mercredi 24 avril 2019 05:59:50

Théâtre : Une Tempête, d’Aimé Césaire, présentée à Alger

La générale de la pièce de théâtre, Une tempête, une réflexion sur le concept de race, sur le pouvoir, et la décolonisation, du célèbre écrivain Aimé Césaire a été présentée, mercredi dernier à Alger, par "La troupe du Festin", devant un public très peu nombreux.

PUBLIE LE : 09-02-2019 | 0:00
D.R

La générale de la pièce de théâtre, Une tempête, une réflexion sur le concept de race, sur le pouvoir, et la décolonisation, du célèbre écrivain Aimé Césaire a été présentée, mercredi dernier à Alger, par "La troupe du Festin", devant un public très peu nombreux. Accueilli au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), le spectacle a   été mis en scène par Afifa Bererhi et Lionel Longubardo sur un texte tiré de La tempête, œuvre originale de William Shakespeare, réécrite et réadaptée en 1969 à la période   "post-coloniale et anticolonialiste" par Aimé Césaire (1913-2008), "fondateur et représentant majeur", dès les années 1930, du mouvement littéraire et politique de la "Négritude" avec Léon-Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor, entre autres. Servie par une dizaine de comédiens amateurs, la trame a été focalisée dans sa réécriture sur les personnages de "Prospéro", maître blanc incarnant le colonisateur et ses pratiques de déculturation et de déshumanisation, ainsi que ses deux serviteurs opprimés et soumis, "Ariel" la mulâtre, et "Caliban" l’esclave, qui, tous deux, vont proposer deux visions différentes du combat pour la liberté.  Ainsi, si Caliban, jadis propriétaire de l’île envahie par Prospéro et ses hommes, s’est résolu à mener une révolte avec ses compatriotes, rejetant sa condition d’esclave, Ariel, elle, espiègle, prône la non-violence, préférant la ruse et la sagesse à toute autre forme d’affrontement, car elle sait que son peuple est démuni de la puissance nécessaire à sa libération.  
Sur un espace doté uniquement de quelques accessoires, les metteurs en scène ont choisi de miser sur la densité du texte et la direction d’acteur, faisant valoir le jeu des comédiens, qui se sont donné la réplique, 90 mn durant, dans des échanges soutenus, occupant l’ensemble de la scène. "Nous n’avons bénéficié d’aucune subvention, d’où la difficulté de monter un décor et habiller les comédiens", a tenu à préciser Afifa Bererhi.
Foulant la scène pour la première fois pour bon nombre d’entre eux, les comédiens, Adem Ayach, Linda Bensid, Yaniss Boudjelouah, Anès Boumaaza, Merouène Ghalloussi, Sarah Guessab, Fawzi Kara, Réda Messaoud-Nacer et Zine El Abidine Mezaoui, tous universitaires et amateurs de théâtre, ont su porter le texte, soutenus par   des projections vidéos, pour illustrer des flash-back reconstituant la genèse de l’histoire. La bande son, faite de reprises choisies par l’ensemble des éléments de la troupe du Festin, et l’éclairage sombre, vertical ou latéral, ont été concluants, assurant au spectacle les atmosphères adéquates à chacune de ses scènes. "La troupe du Festin" a déjà monté durant son année de création, en 2018   par Afifa Bererhi, Don Juan pièce de Molière présentée au Tna avec quelques-uns des comédiens qui récidivent cette année avec Une tempête, un spectacle intellectuellement contenu, et qui demande, cependant, plus de travail dans son volet biomécanique notamment. Organisé par La troupe du Festin, en collaboration avec le Tna, la pièce   de théâtre Une tempête est reconduite jeudi au Tna, aux mêmes horaires.  

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions