mardi 26 mars 2019 10:30:19

Nouvelles de Sétif, Cimenterie d’Aïn el-Kebira : Une distinction de Qualité

Programmes communaux de développement 2019 : La société civile s’implique

PUBLIE LE : 04-03-2019 | 0:00
D.R

Page animée par FAROUk ZOGHBI

La Société des ciments d’Aïn El-Kebira (SCAEK), filiale du groupe GICA, a reçu le prix algérien de la Qualité de l’année 2018. Une distinction qui traduit les efforts consentis depuis des années par les cadres et les travailleurs de cette société, qui relève aujourd’hui d’une référence en la matière et atteste des avancées remarquables qui ont marqué son parcours.

«C’est là autant d’acquis qui me valent en effet en tant que premier responsable de cette société d’animer un sentiment de fierté et de remercier tous les travailleurs et les cadres de cette cimenterie qui sont partie prenante d’une telle réalisation. C’est donc là, une distinction qui nous honore à plus d’un titre et nous permettra certainement de relever d’autres défis aussi importants qui vont dans le sens de la réalisation des objectifs de cette cimenterie», souligne  Laid Khaber , le P-DG de la société des ciments de Ain el Kebira pour lequel ce prix Algérien de la Qualité relève d’un juste couronnement.
Pour tous ceux qui auront suivi les évolutions de cette cimenterie depuis sa mise en exploitation en 1978 avec une capacité de production de 1 million de tonnes, atteinte et même pulvérisée grâce à la compétence et la volonté de tous ses cadres et travailleurs, l’investissement lourd consenti ces dernières années par le groupe GICA à l’effet de porter cette capacité à 3 millions de tonnes avec une production additionnelle de deux millions de tonnes a permis d’impulser cette cimenterie vers de nouvelles performances et des perspectives nouvelles. «Pour l’exercice 2019 beaucoup de projets vont voir le jour », ajoute notre interlocuteur visiblement conscient mais pas du tout affecté par cette concurrence qui s’installe sur le marché. Dans ce contexte, « le ciment pétrolier qui était jusque là importé, sera produit à Ain el Kebira », nous dit-il avec une politique d’exportation qui gagne également du terrain.
 « L’année 2018 à été marquée par l’exportation de 200.000 tonnes de ciment et nous avons pour 2019 un programme d’export de 800.000 tonnes de ciment et de clinker vers l’étranger », poursuit Laid Khaber qui ne cache pas aussi cette ambition « d’être certifié ISO 15 000 dans le domaine de l’énergie et partant, la mise en place de processus à même de rationaliser la consommation d’énergie, sachant qu’« une cimenterie est une structure industrielle énergivore ». Des réalisations et des ambitions qui s’inscrivent de plain-pied dans la stratégie du groupe GICA.

--------------------------------

Programmes communaux de développement 2019
La société civile s’implique

Dans la wilaya de Sétif, la démocratie participative ne relève point d’un vain mot et encore moins d’un slogan au vu de la proximité qui gagne chaque jour un peu plus le terrain et implique le citoyen là ou il se trouve, dans la dynamique du développement local.
Le dernier exemple en date et qui est plus que révélateur de cette symbiose est celui de toutes ces rencontres organisées par le wali Nacer Maskri accompagné du secrétaire général de la wilaya et des membres de l’exécutif concernant la mise en place et la répartition, selon les priorités de chaque commune, des projets entrant dans le cadre des programmes communaux de développement pour l’année 2019.
Des rencontres qui se sont tenues partout à travers la wilaya et ont regroupé les chefs de daira, les élus des différentes assemblées populaires mais aussi des représentants de la société civile directement impliqués dans cette vaste action d’évaluation des programmes de développement initiés par l’état dans leurs communes respectives mais aussi pour débattre des propositions présentées par leurs élus dans le cadre des programmes communaux 2019. Le wali intervenant au cours de ces rencontres ne manquera de souligner l’impact attendu de cette proximité et la présence de représentants de la société civile, conformément aux instructions du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. « Le citoyen doit être au fait de l’action qui est déployée par l’état pour l’amélioration de ses conditions de vie et contribuer à cette dynamique par ses idées et son implication directe pour la consolidation des vertus de la démocratie participative».
Comme il établira la nécessité d’établir pour chacune des 60 communes de la wilaya un tableau synoptique de toutes les actions et la mise en place d’un tableau de bord détaillé à l’effet de cerner dans le détail les opérations qui sont engagées et les échéances qui leur sont fixées.
Des situations de chaque commune qui seront passées au crible par Bouzegza Louanes, le secrétaire général de la wilaya qui nous indiquera que plus de 500 opérations ont été clôturées en 2018 contre seulement 350 en 2017.
Dans ce contexte, le wali rappellera les efforts consentis dans beaucoup de communes, qui appellent à être dynamisés davantage dans certaines autres, relevant par la même les taux physiques et les niveaux de consommation qui appellent à être équilibrés. « Les entreprises devront désormais déposer leurs situations mensuellement. L’argent est là ! Nous avons à charge de fidéliser ces moyens de réalisation et de gagner leur confiance», ajoutera-t-il, ne relevant aucune opération antérieure à 2017 mais mettant en garde les gestionnaires des communes : « Ceux qui ont des restes à réaliser financiers importants ne pourront pas bénéficier de nouveaux crédits ».
Pour rappel, la wilaya de Sétif  a bénéficié lors de la dernière visite du ministre de l’Intérieur à Sétif de l’inscription de 123 cantines scolaires et 135 milliards de centimes pour la réhabilitation des écoles qui, dira-t-il, devront toutes être raccordées au gaz naturel quand cette source d’énergie existe.
« Nous sommes tenus par des résultats », dira le chef de l’exécutif de wilaya qui mettra l’accent sur l’implication du citoyen et des communes dans la réalisation de projets de gaz naturel lorsqu’il aborde cette nécessaire mise à niveau entre les communes d’une wilaya ou le taux de couverture dépasse
déjà les 95%.

-----------------------

CHU Saâdna-Abdenour
De nouveaux équipements

Le centre universitaire hospitalier «Saadna Abdenour» de Sétif vient de se doter d’un nouvel IRM et d’un nouveau scanner qui étoffent son service d’imagerie médicale et renforcent son potentiel d’investigation.
Un équipement d’autant plus important qu’il est pour l’appareil d’imagerie à résonnance magnétique, le premier du genre à être acquis par le CHU et vient à temps  pour répondre aux préoccupations des malades du CHU de Sétif,  ainsi que les nombreuses urgences en la matière dans une wilaya, la seconde du pays de part sa population.
Des acquis d’autant plus importants qu’ils confèrent au secteur de la santé et de la population, une place privilégiée et attestent par la même des investissements qui y sont consentis par l’état avec le souci constant d’agir sur le volet qualitatif de la prestation tout en rapprochant au mieux les structures de santé du citoyen.
C’est dans ce cadre que s’inscrivent toutes ces actions d’équipement qui  jusque là manquaient au CHU de Sétif, qui retrouve progressivement sa juste place « en exécution du programme d’équipement de cet hôpital universitaire dont plusieurs services ont été dotés de nouveaux équipements médicaux à l’instar du service d’imagerie médicale qui renforce son potentiel avec l’IRM  et le scanner acquis pour un montant global de plus de 21 milliards de centimes.», nous indique Nordine Belkadi, DG du CHU . Des réalisations qui permettent au service d’imagerie médicale du CHU de Setif de se hisser à une place privilégiée de par son organisation, ses équipements et son encadrement. Ce service dispose désormais en plus de cette IRM, de 3 scanners qui ne seront, sans nul doute pas, sans être de l’impact attendu par les malades de la wilaya et celles environnantes et qui n’avaient jusque là  souvent pas d’autre choix que celui de se diriger vers les structures privées en déboursant des sommes élevées. Un service qui se hisse également au rang de pôle de formation et d’enseignement universitaire avec un potentiel d’encadrement de 6 nouveaux médecins spécialistes en imagerie médicale, 3  de rang hospitalo-universitaire et 3 autres spécialistes de santé publique.
Par ailleurs, ajoute notre interlocuteur, le CHU de Setif vient également de se doter de 2 nouveaux banaliseurs pour un montant de 6 milliards de centimes.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions