Croissance de l’économie en 2019 : Les prévisions de la BM revues à la hausse

L’édition de janvier 2019 du rapport de la Banque mondiale sur «les Perspectives pour l’économie mondiale», publié le 8 janvier, évoque une prévision à la baisse de la croissance de l’économie algérienne en 2019 et 2020.
PUBLIE LE : 10-01-2019 | 0:00

L’édition de janvier 2019 du rapport de la Banque mondiale sur «les Perspectives pour l’économie mondiale»,  publié le 8 janvier, évoque une prévision à la baisse de la croissance de l’économie algérienne en 2019 et 2020.
Toutefois, même si cette perspective est un peu plus élevée que celle avancée en juin dernier (2%), elle demeure relativement en baisse par rapport à ce qui a été prévu pour 2018, avec une estimation de 3,2%, moyenne qui sera revue à 2,5%, en référence aux données du mois d’octobre dernier.
«L’Algérie devrait décélérer à 2,3%, du fait de la diminution progressive des dépenses publiques, qui avaient connu une augmentation considérable l’année dernière», anticipe, dans ce sens, la BM. En 2018, les projections de l’institution monétaire établissaient un taux de croissance de 2,5% de l’économie algérienne, contre 1,4% en 2017, tirée par les dépenses publiques.
«En Algérie, on estime que les dépenses publiques ont contribué à accélérer la croissance, qui a atteint 2,5% durant l’année écoulée», précise l’analyse de la BM, qui table sur une autre baisse de la croissance de l’économie algérienne, à 1,8% en 2020, et en 2021. La Banque mondiale, qui a livré les mêmes prévisions de croissance de l’économie algérienne, en octobre dernier, explique que la croissance globale de l’économie mondiale redescendra à 2,9%, cette année, en raison de l’affaiblissement du commerce et de l’investissement.
«La croissance économique mondiale devrait fléchir, cette année, pour passer d’un taux (révisé à la baisse) de 3% en 2018 à 2,9% en 2019, dans un contexte d’accentuation des risques de détérioration des perspectives», note le rapport.
Dans cette optique, les experts de cette institution estiment qu’en raison de ce repli attendu des perspectives économiques mondiales, «il sera primordial de renforcer la planification de mesures d’urgence, de faciliter les échanges commerciaux et d’améliorer l’accès aux financements, pour traverser la période d’incertitude actuelle et donner un coup de fouet à la croissance». Pour la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord), la croissance devrait se consolider pour atteindre 1,9% en 2019, indique la Banque mondiale. «En dépit du ralentissement de la croissance des échanges commerciaux mondiaux et du resserrement des conditions de financement externes, des facteurs intérieurs — notamment les réformes des politiques publiques — devraient stimuler l’activité économique», au niveau de cette partie du monde, note le document.
La BM considère, dans son rapport, que «les facteurs géopolitiques, combinés à l’incertitude autour des volumes de production attendus des pays exportateurs de pétrole, pourraient provoquer l’instabilité des prix du pétrole».
Et de conclure que «des prix plus bas assombriraient les perspectives de la région, particulièrement des pays exportateurs de pétrole, alors qu’ils pourraient avoir un effet bénéfique sur les pays importateurs. Le durcissement des conditions de financement à l’échelle mondiale pourrait affecter les pays importateurs et exportateurs de la région de la même manière».
    D. Akila


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com