mardi 26 mars 2019 00:18:26

Asphyxie au monoxyde de carbone : 17 morts en 24 heures

C'est un sujet qui revient chaque année avec des conséquences parfois dramatiques : les intoxications au monoxyde de carbone. Malgré les messages de prévention, il y a toujours des accidents !

PUBLIE LE : 09-01-2019 | 0:00
D.R

C'est un sujet qui revient chaque année avec des conséquences parfois dramatiques : les intoxications au monoxyde de carbone. Malgré les messages de prévention, il y a toujours des accidents !
Il ne se passe pas un jour en cette période hivernale sans que le monoxyde de carbone ne fasse parler de lui. Selon un bilan, rendu public lundi dernier, par les services de la Protection civile, dix-sept personnes ont péri asphyxiées par des fuites de monoxyde de carbone, dans plusieurs régions du pays, et ce, tenez-vous bien, en 24 h seulement. Un bilan lourd et ce, malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation lancées par les services de sécurité, de la protection civile et des associations.
Onze personnes ont péri, dans la wilaya de Batna, dont 5 membres d'une même famille, 4 autres dans la wilaya de Tlemcen, alors que 2 autres ont perdu la vie, dans les mêmes circonstances, dans la wilaya d'Alger, précise la même source. 
Face à cette situation dramatique, le lieutenant Benkhalfallah chargé de la communication à la direction de la Protection civile de la wilaya d'Alger a appelé les citoyens à faire preuve de vigilance et de prudence, face aux risques d'intoxication et d'asphyxie au monoxyde de carbone (le tueur silencieux), «ce gaz incolore et inodore qui fait plusieurs victimes annuellement en particulier en hiver. Les gaz combustibles surtout le CO sont les principales causes des cas d`asphyxie et de décès», a-t-il affirmé.
Depuis le début du mois en cours, 19 personnes sont mortes intoxiquées par des fuites du même gaz toxique, alors que 66 personnes ont été secourues.
Ce lourd bilan est induit par «des erreurs de prévention en matière de sécurité, l’absence d’une bonne aération et la mauvaise utilisation des appareils de chauffage et chauffe-bain», soulignent les services de la Protection civile. 
«La baise de température favorise l’utilisation massive des dispositifs de chauffage qui requièrent une grand attention de la part de leurs utilisateurs», constate la même source qui rappelle aux citoyens les consignes de sécurité à respecter pour préserver sa vie et éviter les dommages qui peuvent en être générés. Les accidents d'asphyxie sont essentiellement dus à des appareils de chauffage défectueux qui ne répondent pas aux normes de sécurité ou qui sont placés dans des endroits mal ventilés ou installés par des personnes non qualifiées.
Pour ce qui est de la qualité des appareils, il faut relever que depuis la mise en application du règlement technique algérien qui est inspiré des normes internationales pour la sécurité et la conformité de ces articles, tous les appareils de chauffage importés ou produits localement sont systématiquement contrôlés et ceux non conformes aux règles de sécurité sont interdits.
En 2014 près de 40.000 appareils à gaz ont été déclarés non conformes à la suite d’une enquête réalisée par les services du ministère du Commerce. Parmi ces mesures de sécurité les représentants de la protection civile appellent à la nécessité de faire entretenir et régler régulièrement les appareils de chauffage par un professionnel et de ne pas boucher les prises d'air dans les pièces.
Les utilisateurs de ces appareils sont, en outre, appelés à toujours ventiler leur logement, lors de leur utilisation, d'aérer, au moins 10 minutes par jour et éviter d'obstruer les entrées et sorties d’air du logement.
Il y a lieu également de ventiler la pièce occupée pendant l'utilisation de l'appareil et éviter l'usage de moyens traditionnels tels que «Tabouna» ou des appareils de cuisson pour se réchauffer.
Par ailleurs, les conducteurs sont, quant à eux, appelés à ne pas laisser le moteur de leur véhicule en marche dans un garage fermé.
Sur un autre plan les services de la protection civile mobilisent, durant l'hiver, des caravanes de sensibilisation qui sillonnent les établissements scolaires, les résidences universitaires, les places publiques, les bibliothèques et les maisons de jeunes à Alger afin de les sensibiliser à ces risques, a-t-il indiqué.
M. Ben Khalfallah a souligné que ces campagnes de sensibilisation avaient pour but de donner une image claire et simple sur le danger des fuites de gaz sur la vie du citoyen et ce, par l'organisation d'expositions illustrées et la distribution de dépliants expliquant comment détecter les fuites et éviter les asphyxies. Cela dit l’implication des citoyens à respecter les mesures de sécurité reste primordiale ! 
R. S.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions