jeudi 21 fvrier 2019 01:49:48

Dans la lucarne : Les clubs au pilori

Le championnat de l’élite est en train de vivre ses derniers «balbutiements». C’est même une évidence.

PUBLIE LE : 11-02-2019 | 0:00
D.R

Le championnat de l’élite est en train de vivre ses derniers «balbutiements». C’est même une évidence. En raison de cela, la LFP et aussi la FAF avaient instruit les clubs afin d’être trop regardants concernant leurs dépenses financières sur toute une saison. C'est-à-dire que le budget fonctionnel et prévisionnel doit être bien ficelé. C’est le principe même d’un club professionnel. C’est la meilleure façon de savoir s’il est défaillant ou pas sur le plan financier. La fameuse DNCG (direction nationale de comptabilité et de gestion) dont on avait tellement parlé ces derniers temps n’avait pas fait «long feu». La situation financière  des clubs était telle qu’elle n’a pu accomplir son travail comme elle le devait. De plus, il y avait une certaine résistance de la part des clubs eux-mêmes. A vrai dire, ils ne sont pas enclins à ce que leurs comptabilités soient «épluchées» au moindre «sou». Ils veulent, peut-être, préserver l’opacité de leurs comptes, surtout que nombreux parmi eux ne disposent pas d’une comptabilité fiable avec des écritures comptables à jour. Certains n’ont même pas de comptabilité. Cette situation de «flou» a fait que beaucoup de joueurs recrutés au prix fort ne soient pas payés en retour. Dans ce cas, on les trouve dans tous les clubs. Par conséquent, la chambre nationale des règlements des litiges a eu beaucoup à faire dans ce domaine en faisant tout son possible pour communiquer aux clubs les dernières informations émanant de la FIFA. Car de nos jours, nos clubs qui ne sont pas à jour risquent une «grosse pénalité» allant jusqu’à six mois d’interdiction de recruter. Ce sera encore plus dur pour ceux qui ne règlent ou n’apurent pas leurs situations financières dans les meilleurs délais. C’est vrai que la chambre des règlements des litiges, présidée par Youcef Hamoudi, avait informé tous les clubs de ce qui est leur est demandé. Ce dernier n’a pas voulu faire dans la dentelle en prévenant les clubs de Ligue1 et 2 sur ce qui va leur arriver au cas où ils ne font rien et n’appliquent pas la loi en vigueur dès la saison prochaine. C'est-à-dire que la circulaire de la FIFA, qui autorisait les clubs ayant du retard par rapport au paiement de leurs joueurs, pouvaient avoir un retard jusqu’à 1 milliard de centimes. On avait fonctionné ainsi dès la phase aller. Depuis peu on a tout changé, puisqu’il y a une autre missive qui entre en vigueur dès la phase retour et notamment la saison qui va suivre qui stipule que les clubs ne doivent plus avoir de dettes. Comme l’avait précisé M. Youcef Hamoudi, le club doit avoir «zéro» centime de dettes. Les clubs qui auront des litiges avec leurs joueurs seront tout simplement interdits de recrutement jusqu’à six mois. La qualification de joueurs au sein des effectifs des clubs reste l’apanage de la LFP. La sanction peut aller de six jusqu’à dix-huit mois. Toutefois, s’il y a accord entre le club et son joueur, la Chambre nationale des règlements des litiges peut surseoir sur la sanction. Le club, par conséquent, sera autorisé alors de recruter de nouveaux joueurs selon la législation en vigueur. C’est-à-dire qu’il ne devra pas dépasser les normes arrêtées par la FAF et partant la LFP. Les clubs sont vraiment sur la sellette. Car, on voit mal comment ils vont s’en sortir et avoir une comptabilité saine et sans dettes. Nombreux d’entre eux «croulent» déjà sous le poids des dettes. Comment vont-ils faire pour échapper à «l’épée de Damoclès» de la CRL ? C’est la question qui se pose.
      Hamid Gharbi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions