samedi 23 fvrier 2019 05:02:43

Dans la lucarne : Rien ne sert de courir…

Le football est un sport vraiment particulier. Il y aura toujours quelque chose à dire par aussi bien les journalistes que les spécialistes.

PUBLIE LE : 12-02-2019 | 0:00
D.R

Le football est un sport vraiment particulier. Il y aura toujours quelque chose à dire par aussi bien les journalistes que les spécialistes. La plupart du temps, ceux qui suivent cette discipline de plus près dans le haut niveau vont vite en besogne et donnent leurs avis sur la forme des uns et des autres. Ils vous diront alors, à partir des résultats techniques obtenus, qu’une équipe donnée va «tout rafler» cette saison. C’est même pour eux quelque chose qui «coule» presque de source.
Ce ne sont en fait que des élucubrations car, comme dirait le proverbe, «rien ne sert de courir, il faut partir à point». Car, faut-il le répéter, on ne peut pas préjuger sur un exercice qui sera étalé sur deux phases et surtout globalement 38 matches si l’on prend en ligne de compte les équipes ayant un championnat avec 20 clubs comme il est le cas des championnats européens. Malgré cette évidence, certains, qui veulent se montrer, peut-être, plus futés que les autres, se montrent plus catégoriques et veulent à tout prix convaincre. Pourtant, ils savent qu’un «coup de pompe » n’est pas à écarter dans de telles compétitions. Sur une saison de 30 ou 38 matches tout peut arriver. Par conséquent, on ne peut pas préjuger à l’avance qui va gagner le championnat et qui va rétrograder. Ce serait se hasarder dangereusement en risquant de subir les «foudres» des uns et des autres. Car de nos jours, le commun des mortels ne peut être trompé par des discours avant-coureurs qui n’ont pour but que jouer du bon sens des uns et des autres. Tout le monde sait que dans les différents championnats, il y a des équipes qui émergent dès la phase aller en laissant une «grosse impression» auprès des téléspectateurs, auditeurs et autres supporters considérés comme des «mordus». Il y a par contre d’autres qui attendent la phase retour pour se distinguer. On avait vu cela dans les championnats européens. En Algérie aussi, on est en train de vivre des situations pareilles, puisque les équipes qui étaient derrière à la fin de la phase aller sont en train de se «battre», corps et âme, pour s’en sortir. On peut dire que leur situation s’est nettement améliorée. Ce sont, par contre, celles qui avaient une certaine avance au classement général qui sont en train de «patiner» en cette phase retour. Des équipes «jetées presque en pâture» sortent subitement du lot. C’est le cas du MCA qui est critiqué de toutes part alors qu’il est bien placé en haut du championnat national et aura un match en moins à jouer contre l’ESS. Il y a aussi le cas du PAC. Il n’y a pas longtemps, cette sympathique formation, qui pratique un football léché, est désormais parmi les trois premiers. Elle n’a pas fini d’étonner son monde. En bas du tableau, il y a lieu de mettre en exergue le parcours du CRB. De lanterne rouge, le club «d’Al aquiba» est aujourd’hui en train de reprendre son destin en main. Il n’est plus dans une position de bon dernier. Bien au contraire et suite à deux victoires consécutives, il peut prétendre à mieux sans que personne ne trouve à redire. Sur le plan international, la métamorphose du grand Real Madrid ne fait que surprendre tout le monde. Après avoir imposé le nul au barça au Camp Nou, il vient de «mater» l’accrocheuse équipe de l’Atlético Madrid chez lui sur le large score de 3 à 1. La morale à retenir et qu’il faudra se mesurer avant de dire quoi que ce soit. Tout est fonction de l’endurance et aussi du second souffle  !
Hamid Gharbi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions