jeudi 25 avril 2019 17:53:47

M. Louh, au forum de la Radio nationale : « Les lois garantissent la transparence »

Dans le cas d’un enrichissement de la Constitution, celui-ci ne portera pas sur les constantes nationales.

PUBLIE LE : 12-02-2019 | 0:00
D.R

La prochaine présidentielle d’avril ; le message de candidature que le Président de la République a adressé à la Nation ; et les principales réformes souhaitées dans le cas où M. Bouteflika serait élu, ce sont là les principaux sujets abordés par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, qui était, hier, l’invité du forum de la Radio nationale.
«Toutes les dispositions sont prises pour assurer la transparence de la prochaine présidentielle», a-t-il indiqué, précisant que la justice veillera au bon déroulement et à la neutralité absolue de ce scrutin. Il mettra aussi l’accent sur la mobilisation de 1.541 magistrats qui supervisent l’opération des listes électorales, y compris durant la période des recours. «Le jour du scrutin, toutes les listes électorales qui seront placées au niveau des bureaux seront approuvées par des magistrats», a-t-il ajouté. Il insiste sur le fait qu’il n’existe aucun chevauchement de prérogatives entre l’autorité judiciaire et la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE). «Le rôle et les missions de chacune des deux parties sont bien définies par la loi», a-t-il précisé.
Sur un autre volet, il dira que le contexte de paix et de stabilité dont jouit aujourd’hui l’Algérie «n’est pas le fruit du hasard», expliquant que le Président Bouteflika n’a ménagé aucun effort pour parvenir à réconcilier les Algériens, au lendemain de la période du terrorisme et ses effets dévastateurs en termes, notamment, de dislocation de la société dans son ensemble. Il a rappelé, à ce propos, que précisément en 1993, des hommes politiques de l’époque, bien connus, étaient contraints à éviter les débats télévisés par craintes de représailles de la part des intégristes.
Il appelle aussi à la consolidation du front interne pour mieux préserver l’acquis de la paix, vu que face aux nouvelles mutations internationales il devient plus que nécessaire de mettre en place des mécanismes adaptés à même d’immuniser le pays contre toutes menaces extérieures. M. Louh fera savoir par ailleurs que le message du Président de la République comprend des axes importants de son programme à mener sur le terrain, s’il est reconduit à la tête de la magistrature suprême au terme du prochain scrutin du 18 avril.

La réforme du système fiscal,  une nécessité

Parmi ces axes, M. Louh citera notamment la conférence nationale inclusive en vue de l’élaboration d’une plate-forme politique, économique et sociale, une initiative qui répond, dit-il, «à une revendication exprimée par de nombreux acteurs de la classe politique, ceux de l’opposition notamment». Catégorique, il affirme en outre que «les seuls points qui ne seront pas abordés lors de cette conférence sont les constantes nationales prévues par la Constitution». Il assure aussi que «suivant les propositions et recommandations qui auront à sanctionner les travaux de cette conférence, il n’est pas exclu de voir la loi fondamentale faire l’objet d’un enrichissement». Une telle option, a-t-il insisté, obéit à l’idée d’approfondir les réformes menées sous la gouvernance éclairée du Président de la République. «Nous avons certes accompli des pas importants en matière de réformes dans tous les domaines. Toutefois, il serait utile d’approfondir ce processus pour promouvoir et consolider la confiance entre les institutions et les citoyens, ce qui est source de sérénité et de quiétude au sein de la société». L’approfondissement des réformes devrait conforter en outre, ajoute M. Louh, les efforts tendant à moraliser la vie publique et se prémunir, de surcroît, de toutes pratiques immorales de tendance notamment à entacher le déroulement de toute élection. Autre réforme évoquée par le ministre, celle du système bancaire qui constitue, selon lui, «un impératif pour booster le développement économique et construire une économie génératrice de richesses et d'emploi dans la transparence totale». Il enchaîne en mettant l’accent sur l’impératif d’investir dans la modernisation et le recours aux nouvelles technologies constituant, selon lui, «la solution idoine pour éradiquer la bureaucratie». Il fera savoir à ce propos que le Président de la République a veillé à «garantir tous les moyens matériels, outre l'accompagnement et l'appui, mais aussi à donner les orientations nécessaires». «Nous avons franchi des étapes importantes dans la modernisation de la justice et de l'administration», a poursuivi le ministre, ajoutant que cette modernisation «doit englober l'économie et les institutions», d'où l'appel lancé, dimanche dernier, par le Président de la République dans son message à la nation, à la construction d'une économie forte hors hydrocarbures. M. Louh a appelé par ailleurs à une «réforme profonde du système fiscal en Algérie pour réaliser la justice et l'équité sociales pour tous les Algériens et Algériennes».
Karim Aoudia
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions