jeudi 21 fvrier 2019 01:53:50

Nouvelles de Sidi Bel Abbès, Collectivités locales : La mutation d’une ville

Restauration des châteaux de la ville : Un acte de mémoire

PUBLIE LE : 13-02-2019 | 0:00
D.R

Paisible agglomération autrefois, même si elle était considérée comme l’une des plus importante villes du pays, Sidi Bel-Abbès, qu’on surnommait autrefois «Petit Paris», pour son architecture, ses grands boulevards et ses espaces verts jalousement préservés, a connu, au fil du temps, une mutation. L'extension de son tissu urbain, si saturé aujourd’hui, par les fortes constructions enregistrées dans le domaine des équipements collectifs et des établissements socio-éducatifs, rend parfois sa gestion problématique.

Erigée en chef-lieu de wilaya à la faveur du premier découpage administratif de l’année 1974, elle s’est vue confortée dans sa position géographique car considérée comme un carrefour pour le transit, ou la plaque tournante de l’Ouest du pays pour nourrir des prétentions et exprimer des ambitions à la hauteur de ses potentialités. L’implantation sur son territoire de l’ENIE de l’ENPMA, qui veut dire introduction de la technologie de pointe qui est l’électronique et l’industrie du mécanisme agricole d’une part, et la création d’une université de l'autre, ils ont attribué une nouvelle dimension à cette cité qui s’est inscrite dans la modernité avec notamment aussi la réception d’un moyen de transport moderne, le tramway. Un tramway ayant reconfiguré tout son paysage pour provoquer de nouveaux  réflexes citadins.Autant donc d’éléments mobiliers urbains sont venus se greffer pour métamorphoser la ville et susciter en revanche des nouvelles charges de gestion à la commune, elle dont l’organisation a évolué selon les impératifs du contexte pour s’adapter au mieux aux exigences de  la mutation. C’est de cette prise en charge qu’il s’agit plus que jamais devant le sous-encadrement de cette cellule de base du développement et l’absence de véritables gestionnaires à grande vision. Encore,  que quelques activités ont été concédées grâce à la création d’entreprises de ramassage des ordures et de la gestion urbaine. Si pour la première, les choses semblent bien se passer malgré la pléthore constatée aux répercussions certaines sur l’équilibre budgétaire de l'établissement, la seconde n’a pas encore démarré faute de moyens et de qualifications surtout de ses dirigeants.Un plan de redéploiement est nécessaire pour cette commune qui peut recourir, pour le renforcement de son encadrement, aux détachements internes de techniciens et gestionnaires des directions de wilaya.

---------------------------

Restauration des châteaux de la ville
Un acte de mémoire

La cité de la Mekkerra demeure si distinguée par la beauté architecturale de ses anciennes constructions, notamment ces châteaux évocateurs d’un passé aussi douloureux soit-il et d’une histoire, des habitations aujourd’hui dans un état de délabrement et de dégradation avancé, sous le regard impuissant du commun des passagers. On songe entre autres à celui du Plastie, qui a servi de lieu d’escale à Napoléon 3 lors de sa visite à Sidi Bel-Abbès en s’exclamant de la sorte : «Mais c’est un petit Paris», allusion faite au charme cette ville aux grands boulevards. Absolument, ce site se trouve abandonné après avoir été occupé longuement par les services de la douane. Une étude à priori avait était lancée pour qu’il soit retapé et érigé en musée. 

---------------------------

Plus d’assiettes pour accueillir des équipements collectifs

Il va falloir immanquablement revoir le plan directeur d’aménagement urbain (PDAU), redéfinir de nouveaux postes d'occupation du sol (POS) et opter pour la densification du tissu urbain de la ville pour pouvoir accueillir les futurs équipements collectifs. Au demeurant, tous les sites sont occupés au vu de cet élan massif d’investissement relevé ces dernières années pour rendre complexes les missions de préservation et de restauration du bâtiment, de maintenance des réseaux et de maintenance des routes, ou tout bonnement de la gestion de la ville en général. Sidi-Bel-Abbès étouffe effectivement devant la forte percée du béton. Heureusement que des espaces verts ont été réservés pour favoriser l’oxygénation de la cité.

---------------------------

CNAS  
Journée de sensibilisation et d’information sur la déclaration de la main-d’œuvre étrangère

De concert avec la structure de l’emploi et du travail, la direction de wilaya de la CNAS a organisé une journée de sensibilisation et d’information au profit des opérateurs sur la déclaration de la main d’œuvre étrangère à la sécurité sociale, conformément à la réglementation en vigueur. L'initiative se veut une forme de remise à niveau d’un fichier, une adaptation des structures de cet établissement à une mutation socio- économique et un accompagnement surtout des entreprises dans leurs activités. L’ouverture des travaux de cette manifestation a été marquée par l’intervention du directeur qui s’est longuement étaler sur le processus d’organisation mis en place et la modernisation d’un fonctionnement de la caisse à l’effet, a-t-il déclaré, d’être au même diapason de l’évolution du pays avant de faire une rétrospective sur le processus engagé en la matière.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions