jeudi 18 avril 2019 18:20:23

Nouvelles des Bibans : Un nouveau staff pour la wilaya

Travaux publics : Elargissement de la RN 76 au niveau de Hasnaoua

PUBLIE LE : 21-01-2019 | 0:00
D.R

Page animée par Fouad Daoud

La wilaya de Bordj Bou-Arréridj entame la nouvelle année avec un nouveau staff, tant pour les assemblées locales que pour l’exécutif.

La wilaya, qui a été marquée à la fin de l’année écoulée par la nomination de M. Benamar Bekouche comme wali en remplacement de M. Affani Salah, muté dans les mêmes fonctions à Tissemsilt, a vu l’arrivée de beaucoup de directeurs de l’exécutif. C’est le cas de la DRAG qui est dirigée pour la première fois par une femme, de la direction de l’emploi et même celle des moudjahidine. D’autres cadres supérieurs, comme l’inspecteur général et le chef de cabinet de la wilaya, sont venus renforcer l’exécutif de la wilaya. Les daïras aussi ont été touchées par cette vaste métamorphose à la faveur du mouvement opéré par le Président de la République dans ce corps. C’est ainsi que les daïras de Bordj Bou Arréridj, Bordj Zemmoura, Bordj Ghedir, Mansourah, Medjana, Ras ElOued, Ain Taghrout et Bir Kasdali ont de nouveaux responsables.

Le vent du changement n’a pas épargné les Assemblées élues, et notamment l’APW

Après le renouvellement partiel du conseil de la nation qui a conduit à l’élection de M. Mebarkia Abdelkrim, ex-président de cette assemblée, il était nécessaire qu’il soit remplacé d’abord par un autre élu du même parti et surtout que cette dernière choisisse un nouveau dirigeant. L’assemblée a tenu deux sessions extraordinaires en début de l’année en cours, l’une pour entériner le nouveau membre et élire un président et l’autre pour choisir la restructuration qu’il faut pour gérer ses activités.

-----------------------

Travaux publics
Elargissement de la RN 76 au niveau de Hasnaoua

Le passant par la route nationale 76 au niveau de la commune de Hasnaoua aura remarqué ces derniers jours un élargissement de la chaussée.
Or ce passage était le point noir de la route. Dès qu’ils arrivent dans cette commune, les usagers de la route qui lie les wilayas de Bordj Bou Arréridj et Sétif en passant par Bordj Zemmoura et Guenzet sont bloqués à cause de l’étroitesse de la chaussée. Le mauvais comportement des gens qui stationnent soient en double position n’arrange pas les choses, celui de l’arrêt des bus aussi. En effet beaucoup de transporteurs qui font la navette entre le chef-lieu de la wilaya à et des destinations comme Bordj Zemmoura et  Tassameurt, Ouled Dahmane et même Tefreg empruntent le même chemin. Un encombrement immense caractérise la circulation au niveau de la localité d’autant que cette dernière s’étend sur plusieurs kilomètres à cause de son relief difficile. La position de cette dernière en tant que carrefour entre plusieurs villes a provoqué par la même occasion une densité du commerce et partant un flux de véhicules qu’ils soient lourds ou légers. Des accidents sont survenus sur ce tronçon du fait de cette situation qui n’était pas appréciée par les habitants aussi. Ces derniers, qui étaient obligés de supporter cette situation de jour comme de nuit, ont lancé depuis des années un appel pressant pour que la route nationale soit déviée ou au moins élargie. A défaut de la première solution qui a été retenue mais n’a pu être concrétisée à cause de son coût exorbitant, les autorités locales, avec l’aide de la DTP, ont opté pour la seconde. Ce qui a donné une chaussée répondant aux normes d’une route nationale. Ce qui permet aux usagers et surtout les bus de se garer normalement sans gêner les voitures de passage. Ce que les automobilistes ont justement remarqué. Le trafic est plus fluide sur le tronçon. Un gain de temps est même enregistré. Ce qui n’est pas pour déplaire aux fonctionnaires et aux étudiants qui empruntent la route quotidiennement pour rejoindre le chef-lieu de wilaya. Un effort a été même consenti par l’APC en matière d’éclairage public. Ce service est renforcé facilitant aux usagers de la route la circulation de nuit. Notons que le projet s’ajoute à celui bien plus important qui consiste dans le dédoublement de la voie de Bordj Bou Arréridj à Hasnaoua sur 10 kilomètres. Ce projet, qui a été retardé par l’opposition de certains citoyens pour une question de dédommagement de leurs terres expropriées, a été livré enfin pour le grand bonheur des mêmes usagers.

---------------------------

Education
Deux écoles ouvrent leurs portes après les vacances

La reprise des cours dans les communes de Medjana et El Hamadia sonnait comme une petite rentrée scolaire. En effet, les deux communes qui se trouvent au nord de la wilaya de Bordj Bou Arréridj et au sud de cette dernière pour la seconde, ont été marquées par l’inauguration de deux écoles primaires. Les deux établissements qui ont ouvert leurs portes aux élèves ont permis de diminuer la pression sur le système éducatif de la wilaya, baisser la surcharge que connaissent certaines écoles et rapprocher ces dernières de leurs utilisateurs. 96 autres structures éducatives dont 7 lycées, 8 CEM, 28 écoles primaires et 15 cantines scolaires sont en cours de réalisation dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj. Ces structures, dont les travaux ont été suspendus avant que le Président de la République ne décide de dégeler leur financement, devront ouvrir leurs portes à l’occasion de la prochaine rentrée scolaire. Situées à travers plusieurs communes de la wilaya, elles devront mettre fin aux contraintes dont souffre le secteur et notamment la prise en charge des besoins des habitants des nouvelles cités.

---------------------------

Perturbation de l’alimentation en AEP à Djaâfra

Les habitants de la daïra de Djaafra ont attendu longtemps avant que le projet tant rêvé de transfert hydrique ne soit mis en service. Ce projet important, qui a nécessité un financement colossal de plus de mille milliards de centimes, permet de les alimenter à partir du barrage de Tichy Haf, situé dans la wilaya de Béjaia. Ce qui a offert la possibilité de combler le déficit que la daïra enregistre dans ce domaine. Les forages effectués dans la région se sont avérés infructueux. Les habitants ne recevaient de l’eau qu’une fois tous les 15 jours. Depuis la mise en service du projet, ils sont approvisionnés normalement. Mais cette situation a été de courte durée puisqu’ils ont renoué avec les coupures en AEP. Les services de l’AEP, qui gère désormais l’alimentation de la daïra, assurent que tout va rentrer dans l’ordre après le règlement du problème qui a surgi au niveau du réseau. En effet, ajoutent-ils, une panne technique a eu lieu à la station de traitement du barrage. Les agents chargés de la maintenance de cette dernière s’affairent à la réparer. Notons que la même perturbation a été enregistrée par les communes qui sont alimentées à partir du barrage d’Ain Zada. Cette fois la panne a été décelée au niveau des conduites liant la structure au chef-lieu de wilaya. La prise en charge rapide de la question a mis fin aux souffrances des habitants des communes touchées.

---------------------------

Un nouveau service mère-enfant  

Le secteur de la santé de la wilaya de Bordj Bou Arréridj sera renforcé par un nouveau service mère-enfant  d’une capacité de 60 lits, implanté au chef-lieu de la wilaya, à la faveur de la  conversion de la polyclinique de la cité «15 coopératives», a-t-on appris, samedi, auprès de la direction de la santé et de la population (DSP). Selon la même source, la conversion de cette polyclinique en service mère-enfants a été décidée par le chef de l’exécutif local, Benamor Bekouche, suite à une visite d’inspection effectuée à cette structure  sanitaire, où il a eu à constater «l’état de dégradation» des lieux.
Le même responsable a instruit à l’effet d’entamer «dans les meilleurs délais» des travaux de réhabilitation de cette polyclinique et la  reconvertir en un service mère-enfants, a-t-on noté, soulignant que cet  établissement de santé, qui sera réceptionné «durant le premier trimestre  de l'année en cours», permettra «d'équilibrer la répartition des  infrastructures de santé au chef- lieu et allégera la pression sur  l’établissement hospitalier de mère-enfant de la wilaya».
Créée en 2011, la polyclinique «15 coopératives», implantée au centre-ville, était fermée depuis plus de trois ans en raison de sa vétusté.

---------------------------

Collectivités locales
Plusieurs défis attendent les responsables

La première a donné lieu notamment à l’élection de M. Zebiri Abdelaziz comme P/APW de la wilaya de Bordj Bou Arréridj. Il est secondé dans ses fonctions par MM Salim Aribi du RND et Ali Mehenni Kheireddine de la liste indépendante El Wihda. Le premier a été député avant d’être vice- président de l’assemblée au cours de l’actuel mandat. C’est dire qu’il connait «la maison» et la façon de la gérer en plus de ses membres. Ses seconds ont, quant à eux, été maires de Bordj Bou Arréridj pour M. Aribi et Hasnaoua pour M. Ali Mehenni. Ce qui leur donne des atouts certains dans la connaissance des besoins de développement de la wilaya et l’approche qu’il faut pour les satisfaire. Justement, l’assemblée, qui a été marquée par l’instabilité durant l’ancien mandat, nécessite pour celui qui est en cours une cohésion entre ses membres et surtout une maîtrise des dossiers pour combler les lacunes dont souffre la wilaya. L’agriculture, par exemple, qui était la principale vocation par le passé, n’arrive pas à donner le rendement attendu. Avec un chiffre d’affaires qui avoisine les 32 milliards de dinars, elle est 39e au niveau national. C’est très peu pour une wilaya qui compte une surface agricole très importante et qui était, il n’y a pas longtemps, un grenier gigantesque. La mission qui attend les intervenants dans le secteur au niveau de la wilaya, encore dépendante de la pluviométrie, reste l’augmentation des périmètres irrigués. L’industrie, qui fait actuellement les beaux jours de la wilaya, souffre elle aussi de plusieurs problèmes dont le rétrécissement du foncier industriel et surtout l’aménagement des zones industrielles existantes.
En matière d’habitat, la wilaya de Bordj Bou Arréridj a bénéficié d’un important programme. Mais le respect des délais et surtout des normes de qualité sont les principaux défis du secteur. Le gaz naturel a été un exemple frappant de la mobilisation des élus de la wilaya et notamment au niveau de l’APW pour réussir un programme qui a permis à toutes les communes de la wilaya d’en profiter. La wilaya de Bordj Bou Arréridj est d’ailleurs devenue pionnière en la matière. La wilaya a besoin justement de la conjugaison de tous les efforts pour relever tous les défis. Un secteur comme le tourisme peut valoir beaucoup de satisfactions pour peu que les professionnels, les élus, le mouvement associatif et même les citoyens mettent la main dans la main pour exploiter les énormes ressources de la wilaya. Ces dernières ne se limitent pas aux stations thermales mais s’étendent aux montagnes, aux sites archéologiques, aux zaouïas et même au tourisme d’affaires. Le wali de Bordj Bou Arréridj a renouvelé aux élus sa disponibilité à travailler avec eux pour porter le développement de la wilaya aux niveaux souhaités par toute la population. C’est vrai que les moyens financiers sont  réduits. Le dernier budget de la wilaya, voté par l’APW, est en nette baisse par rapport aux années précédentes. Mais les hommes et les femmes ne manquent pas. Leurs idées aussi.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions