lundi 18 mars 2019 21:32:02

Nouvelle de Mascara, Visite d’inspection du wali : constats et décisions

Oléiculture : Sig, noyau dur de la production

PUBLIE LE : 10-02-2019 | 0:00
D.R

Page animée par ABDELKADER GHOMCHI

Le wali, M. Baiach Abdelhamid, a effectué, jeudi dernier, une visite d’inspection  et de travail au niveau de la daïra de Ghriss, qu’ il a entamée à partir du chef-lieu,  où il a inspecté le projet des 200 logements LPL.

Un projet datant du programme 2014 qui a coûté à l’OPGI plus de 520 millions de DA, qui sera réalisé en F.3 sur des blocs en R+4. Non loin de là, il a procédé à l’inauguration de deux terrains gazonnés jumelés réalisés pour un montant de plus de 11 millions de DA. Le wali a également visité un site de 85 ha qui abrité une construction illicite, dont la moitié a été démolie et la récupération d’une superficie de 30 ha qui va abrité un projet de 460 logements AADL sur un programme de 860 logements, où 7 familles demeurent toujours sur le site, mais vont être relogées, selon les déclarations du P/APC. Les 30 ha récupérés font partie du foncier domanial, et les contraintes qui peuvent surgir vont être régularisées au fur et à mesure, selon la DUCH et le chef de daïra qui ont été chargés de suivre l’opération. Le wali s’est ensuite rendu au niveau de la commune de Makda, où il a inspecté les travaux effectués sur le mur de protection de l’agglomération des inondations qui a été réalisé en trois tranches pour un montant de plus de 44 millions de DA. Ce village était menacé par les inondations durant les hivers pluvieux. Sur place, le wali a visité quelques rues, avant de prendre la route vers la commune de Sidi Boussaïd, pour inspecter le projet de construction d’un château d’eau d’une contenance de 1.000 m3, pour alimenter le chef-lieu de la commune et plusieurs douars environnants, puis l’inauguration d’un terrain de proximité gazonné réalisé pour un montant de plus de 9.407 millions de DA, au douar Ould Sidi Amar. Le wali s’est ensuite rendu au niveau du pôle urbain de Teguagra, dans la commune de Matemore, où il a inauguré un puits artésien pour une production de 10 L/S, ce qui porte le nombre de forages à 3 pour la commune qui aura 25 L/S. En plus, cette commune est appelée à être renforcée à partir du MAO. Au même lieu, le wali a inspecté le projet portant 620 logements, où le chef de l’exécutif s’est inquiété du manque des infrastructures d’accompagnement, car l’école est ouverte provisoirement au niveau de la bibliothèque. La DUCH a longuement expliqué au wali, la situation du pôle, suivie du directeur du logement et du DG OPGI. Le wali a également fait la remarque sur la route qui doit relier le pôle au chef-lieu de la commune, et ce fut le DTP qui informe le wali sur la double voie programmée qui doit partir du CW au pôle. Le dernier point était la visite de l’aménagement de la ville de la ville de Maoussa, et l’inauguration d’un terrain de proximité gazonné. Le wali a, tout au long de sa visite, écouté les préoccupations des citoyens.

--------------------------

Oléiculture
Sig, noyau dur de la production

Si la plaine de Ghriss est réputée pour les cultures maraîchères, la pomme de terre en particulier, la plaine d’El-Habra, à Mohammadia, est connue pour son agrumiculture, les oranges notamment. La production oléicole se distingue à Sig comme une plaque tournante dans la production d’olives, dans les périmètres irrigués d’El-Habra et de Sig, s’étendant sur une superficie de 14.800 ha, dont 11.000 ha, avec un rendement, bon an mal an, de 39 q à l’hectare en moyenne. La commune de Sig demeure la région indétrônable, malgré la multiplication de la plantation d’oliviers au niveau des communes d’Oued Taria et celle de Hachem.  La wilaya de Mascara occupe la première place au plan national, pour la conserverie des olives de table, et occupe la 3e place au podium, pour les huiles et les olives, tandis que la commune de Sig occupe la première place pour sa production d’olives. L’État continue à soutenir et à aider les fellahs, pour les encourager à produire plus et à entretenir leurs vergers oléicoles dans de bonnes conditions, afin de préserver la longévité de ces oliveraies, même si la variété,  «la Sigoise», jouit d’une grande notoriété et d’un label hors de nos frontières. C’est pourquoi le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a, lors de sa dernière visite dans la wilaya, exhorté les producteurs à accroître le rendement et à investir pour ce nouveau modèle d’économie alternatif   face à une telle situation qui demeure une vraie préoccupation des producteurs de ce produit, qui constitue, à l’instar de plusieurs régions du pays, un produit de grande consommation dans les foyers. Selon les fellahs, la raison essentielle de la diminution de la production est liée à l’insuffisance des quantités d’eau  d’irrigation des oliveraies, mais aussi à la faible pluviosité qui prévaut depuis plusieurs années. On impute l’augmentation des prix de l’olive et de l’huile d’olive à la diminution des quantités d’olives produites dans les régions oléicoles comme étant des périmètres producteurs de bonnes qualités d’olive par excellence ; de cet état de fait a découlé la fermeture de plusieurs conserveries, huileries et unités de transformation des olives, et plus particulièrement les petites unités qui n’arrivent plus à suivre le cours de ce changement dans une courbe descendante où la production d’olives était en deçà des prévisions attendues sur le plan quantitatif, et, par voie de conséquence, le produit de base qu’est l’olive   n’étant pas disponible comme avant, ces petites unités artisanales pour la plupart tournaient à un taux faible par rapport à leurs capacités de transformation et de conservation des olives. L’espoir renaît de suites des promesses de doubler la dotation de eaux destinées à l’irrigation des oliviers, après la menace des répercussions de la sécheresse et du manque crucial d’eau.

--------------------------

Maoussa
LA SALLE DE SOINs FAIT DÉFAUT

Les habitants des douars Ouled-Kada- Belhadj, Ouled-Zemani, Gaaidia, Ouled- Aouf et Allalma, dans la commune de Maoussa, réclament l’ouverture de la salle de soins qui a fait l’objet d’un aménagement et demeure fermée depuis bientôt deux ans. Les citoyens doivent faire le déplacement vers Maoussa, chef-lieu de commune, ou vers Mascara, pour des soins ou des injections. Même les écoles de la localité rencontrent des problèmes pour les soins des élèves, surtout quand il s’agit d’un petit accident. Les habitants de ces douars  lancent un SOS a la DSP et à la wilaya, pour l’ouverture de cette salle qui est d’une grande utilité.

--------------------------

Sûreté nationale
Sur tous les fronts

Dans le cadre de leurs mesures de sécurité visant à assurer la sécurité du citoyen, les services de police relevant de la sûreté de wilaya de Mascara, y compris les sûretés de daïra et les sûretés urbaines, ont exécuté, durant le mois de janvier dernier, 176 descentes dans les refuges des criminels, dont 20 opérations combinées avec les services de la Gendarmerie nationale, qui ont mobilisé à cet effet 153 gendarmes. Ces descentes ont ciblé plusieurs points jugés sensibles et suspects à travers le tissu urbain de la ville de Mascara et ses daïras, en vue de neutraliser les délinquants et de les présenter à la justice. Un nombre de 572 policiers des différents services, dont la sécurité publique, la police judiciaire, les sûretés urbaines, les suretés de daïra et les BMPJ, ont été déployés. L’opération a touché 403 cibles, et a abouti à l’examen d’identité de 2.496 personnes et au contrôle de 15.208 véhicules. Parmi les points ciblés, ont trouve les quartiers sensibles, avec 66 opérations, les marchés et lieux publics, avec 104 opérations, les gares routières et les gares ferroviaires ont fait l’objet de 65 opérations, où l’on trouve aussi différentes zones de la ville, avec 168 opérations. Ces opérations ont permis d’arrêter 82 individus impliqués dans divers délits et infractions, ce qui a abouti à l’instruction de dossiers judiciaires en vertu desquels les suspects ont été présentés devant la justice qui a placé 32 d’entre eux en détention, alors que les autres ont bénéficié des différentes formules de libération. Pour ce qui est des motifs d’arrestation, on compte 9 cas de port d’armes blanches prohibées sans motif légal, 45 individus ont été arrêtés pour détention et trafic de stupéfiants et psychotropes, dont 29 ont été placés en détention. La même opération a permis d’arrêter 6 individus objet de recherche en vertu de mandats de justice, les procédures judiciaires ont été accomplies à leur encontre.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions