mardi 18 juin 2019 03:03:59

Le MAE remet un message du Président Bouteflika à son homologue finlandais

L’Algérie, un pays stable et sécurisé

PUBLIE LE : 12-01-2019 | 0:00
D.R


M. Messahel a été reçu, hier à Helsinki, par le président de la République de Finlande, Sauli Niinisto, auquel il a remis un message écrit du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Dans le cadre de sa visite en Finlande, M. Messahel a réitéré «l’engagement de l’Algérie à travailler davantage avec la Finlande pour le raffermissement des relations bilatérales et le renforcement de la coopération et de la concertation politique». Il s’est également félicité de «la qualité des liens politiques qui unissent les deux pays depuis de longues dates qui remontent au soutien de la Finlande à la libération du continent africain». L’audience a également porté sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment la situation dans la sous-région, au Mali, au Sahel et en Libye. A cet égard, M. Messahel a souligné «l’apport de l’Algérie pour la résolution pacifique des conflits et les principes d’équidistance, de non-ingérence et d’appropriation par les acteurs concernés des processus de règlement des crises, qui fondent sa politique extérieure». D’autres questions telles que l’immigration clandestine, le changement climatique et la lutte contre le terrorisme ont également été abordées. Le Président Niinisto s’est félicité, pour sa part, des relations algéro-finlandaises et de la visite de M. Messahel qui marque «un intérêt certain, de part et d’autre, pour le développement de la coopération bilatérale au bénéfice des deux pays». Il a également marqué son intérêt pour «le développement de la coopération entre les deux zones d’appartenance de l’Algérie et de la Finlande, à savoir l’Afrique et l’Europe qui doivent coopérer pour juguler les défis communs». Le Président finlandais a chargé le ministre des Affaires étrangères de transmettre au Président Bouteflika «ses sentiments d’estime et de considération et un vœu de progrès et de prospérité au peuple algérien ami».

des relations traditionnelles d’amitié et de coopération

M. Messahel s'est aussi entretenu avec son homologue, Timo Soïni. L'entretien a porté sur les relations bilatérales et les voies et moyens à même de les renforcer davantage au bénéfice des deux pays et des deux peuples. Les deux ministres se sont félicités des relations traditionnelles d'amitié et de coopération qui existent entre les deux pays, réitérant leur engagement à «travailler ensemble à l'effet d'insuffler une nouvelle dynamique aux relations algéro-finlandaises». MM. Messahel et Soïni ont également procédé à un échange de vues et d'analyses sur la situation dans leurs régions respectives. Ils ont, à cet égard, souligné l'importance d'une «plus grande coopération entre les deux ensembles, l'Afrique et l'Europe, à la veille d'échéances importantes, dont la réunion ministérielle Union africaine-Union européenne de Bruxelles, et dans la perspective de la présidence finlandaise de l'Union européenne qui débutera au courant de cette année». Les deux parties ont également abordé «les défis globaux, tels que les changements climatiques, la migration clandestine et la menace terroriste, des questions sur lesquelles se dégagent une convergence d'appréciation et une volonté partagée de travailler ensemble pour les juguler».   
Le ministre a visité le Centre européen d'excellence pour la lutte contre les menaces hybrides qui développe le réseau des experts spécialisés, fournit des formations dans ce domaine, publie des rapports et des documents d'information, comme il entretient des relations de travail avec de nombreux partenaires dont l'Union européenne. M. Messahel a indiqué que l'Algérie accorde «une importance primordiale à la stabilité et à la sécurité et à la coopération internationale dans ce domaine», ajoutant qu'«à partir du moment que la menace hybride est globale, la réponse doit être également globale et internationale». Il a également souligné «la gravité de la menace terroriste et la mise à profit par les groupes terroristes et criminels d'internet et des réseaux sociaux pour le recrutement et la diffusion du discours radical». Il a ajouté dans ce cadre que l'Algérie est intéressée par le développement d'une relation de coopération avec ce centre, comme il est indiqué qu’il entretient des rapports avec le Centre africain d'étude et de recherches sur le terrorisme (CAERT) et le mécanisme de coopération policière (AFRIPOL).
Le ministre a aussi visité le Centre de l'initiative de Management des Crises (CMI) et y a rencontré les responsables de cette institution, à leur tête Mme Tuija Talvitie. Ce centre, spécialisé dans le soutien et l'appui aux initiatives de médiation et de dialogue à travers le monde et qui consacre l'héritage du Président Martti Ahtisaari, est une institution qui se fixe pour objectif de contribuer à la promotion de solutions pacifiques aux crises et à la sensibilisation contre les menaces à la paix et à la sécurité internationales. M. Messahel a souligné que «l'Algérie, qui a beaucoup fait pour la promotion de solutions pacifiques, de la médiation et du dialogue, en citant les exemples de la paix entre l'Ethiopie et l'Erythrée et au Mali notamment, continue de plaider pour la cause de la paix et de la stabilité à travers le monde». C'est dans cet esprit que «l'Algérie, forte de son expérience dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, la réconciliation et la déradicalisation, a initié au niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies la résolution qui fait du 16 mai de chaque année, la journée internationale du vivre-ensemble en paix». Le ministre a souligné «l'importance de l'équidistance, de la non-ingérence et de l'appropriation par les parties des processus de règlement, qui sont des principes sous-tendant la politique extérieure de l'Algérie». M. Messahel a également marqué «l'importance de la discrétion dans le cadre des exercices des médiation et du dialogue, une démarche que l'Algérie adopte dans ses efforts en Libye et au Mali notamment». Mme  Talvitie a indiqué que la politique extérieure de l'Algérie, notamment dans le domaine de la médiation, constitue «une source d'inspiration pour son institution au service de la paix et de la sécurité internationales» comme elle a exprimé le souhait de lancer la coopération avec l'Algérie sur ces «thématiques importantes».
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions