestations organisée par l’unesco et ce pour montrer sa volonté de présenter son expérience en la matière et s’enquérir des expériences des autres pays. Dans le même ordre d’idées, le ministre de la Culture a, en outre, fait savoir que «l’Algérie est très honorée d’être la capitale du patrimoine culturel immatériel africain». De son côté et dans une déclaration à El Moudjahid en marge de ce vernissage, M. Slimane Hachi a soutenu que «la présente exposition a retenu de présenter un élément emblématique par pays, de sorte qu’à l’issue de la visite on ait pris connaissance des héritages culturels africains relevant des différents domaines du patrimoine immatériel  : traditions et expressions orales, art du spectacle,  pratiques sociales, rituels, événements festifs, connaissances et pratiques liées à la nature et à l’univers, savoir et savoir-faire», a-t-il développé. Il a, par ailleurs, affirmé qu’«aujourd’hui, 177 Etats ont ratifié la Convention portant sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. L’Algérie a ratifié cette convention comme premier Etat au monde, ce qui est extraordinaire, car c’est un immense honneur pour nous de parler de cette convention».
A propos des centres régionaux pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, il précisera que l’Unesco a créé sept centres dans le monde, en Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Iran, en Bulgarie pour l’Europe et un autre au Pérou qui s’occupe de l’Amérique Latine, en ajoutant que : «Le dernier-né de ces centres est le nôtre qui va s’occuper du continent africain». On pourra s'émerveiller devant tous ces trésors immatériels du continent africain. Cette exposition qui se déroulera durant  trois mois exposera tous ces héritages sous forme de panneaux photographiques de grande dimension de chacun des éléments inscrits soutenus par des textes explicatifs, des enregistrements audio délivrés par des audio-guides et des films-documentaires de 10 minutes consacrés à chaque élément culturel. Tous les éléments d'informations sont issus de sources documentaires de l'Unesco et sont déclinés dans trois langues, arabe, français et anglais.  
Sihem Oubraham
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions