vendredi 23 aot 2019 12:19:18

Annonce de la candidature du président Bouteflika : au service de la patrie

Immense chantier à parachever : Un programme et des ambitions.

PUBLIE LE : 11-02-2019 | 23:00
D.R

«Consolidation d’une société de progrès, de justice et d’équité, politiquement consensuelle et socialement inclusive», sont parmi les objectifs que s’est assigné le candidat.  «Je vous fais part de mon intention sincère, d’associer toutes les forces nationales, politiques, économiques, associatives et syndicales à la poursuite de la construction de notre démocratie», c’est par cette promesse que le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, compte, s’il est élu, entamer un nouveau mandat à la tête du pays. Un nouveau mandat où il parachèvera l’immense chantier multidimensionnel qu’il a entamé depuis deux décennies déjà. Mais loin de s’en rengorger, M. Bouteflika affirmé que toutes les réalisations enregistrées «restent à parfaire». Pour ce, il tend la main à tout le monde, sans exclusive.
C’est d’ailleurs par cette phrase si exhaustive qu’il conclura son message adressé à la nation ce dimanche : «J’appelle à faire prévaloir tout ce qui rassemble sur ce qui nous différencie les uns des autres dans le respect du pluralisme des visions, et j’aspire à voir l’Algérie, démocratique et pluraliste, s’unir davantage, avec force et avec efficacité, pour progresser encore plus dans la construction de son avenir». C’est justement là que se résument les motivations de cette candidature, qui se veut  réconciliatrice, rassembleuse et ambitieuse.
Partant de là, le message est on ne peut plus clair, surtout lorsqu’il évoque les contraintes et les exigences auxquelles notre pays devra faire face, les défis qui s’imposent et les moyens de les relever. «Les progrès accomplis sur la voie du développement économique, social et culturel ont fait apparaître de nouvelles exigences et de nouvelles ambitions dans notre société, en particulier chez nos jeunes générations, ouvertes sur le monde et fortement désireuses de participer activement au développement de leur patrie», a-t-il ainsi estimé, précisant que les défis sont ceux liés à «la consolidation d’une société de progrès, de justice et d’équité, politiquement consensuelle et socialement inclusive, fondée sur une économie productive et compétitive, progressivement débarrassée, sur le plan budgétaire et financier, de la dépendance excessive à l’égard des hydrocarbures».

Conforter un développement économique fondé sur la justice sociale

Tous ces défis ne sont pas des moindres, si on les compare aux multiples  contraintes qui leur font face, notamment celles liées à la croissance de la population, à la multiplication des besoins à satisfaire, à l’érosion de nos ressources financières extérieures, aux incertitudes de l’économie mondiale, aux troubles régionaux et internationaux, «mais également à l’apparition dans notre société de comportements contraires aux principes d’intégrité et aux valeurs morales de respect du travail et du sens de l’effort», comme l’a souligné M. Bouteflika, conscient de l’ampleur de la tâche qui reste à entreprendre
Présentant les grandes lignes de ses réalisations durant deux décennies, Bouteflika s’engage à lutter pour plus d’égalité sociale, pour renforcer l’indépendance de la justice, pour accentuer la lutte contre la corruption, hâter les réformes économiques structurelles et parachever les réformes lancées dans divers secteurs comme l’Education et la Santé. Il promet, comme en 2014, de promouvoir plus de jeunes aux postes de responsabilité mais aussi dans les assemblées élues. Il appelle dans ce sillage à «faire prévaloir tout ce qui rassemble que sur ce qui nous différencie les uns des autres dans le respect du pluralisme des visions». A cet effet, il dira : «Je vous ai rappelé les réalisations que nous avons déjà concrétisées ensemble dans les domaines de la paix, de la concorde, des réformes et du développement». Ces réalisations demeurent à parfaire, selon lui, notamment pour raffermir l’Etat de droit et la bonne gouvernance, et conforter un développement économique fondé sur la justice sociale et l’affirmation d’une économie nationale d’initiative, productive et compétitive. Aussi, comme il le rappellera, «les réformes politiques que j’ai engagées depuis 2011 visent la consolidation de la confiance des citoyens en leurs institutions, à travers, en premier lieu, la garantie d’une transparence des scrutins et la dynamisation de notre jeune démocratie pluraliste pour qu’elle puisse désormais proposer des alternatives crédibles aux électeurs». Elles visent également le renforcement du contrôle du Parlement sur le pouvoir exécutif et la consécration de l’obligation de rendre compte pour tous les responsables, et à tous les niveaux, mais aussi, la concrétisation d’un rôle plus actif que la Constitution reconnaît à l’opposition au sein du Parlement.

Apporter des réponses plus adaptées  aux aspirations de la jeunesse

Conscient de la teneur des nouveaux enjeux, Abdelaziz Bouteflika préconise également de consolider la confiance des citoyens dans les institutions, ce qui nécessite pour lui, «des réponses plus adaptées aux aspirations de notre jeunesse, qui, parfois, se tient loin de la vie politique et dont certains éléments choisissent même de recourir à des tentatives d’exil, extrêmes et suicidaires».
Ces propos dénotent du fait qu’il n’a que trop bien entendu le cri de détresse d’une jeunesse en mal de vivre : «Nous devons assurer une présence plus forte des jeunes dans les instances exécutives et dans les assemblées élues, pour définir et mettre en œuvre des réponses à leurs attentes», a-t-il préconisé,
 Par ailleurs, pour raffermir l’Etat de droit et la bonne gouvernance, Bouteflika n’ira pas par quatre chemins pour signaler qu’«il nous faut d’abord vaincre le fléau de la bureaucratie grâce à une modernisation et à une décentralisation accrue de l’administration publique, mais il nous faut aussi renforcer la contribution des citoyens à la gestion des affaires locales à travers la mise en place de mécanismes de démocratie participative, pour plus d’efficience dans la gestion du service public et sa pérennité».
Mais pour atteindre cet objectif, il est question surtout, de consolider l’indépendance de la justice, et assurer une plus grande mise en œuvre de ses décisions. Une autre idée phare avancée par le Président candidat qui a souligné dans ce contexte : «C’est aussi progresser davantage dans la lutte contre la corruption par le renforcement des organes chargés de cette mission ainsi que par une plus grande implication de la société civile dans ce combat.»
Reste que tous ces projets ambitieux à réaliser dans les domaines politique, économique et social ne peuvent être véritablement parachevés, sans accorder de l’importance au préalable, à l’émergence aux postes de responsabilité et de gestion, d’«une ressource humaine de qualité, formée, qu’il faut absolument encourager et protéger», ce à quoi appelle ardemment, le candidat Abdelaziz Bouteflika dans cet historique message adressé à la nation.
Amel Zemouri

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions