jeudi 18 avril 2019 18:16:27

Le site préhistorique Abri Alain à Oran : Irrécupérable !

L’abri Alain, un site préhistorique situé entre le mont Murdjadjo et le quartier Haï Mahieddine (ex-Eckmühl) à Oran, se trouve dans un état tellement dégradé qu’il serait impossible de le sauvegarder et de le récupérer, a reconnu le directeur de wilaya chargé de la culture, dans une déclaration à l’APS.

PUBLIE LE : 07-02-2019 | 0:00
D.R

L’abri Alain, un site préhistorique situé entre le mont Murdjadjo et le quartier Haï Mahieddine (ex-Eckmühl) à Oran, se trouve dans un état tellement dégradé qu’il serait impossible de le sauvegarder et de le récupérer, a reconnu le directeur de wilaya chargé de la culture, dans une déclaration à l’APS. "Le site est perdu à jamais", a déploré Kouider Bouziane, mettant fin aux interrogations sur les perspectives de sauvegarder ce site où des traces de présence humaine remontant à 100.000 ans ont été découvertes. Le bureau d’études en charge de la sauvegarde et de la valorisation du site s’est désisté, après avoir noté dans un ultime rapport que "l’Abri est dans un état irrécupérable", a précisé, en outre le même responsable. Kouider Bouziane a expliqué que "les grottes de l’abri Alain n’existent plus.
Elles ont été emportées par un glissement de terrain et subi des dégradations importantes dues aux activités d’une carrière avoisinante". Ce site archéologique, classé en 1952, a été mis en évidence, lors des fouilles archéologiques menées aux 19e et 20e siècles. Des traces de présence humaine datant d’au moins 100.000 ans ont été découvertes ainsi que des grottes du Paléolithique et du Néolithique.
De nombreuses pièces archéologiques ont été collectées, certaines figurant parmi les collections entreposées et exposées au Musée national Ahmed-Zabana, dont un bloc stratigraphique et une multitude d’outils préhistoriques comme des lissoirs, des haches polies, des lamelles, des couteaux en pierre et autres. La direction locale de la culture a introduit, en 2011, auprès de la tutelle, un dossier pour la préservation et la valorisation du site. Après plusieurs démarches, un bureau d’études spécialisé dans ce genre de travaux a été sélectionné vers la fin 2013. Plus de 5 ans après, ce même bureau a conclu que le site est irrécupérable.
La Direction de la culture entamera prochainement une procédure pour mettre fin au contrat la liant avec ce bureau d’études, a précisé M. Kouider.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions