vendredi 23 aot 2019 12:20:23

Gestion des déchets : L’expérience hollandaise à la rescousse

« Une convention de coopération dans le domaine de la de gestion des déchets est en passe d’être signée entre l’Algérie et les Pays-Bas».

PUBLIE LE : 11-02-2019 | 23:00
D.R

« Une convention de coopération dans le domaine de la de gestion des déchets est en passe d’être signée entre l’Algérie et les Pays-Bas». C’est ce qu’a révélé la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, qui s’est exprimée, avant-hier à Alger, à l’ouverture d’un séminaire portant sur cette thématique et au cours duquel, des experts néerlandais dans le domaine de la gestion des déchets ont présenté leurs expériences.
Mme Fatma-Zohra Zerouati a déclaré, à cet effet, que cette convention dont le contenu se concrétise à travers l’Agence nationale des déchets (AND), organisme œuvrant sous le ministère de tutelle, portera sur différents domaine d’échanges et de concertation autours de cet axe et dont l’objectif est de «définir» les moyens de coopération et de connaissance des indicateurs lui étant liés dans le cadre d’un «partenariat gagnant-gagnant», essentiellement basé sur l’échanges d’expériences.
Elle a souligné lors de cette rencontre, organisée conjointement par l’AND et l’Ambassade des Pays-Bas, que la politique adoptée par son ministère visait, entre autres, à instaurer, à l’horizon 2035, la Stratégie nationale de la gestion intégrée des déchets (SNGID). «Le secteur de l’environnement a connu en Algérie une importante évolution, durant les dernières années, grâce aux différents programmes d’investissement initié par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans le but d’améliorer le cadre de vie des citoyens et de protéger l’environnement et les ressources naturelles»,a-t-elle fait savoir non sans rappeler l’enveloppe financière engagée par les pouvoirs publics ces 15 dernières années pour les divers programmes de protection de l’environnement, estimée à 2 milliards de dollars, au profit de 1.200 projets,.
La ministre de l’Environnement a, d’autre part, évoqué la suppression de 3.000 décharges sauvages au niveau national pour prendre en charge près de 13 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont plus de 7 millions de tonnes de déchets recyclables. «Le volume des déchets spéciaux stockés, jusqu’en 2017, est évaluée à pas moins de 3,2 millions de tonnes, alors que prés de 330.000 tonnes sont annuellement produites et sont passible de valorisation, notamment les huiles, les batteries et les déchets des équipements électriques et électroniques. La problématique des Lixiviats a été également prise en charge au niveau des Centre d’enfouissement techniques (CET) et ce, en puisant environ 7 milliards de dinars du Fonds national pour l’environnement et littoral (FNEL) en vue de prémunir les 33 CET de ces déchets liquides», s’est-elle félicitée, affirmant au passage que le marché des déchets valorisables s’élève à plus de 40 milliards de DA/an.
Mme Zerouati a mis à profit cette opportunité pour souligner que le tri sélectif des déchets ménagers est «essentiel» et «indispensable». Elle a, dans ce sens, évoqué le nouveau protocole d’accord, signé le 29 janvier dernier, entre le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables et le ministère de l’Education nationale, dans le but de «relancer» et de «généraliser» les domaines de l’éducation environnementale et du développement durable en milieu scolaire. Elle a également rappelé le programme d’appui à la gestion intégrée des déchets en coopération avec la Belgique mis en application dans les wilayas de Mascara, Mostaganem et Sidi Bel Abbes par le biais de la création de trois unités de valorisation des déchets organiques et fertilisation devant être livrés d’ici la fin de l’année 2019.
Confié à l’Agence nationale des déchets, ce projet est le fruit d’un financement algérien d’un milliard de dinars et d’un don belge de 11 millions d’euros. Il a pour objectif de «réduire» les pertes économiques et l’impact des déchets pour une «meilleure» gestion intégrée des déchets ménagers et spéciaux.
Présent aussi à cette rencontre, l’Ambassadeur des Pays-Bas a, de son côté, insisté sur la volonté de son pays de «renforcer» sa coopération avec l’Algérie. «Notre coopération bilatérale a énormément évolué notamment après la tenue de la troisième session de la commission mixte de coopération économique et technologique qui s’était tenue en mai dernier, sous la présidence du ministre des Affaires Etrangères, Messahel, et de son homologue néerlandais, Stef Blok», a noté SEM Robert Van Embden
Sami Kaidi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions