dimanche 21 juillet 2019 00:10:58

Yennayer (2969), Un programme riche et varié : Somptueux !

Une mosaïque du vivre ensemble

PUBLIE LE : 12-01-2019 | 0:00
D.R

SIDI BEL-ABBèS :
Des moments intenses

Un week-end, en fait singulier, a été vécu par la population de la cité de la Mekerra, dans l'ambiance de la fête de Yennayer, pour vivre des moments intenses en émotions et en souvenirs, ravivés en la circonstance, au gré surtout de ce programme d'activité mis en œuvre.

Exposition des anciens ustensiles et le meuble ancestral, de tenue vestimentaires traditionnels et le livre écrit en tamazigh, la maison de la culture Kateb-Yacine  s'est érigée momentanément un lieu de rencontres âpres l'installation d'une kheima traditionnelle pour renouer avec une authenticité d'une nation guidée perpétuellement par les valeurs de paix, de solidarité et d'union. Devant les aléas du temps et les difficultés des contextes et conjonctures, elle s'est toujours d'ailleurs distinguée dans ses réactions et sa mobilisation par ces notions faisant sa force de résistance et un remède de choc dans la survie aux événements souvent douloureux de son histoire. Le décor mis en place ne pouvait que susciter de la méditation et voyager surtout dans l'espace pour s'attacher à ce repère d'identification et se concentrer sur ses effets et son impact sur la consolidation des fondements d'existence et le raffermissement des liens d'une société dans toute sa diversité… Une société soucieuse de la préservation de ses traditions et respectueuse des convictions des uns et des autres comme pour manifester un sentiment de tolérance …
Le commun des citoyens fut donc convié à visiter les stands édifiés pour se laisser aller dans l'ambiance du décor mis en place et s'accrocher jalousement aux procédés de confection de tenues traditionnelles et de fabrication des anciens ustensiles et le meuble ancestral… des moments nostalgiques forts et enveloppés de fierté et d'orgueil par le visiteurs ému par le savoir-faire des générations précédentes et leur sens du compter sur soi…Autant d'enseignements sont tirés sûrement de cette célébration évocatrice certes de l'une originalité mais interpellatrice également quant au sens de l'imagination et l'esprit d'entreprise autrefois d'une nation.
Une semaine durant, une animation sans précédent a été relevée au niveau de la cité et des sites  à caractère commercial surtout pour l'approvisionnement des ménages, la préparation des plats traditionnels et l'organisation des soirées familiales à l'effet de célébrer dans la tradition l'événement et de se conformer aux rites enracinés au fil du temps et ancrés dans la mémoire collective.
Sidi Bel-Abbès s'est tout bonnement réconciliée avec ses marques pour passer en revue ses us et coutumes en la matière, exposer fièrement son patrimoine historique et culturel et réitérer son engagement à préserver ses spécificités et ses caractéristiques traditionnelles en conformité ou en prolongement, en appui et en soutien   des constantes de la nation…
    A. Bellaha

-----------------------------

MASCARA
La société civile impliquée

La journée de Yennayer a été célébrée avec  faste tant le programme concocté à cet effet était  riche, cette célébration s'est déroulée avec l'implication de la société civile et des associations de la wilaya dans le but de mettre en exergue tout ce qui a été réalisé depuis l'officialisation de tamazight. Le programme des festivités se décline avec le coup d'envoi officiel donné ce jeudi à partir de la Maison de la culture, Abi Ras Naciri. La deuxième étape de ces festivités met en exergue la connaissance de l'histoire de yennayer dans sa profondeur, puisque cet événement fait partie de nos coutumes et traditions et chaque région la voie a sa manière. Cette fête a été oubliée depuis plusieurs années au point que beaucoup de citoyens ignorent son histoire, la tradition veut que l'on revienne à nos racines et surtout mettre en relief notre identité algérienne, sa célébration revêt portant un aspect qui a beaucoup plus de valeur que le nouvel an du calendrier Grégorien, Yennayer est un rendez-vous culturel qui va en parallèle avec nos traditions et ça permet la valorisation de notre passé. Yennayer dans ces origines est le nouvel an Berbère, est célébré chaque année dans plusieurs régions du pays chacun a sa manière, La tradition reste ancrée dans les mémoires. Les commerces sont bien achalandés à l'approche de cette fête de produits ayant un lien direct avec cette occasion qui tient à nos origines ancestrales et les enfants en passant devant les magasins pendant toutes ces journées précédant le 12 de ce mois écarquillent les yeux pour savourer même à distance les sortes de nougat du bled et du halkoum, les noix et noisettes, les bonbons mais aussi les chocolats produits localement ou «made in», les fruits exotiques et les figues séchées et enfarinées joliment étalés, arachides, amandes, pistaches, marrons, glands, au passage des clients qui, le jour j, cassent les tirelires pour se faire plaisir et faire plaisir surtout aux enfants. Les commerçants se frottent déjà les mains tant le profit pour cette fête traditionnelle est intéressant, et les consommateurs qui ne font pas exception à la règle ne dérogent pas aux us et coutumes pour faire perpétuer cette tradition, les commerçants occasionnels exposent leurs étalages alléchants débordant de produits en tous genres et tout particulièrement les fruits secs, mais à des prix qui dépassent tout entendement, si le décor est bien planté, les prix ne suivent pas et rebutent plus d'un. Cette année, les prix ont fait un bond substantiel par rapport à l'année précédente. Une virée au niveau de quelques marchés et magasins de la ville de Mascara  donne une idée sur la tendance de «Yennayer de ce début d'année 2019 la fête de Yennayer a une portée civilisationnelle et historique. Mascara ne déroge pas à la règle quand il s'agit de célébrer dans le respect des traditions dans un climat de ferveur et de piété un événement de cette portée qui resserre.
A. Ghomchi

-----------------------------

Sétif
Une mosaïque du vivre ensemble

Somptueux ! C'est le moins que l'on puisse dire de ce grand souk de Yennayer qui a été inauguré,  jeudi en début de soirée par M. Nacer Maskri, wali  de Sétif et Samia Benmaghsoula directrice générale de la jeunesse au ministère de la Jeunesse et des Sports.
Organisée par le ministère de la Jeunesse et des Sports, cette activité qui aura été sans nul doute, le maillon fort de cette troisième édition nationale de la célébration de Yennayer qui se tient dans la cité dans la cité de Ain Fouara, est porteuse d'espoir et de sérénité ainsi que de multiples symboles forts que chacun de ces milliers de jeunes émanant de tous les coins du pays aura su faire valoir dans cette dimension de l'unité et de la fraternité d'un peuple préservant ses acquis et pour l'occasion, ce patrimoine millénaire unanimement partagé.
Sétif aura été ainsi, une fois encore le creuset de toutes ces valeurs qui rassemblent, prenant à témoin dans le décor fabuleux d'un parc d'attractions brillant de ses mille feux et vibrant au rythme de mille sons et lumières, ces 1.500 jeunes qui venus des 48 wilayas du pays pour édifier ensemble cette mosaïque de l'unité et depuis ce berceau de l'humanité qu'auront confortées les dernières découvertes de Ain Lahneche, envoyer à tous ceux qui s'aventurent à vouloir porter atteinte jusqu'à ce lien de novembre, le message fort d'une jeunesse plus que jamais portant l'Algérie une et unie au cœur.
Ni le ciel bas qui pesait sur la cité, ni le froid glacial qu'entretenait un mercure au plus bas de sa mesure et encore moins ces premiers flocons de neige qui annonçaient un hivers rigoureux en ces premiers jours de Yennayer n'auront affecté la volonté et la détermination de ces milliers de jeunes et moins jeunes de se retrouver sur tous ces espaces du parc d'attractions, ces chapiteaux dressés pour l'occasion pour fêter ensemble l'événement, chanter et danser à ne plus en finir.
Une ambiance d'autant plus impulsée par ces nombreuses formations folkloriques venues d'ici et là, de l'Algérie profonde pour «mettre le feu» en symbiose à ce merveilleux décors et entrainer dans le rythme de leurs bendirs, karkabou, baroud et voix multiples émergeant des entrailles de notre riche patrimoine cette foule qui allait de chapiteau en chapiteau pour découvrir toutes ces richesses inestimables de chaque wilaya et nous entraîner dans ce flot d'impressions et de souvenirs partagés.
Bricha Omar qui vient de Ghardaia vit intensément l'événement meme s’il semble quelque peu affecté par le froid que la prestigieuse  formation folklorique de cette wilaya est venue dissimuler : «C'est la premier fois que j'assiste à un tel événement et prendre part à cette grande fête qui rassemble les jeunes des 48 wilayas présentes. L'hospitalité des Sétifiens et la bonne organisation nous permettent de mettre de préserver et valoriser notre beau patrimoine». Non loin de là, Derbali Bousmaia de Naâma poursuit : «Nous avons connu des gens et des traditions de toutes ces régions qui sont présentes à ce souk à l'occasion de Yennayer. C'est toute la beauté de notre pays, un patrimoine aussi riche que varié qui en étonne plus d'un ce soir et nous ramène vers toutes ces traditions de nos aînés depuis la nuit des temps.».
Sadki Ahmed de Tamanrasset tient d'emblée à remercier le Président de la République pour cette décision historique d'avoir institué Yennayer et permis à cette formidable jeunesse de vivre en symbiose et de vivre ensemble ces moments forts d'amitié et de fraternité à Sétif que nous découvrons aussi avec plaisir. Sous le chapiteau de la wilaya de Béjaïa, Louichaoui Halim tien également a «exprimer mon plaisir d'être là ce soir avec ces milliers de jeunes Algériens. Dans la fierté qui m'anime de faire de surcroit dans la valorisation des produits du terroir, je suis d'autant plus heureux de voir tous les Algériens rassemblés maintenant ceux qui veulent se fondre dans l'autre monde du Facebook, c'est leur affaire. Yennayer rassemble plus qu'il ne divise et autant vous dire que j'ai dansé à n’en plus en finir. »
De Tlemcen, Sadki Lakhdar et la délégation qui l'accompagne est venu avec toute une panoplie de bijoux traditionnels et d'autres objets artisanaux : «Permettez moi d'abord de vous dire que j'ai été frappé par la beauté de cette ville et l'hospitalité de sa population. Cette grande fête de Yennayer nous a permis de connaître des gens, des traditions mais surtout d'avoir rempli notre carnet d'adresses. Nous reviendrons autant de fois à de telles fêtes qui rassemblent les Algeriens ».Sétif présente en force à ce grand souk de Yennayer n'a rien laissé au fait du hasard pour que ce souk soit une véritable carte postale d'un patrimoine aussi riche que varié : « Je suis en effet Algerien, fier de mon amazighité ! Cette manifestation est le symbole même d'un peuple qui quelque soit nos différences de temps à autres, sait se retrouver dans l'unité et la fraternité. Une jeunesse comme vous l'avez vu qui se réconcilie avec elle-même, avec son histoire, ses traditions, c'est formidable !», souligne Tighza Kamel. Non loin de là, sur tous ces espaces du Park Mall, le fête n'en sera que plus belle et ne s'achèvera que tard dans la nuit.
F. Zoghbi

-----------------------------

Constantine
Un programme varié  

À l'occasion du jour de l'an amazigh, Yennayer, consacré par le Président de la République, fête nationale officielle, les autorités locales ont mis sur pied un programme de festivités varié à travers tout le territoire de la wilaya, avec l'implication de différentes directions de l'exécutif.

Au niveau du chef-lieu se tient depuis jeudi, au palais de la culture Malek-Haddad, une exposition d'artisanat à laquelle prennent part diverses associations culturelles, qui porte sur les tenues traditionnelles kabyles et chaouies, la poterie, les bijoux, la tapisserie, ainsi que les mets amazighs typiques, à l'image du berkoukes, de la tamina, de la dchicha et du baghrir. À la maison de la Culture, c'est une autre exposition organisée par la direction de la Culture, on trouve des livres en tamazight ou ayant pour thème la culture berbère, et au niveau des allées Benboulaïd, à proximité du square Bennacer, c'est la direction du Tourisme qui a programmé, en partenariat avec la chambre de l'artisanat et des métiers, une autre exposition de produits artisanaux. Aujourd'hui auront lieu les festivités officielles de Yennayer, avec diverses inaugurations auxquelles procédera le wali Abdessamie Saïdoun, un spectacle de danse folklorique kabyle au théâtre régional Mohamed-Tahar-Fergani, une conférence du Pr Larbi Dahou sur les Amazighs d'Afrique du Nord, une pièce intitulée Yennayer fête de l'amour, et dans l'après-midi, dans cette même enceinte, diverses activités présentées par l'association El Houda de Ghardaïa. Au centre culturel Rachid-Ksentini, de la cité Daksi, Hocine Taoutaou et Abdelaziz Filali, respectivement directeur de l'annexe du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) d'Aïn M'lila et président de la fondation Abdelhamid Benbadis, donneront des conférences sur la thématique de Yennayer.
     Enfin, 10 couples issus des milieux défavorisés convoleront en justes noces à Dar El Imam, à la faveur d'un mariage collectif initié par le bureau local de Souboul El Khaïrat dans le cadre du rite de la «touiza» (solidarité intercommunautaire), corollaire de la fête de Yennayer.
Des activités de même nature sont programmées au niveau d'autres communes, entre autres un tournoi de football au stade principal d'Ibn Ziad, des combats de boxe et une course cycliste à Benbadis, une visite, pour des élèves, au tombeau de Massinissa, sur les hauteurs Khroub, organisée en partenariat avec les directions de l'Éducation et du Tourisme, au cours de laquelle une fresque murale sera officiellement inaugurée.
Issam B.

-----------------------------

BéJAïA
Une fête de grande dimension

La wilaya de Béjaia, avec ses 52 communes, est fin prête pour célébrer de nouvel an berbère. Un programme riche et varié a été élaboré par l’ensemble des communes et qui s’étalera sur six jours (du 8 au 13 janvier 2019). Ce premier anniversaire de la journée nationale n’Tmazight, journée chômée et payée, a connu une intense activité sur le plan culturel, sportif et social. Au chef-lieu de la wilaya, les autorités ont inauguré, mardi dernier, une exposition de produits d’artisanat, ateliers vivants et de céramique sur l’esplanade de la maison de la culture suivi de l’ouverture officielle du Salon du livre Amazigh avec 14 maisons d’édition qui ont exposées au niveau de la bibliothèque principale de la lecture publique. Une soirée musicale avec des artistes locaux a été organisée au théâtre régional Malek-Bouguermouh de Bejaia.
Hier, les responsables de la wilaya ont inauguré le Salon des produits du terroir avec des stands d’huile d’olive, miel, figues sèches et produits artisanaux. La journée du jeudi a été marquée par un regroupement au niveau du stade de l’Unité maghrébine où a été donné le coup d’envoi d’une grande parade de «Yennayer» avec la participation de la Garde républicaine, la fanfare de la protection civile, les Scouts musulmans algériens, le voilier «Chebek Yennayer», les troupes folkloriques de huit wilayas à savoir la Rehaba de Khenchela, Karkabou de Ghardaïa, Hmam Soukhena de Sétif, Mila, Bechar, Timimoun, Biskra et Oued Souf. Cette parade qui s’est ébranlée depuis la maison de culture s’est immobilisée devant la grande place attenante au siège de la wilaya.
 La cinémathèque du 1er-Novembre-1954 a abrité la projection avant-première du film cinématographique musical intitulé Taskurt (perdrix) en hommage au chanteur Slimane Azem interprété par l’artiste Yacine Zouaoui et réalisé pat Toufik Guelati. Le vendredi, la commune d’El Kseur accueillera ses invités avec l’ouverture officielle de Yennayer au niveau du stade communal, alors qu’à la commune d’Ifri Ouzellaguène, les invités visiteront le village kabyle ancestral avant d’assister au coup d’envoi de la caravane traditionnelle animée par des calèches, troupes folkloriques et baroud. Le film La colline oubliée sera projeté dans l’après-midi avant l’exhibition de la Garde républicaine de la cornemuse et cavalerie à l’OPOW de Bejaia.
Aujourd’hui, jour « J » les festivités seront encore plus variées avec le dévoilement de l’enseigne du siège de la wilaya portant inscription en tamazight suivi de la grande parade de «Yennayer» qui s’ébranlera de la wilaya vers la Brise de mer avec la participation de la Garde républicaine, la fanfare de la protection civile et les Scouts musulmans algériens (SMA) et la mise en place du voilier « Chebek Yennayer » à la Brise de mer.
Le centre culturel islamique accueillera la caravane scientifique de solidarité pour une «Hiver chaud» alors qu’un spectacle artistique animé par Abdelkader Chaou et Wissam sera organisé au Théâtre. Plusieurs conférences en partenariat avec le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) avec Mme Galez Ouiza, docteur au CNRPAH et M. Hirèche Mohamed El Hadi, professeur à l’université d’Alger seront organisées à la bibliothèque principale.
Un hommage sera rendu à des figures du monde culturel et sportif de la wilaya dont une visite au domicile de l’écrivain Idress Abdelhafid, auteur du dictionnaire tamazight-français. Par ailleurs, un grand marché de «Yennayer» avec une exposition-vente de produits de terroir a été organisée sur l’ancienne place d’Ifri. Il va sans dire que la constitutionnalisation de la langue amazighe, langue nationale et officielle, et sa définition en tant que fête nationale chômée et payée demeure incontestablement un acte de courage et de bravoure du Président de la République qui s’inscrit en lettres d’or dans l’histoire de l’Algérie indépendante.
Mustapha Laouer

-----------------------------

Bordj Bou-Arréridj
Des manifestations à la mesure de l’événement

La wilaya de Bordj Bou-Arréridj, qui compte un patrimoine aussi riche qu'ancien, ne pouvait rater un événement important comme le nouvel an amazigh qui rappelle une étape grandiose de notre histoire. Cet événement, qu'elle a l'habitude de fêter au niveau populaire, a été consacré officiellement après la décision du Président de la République de lui donner le statut de jour férié au même titre que les autres dates qui ont marqué le parcours du peuple algérien. Ce qui a donné à la célébration de Yennayer une dimension exceptionnelle comme le montrent toutes les activités qui se déroulent dans la wilaya. En effet la wilaya de Bordj Bou-Arréridj respire au rythme du programme prévu pour cette journée qui est attendue avec impatience par la population. Si les foyers se préparent pour l'occasion, en achetant les denrées nécessaires pour le dîner et la soirée organisés habituellement pour la fête, des secteurs comme ceux de la culture et le tourisme apportent leur contribution à la fête. Même le mouvement associatif n'a pas manqué à l'appel. Expositions d'objets traditionnels, concours culinaires et manifestations artistiques sont programmés au niveau de plusieurs structures culturelles que ce soit au chef-lieu ou ailleurs.
C'est ainsi que la bibliothèque principale, qui se trouve sur la route d'El Anasser, a prévu plusieurs activités pour célébrer l'événement comme la présentation de spectacles de chants et de théâtre en amazigh et même un Salon du livre édité dans cette langue. Des ateliers d'apprentissage de cette deuxième langue nationale, avec l'arabe, ont été également prévus. Des manifestations du même genre ont été organisées dans plusieurs localités de la wilaya comme Djaafra, Theniet Nasr et Ouled Sidi Brahim.Une association de la wilaya, celle du village de Achabou situé dans la première commune, s'est distinguée par l'organisation d'une activité qui permet de perpétuer une tradition de la région celle de Lawziaa. Plus de 300 parts ont été préparés par les membres de l'association aux habitants du village consacrant les habitudes de solidarité avec les pauvres, de réunion de tous les membres de la même localité et la conservation du patrimoine local. Mais Yennayer a aussi des dimensions économiques puisqu'il apporte avec lui de la pluie et de la neige, appréciée par les habitants qui souhaitent que la fertilité de leurs terres l'accompagne.
La célébration officielle n'était pas loin dans ses objectifs. Le wali de Bordj Bou-Arréridj, M. Benamar Bekouche, qui a assisté à une partie de ces activités, a déclaré que le programme arrêté par ses services ne comporte pas seulement des chants et des danses, mais qu'il englobait le développement local attendu également par la population.
C'est ainsi que le premier responsable de la wilaya, qui s'est rendu dans certaines localités ayant accueilli la manifestation comme celle de Slatna située dans la commune d'El Mehir à l'ouest de la wilaya, a présidé une cérémonie de mise en service du réseau d'AEP au profit de 35 villages de la région.
Désormais Yennayer rappelle l'arrivée de l'eau courante dans les robinets de toutes les maisons de ces villages. Leur approvisionnement se fait grâce au projet dont a bénéficié cette dernière à savoir le transfert hydrique du barrage de Tilesdit qui se trouve dans la wilaya de Bouira.
Ouled Sidi Brahim, dans la même région, a bénéficié quant à elle de l'aménagement urbain et même de la couverture du stade communal en gazon synthétique, à la grande joie des jeunes de la commune. Ouled Sidi Brahim c'est aussi une zaouïa qui date de plusieurs centaines d'années. Le wali qui l'a visitée, en marge du programme de célébration, a annoncé que cette construction historique a été proposée au ministère de la Culture pour être classée monument national. Le programme comprend même un échange avec la wilaya d'Illizi dont une délégation séjourne ces jours-ci à Bordj Bou-Arréridj pour présenter une partie du patrimoine de la wilaya.
Ce qui rappelle une autre dimension de Yennayer, la consolidation de l'unité nationale.
F. D.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions