dimanche 18 aot 2019 08:34:22

Journée Mondiale du Téléphone portable : Un outil qui nous rend dingue !

Une question de fond et de forme

PUBLIE LE : 05-02-2019 | 23:00
D.R

Le téléphone mobile voit sa cote monter en flèche, de jour en jour. «Ranger» le terrible gadget ne serait-ce que pour prendre une petite et insignifiante trêve loin des histoires de réseaux, des écrans en folie et même des casse-têtes des  faux numéros et des plaisantins, est une idée carrément  à rejeter.

Il semble plutôt absurde, déraisonnable pour beaucoup. La modernité impose ses lois, quitte à sous-estimer son revers de la médaille qui peut s'avérer potentiellement très dangereux. La communication passe, de nos jours, par le cellulaire,  considéré comme un super moyen, à l'effet spectaculaire, voire magique. Ce dernier ne peine d'ailleurs pas à faire l'unanimité. Même les vieux et les non- concernés, ni de près ni de loin, par la technologie, prennent le train de cette nouvelle découverte,  unique en son genre et certainement pas comme les autres, depuis  la fameuse trouvaille de «Bell» qui a donné un autre goût à notre vie.
L'écran bleu, du coup, a conquis les cœurs et esprits des jeunes et moins jeunes, dans les villes et les campagnes où l’on ne jure que par lui. Il devient plus qu'un simple  outil pour communiquer.
Il se transforme pour certains, notamment les jeunes, un objet pour frimer, donner une belle image de soi. Veiller à son look, choisir sa coupe de cheveux, ses baskets  Nike, Adidas ou sa  paire de lunettes de soleil Ray Ban,  Rivacci   — détail à ne jamais  omettre —  doit passer aussi et surtout par le choix d'un téléphone portable cher, dernière génération, avec un maximum d'options, y compris celles qui ne servent à rien du tout, si ce n'est pour vivre le rôle du coq du village, bien sûr, avec les  copains.
C’est  un fait, le téléphone mobile  a vu, ces dernières années, avec le progrès, sa vocation dénaturée, pour devenir signe d’aisance, de statut social et économique.

Une question de fond  et de  forme

C’est une question de fierté que de posséder un téléphone de marque connue. Pour  certains,  réciter tel un perroquet les performances de son  portable ou encore se targuer de répéter qui lui a coûté tant, parfois également qu’il est le seul à avoir la petite merveille, en bombant le torse, suffirait à faire bonne impression et à briller par  rapport à tous membres du  groupe,  à l’école et dans le quartier. Voir une  belle «pièce» fait  sortir les yeux de leur orbite. Ça met aussi l’eau à la bouche.  D’ailleurs, on n’hésite pas à taxer certains téléphone de «hatba», «plancha», de nul, d’archaïque, de vieillot et de dépassé par les événements. En d’autres termes : un téléphone doit être présentable, beau, coriace et surtout qui sème à tout-vent, si c’est possible, pour ne pas faire honte à son propriétaire et subir les moqueries des copains.  Les Smartphones, de nos jours, suscitent un vif intérêt, pour faire partie des objets à avoir absolument. La raison est évidente, pour les amateurs qui estiment qu’ils facilitent la vie. On se déplace avec ces derniers dans la poche. On conduit en ayant le joujou collé à l’oreille, fait des recherches sur internet, répond aux messages des amis, bref, d’une pierre, deux coups. Le commerce des téléphones portables est  très répandu, en Algérie ; il faut  savoir que lors d’une seule opération de contrôle des services de douanes, effectuée en 2018, plus de 60.000 téléphones ont été saisis, pour une valeur de 52 millions de dinars. Il faut rappeler également que l’interdiction d’importer ce genre de produits, l’année passée,  a fait exploser les prix de ces derniers sur le marché national.
Aujourd’hui, le mobile est entré dans les mœurs des Algériens, au point de ne plus en pouvoir se séparer, ne serait-ce que  pour un laps de temps. Ceci se voit dans les hôpitaux ou encore lorsqu’on conduit. Pourtant, l’utilisation du téléphone est interdite  pour les conducteurs. Le nombre de retrait de permis de conduire, en Algérie,  en dit long sur la dépendance vis-à-vis de  cet appareil.   Mourad, un jeune conducteur, nous dit qu’on lui a confisqué son permis, plus d’une fois, pour utilisation du téléphone. «Je ne peux m’en empêcher, surtout quand je reçois des appels de la famille», souligne-t-il. Lynda, elle aussi, est passée par cette mauvaise expérience.
Elle essayait de  joindre la nourrice de sa petite fille, quand elle s’est fait arrêter par un policier. «J’ai  bien appris la leçon, après un retrait de trois mois de mon permis», explique-t-elle.
C’est dire que le téléphone portable est devenu un must pour tout le monde. On s’en sert  très souvent là où il ne faut pas, d’où le drame, car il est connu que tout excès est déconseillé.
Samia D.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions