mercredi 16 janvier 2019 14:34:05

Yennayer 2969 : Une fête qui rassemble

Célébration de Yennayer à Sétif : « Algérien, fier de mon amazighité »

PUBLIE LE : 09-01-2019 | 0:00
D.R

« Algerien, fier de mon amazighité», c’est sous ce signe et sous le haut patronage du Président de la République que sera célébrée, cette année, du 10 au 12 de ce mois, Yennayer à Setif, où des préparatifs grandioses battent leur plein pour donner  la dimension qu’il mérite à cet événement et faire de cette wilaya, où le «vivre ensemble» ne relève point d’un vain mot  depuis la nuit des temps, le creuset de ce patrimoine millénaire.

Rien ne semble être laissé au hasard, et toutes les dispositions sont d’ores et déjà mises en œuvre pour permettre à plus de 1300 jeunes qui émaneront de toutes les wilayas du pays de se retrouver dans la cité de Ain Fouara et partager, ces trois jours et dans la fierté consolidée, la joie et la sérénité, cette grande fête même dans les coins les plus reculées de cette wilaya.
Autant de moments forts qui vont dans le sens de la consolidation de l’unité de tous les Algériens, de ces jeunes et moins jeunes qui viendront partager dans une joie intense ce premier jour du calendrier agraire, utilisé depuis l’antiquité par les berbères à travers l’Afrique du nord et, dans la convivialité familiale qui a toujours marqué cette fête et mettre en exergue cette décision du Président de la République d’instituer pour la première fois le 27 décembre 2017, Yennayer journée nationale chômée et payée.
De Beni Ourtilène qui a décidé d’annoncer en grand la couleur et de consacrer une semaine entière à cet événement, marqué de surcroit par un programme aussi riche que varié, qui viendra à terme le 12 de ce mois, Ghelache Boubekeur, vice président de l’APC ne cache pas l’importance d’une telle décision «qui est venue sans nul doute consolider les rangs de tous les algériens et leur permettre de se réconcilier avec leur histoire millénaire.
C’est donc à mon sens une décision historique qui honore le Président de la République.»  Un hommage d’autant plus ressenti chez ce jeune sétifien, Sofiane, qui ne cache pas non plus le sentiment fort qui l’anime au moment où sa ville accueille cette année la célébration de Yennayer : C’est je pense symboliquement très significatif et un message aussi à tous ceux qui tentent d’enfreindre à l’unité d’un peuple, fier de ses acquis et plus que jamais décidé de vivre en symbiose». Pour le directeur de la jeunesse et des sports de cette wilaya, Azziz Tahir, «Sétif sera une fois encore un lieu de rencontre de plus de 1.500 jeunes et un carrefour de toutes les cultures.
Trois jours, à l’issue desquels nous ne ménagerons aucun effort pour mettre en exergue ces richesses inestimables de notre peuple et que toutes ces jeunes générations de l’Algérie viendront échanger, chanter, danser et déguster dans une wilaya où le vivre ensemble a toujours été perçu et vécu dans la dimension qu’il mérite».
Pour ce faire, un imposant programme a été mis en place au niveau du chef-lieu de cette wilaya mais aussi partout, dans toutes les communes ou pas moins de 80 sites ont été mis en place au niveau des maisons de jeunes et des infrastructures sportives pour fêter Yennayer. Un programme, ajoute notre interlocuteur, qui s’articulera autour de 3 axes principaux. Dans ce contexte, le «souk de Yennayer » trouvera bonne place au cœur de cet immense parc d’attractions où, dans une ambiance festive, plus de 60 chapiteaux ont été dressés et mis à disposition de ces wilayas pour des expositions, des dégustations culinaires, mais aussi des artisans qui pourront exposer et vendre leurs produits artisanaux.
F. Zoghbi                                    

------------------------

Une dimension nationale 

Placées sous le thème «Yennayer», une référence nationale historique et mémorielle, les festivités de célébrations du nouvel an amazigh, communément appelé Yennayer, ont débuté hier à Tizi-Ouzou dans une atmosphère de joie, de convivialité, de solidarité. Le coup d’envoi de ces festivités, qui se poursuivront jusqu’au 13 du mois courant, a été donné par le wali de Tizi-Ouzou, Abdelhakim Chater, en présence des représentants de l’APW, des directeurs de l’exécutif, des élus locaux et nationaux ainsi que de plusieurs autres personnalités culturelles et artistiques.
La cérémonie d’ouverture de cette semaine culturelle célébrant Yennayer 2969, ainsi que le premier anniversaire de son institutionnalisation en journée nationale fériée chômée et payée par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika a été marquée par l’organisation du carnaval Ayrad dans la cour de la maison de la culture Mouloud Mammeri où ont assisté plusieurs dizaines de citoyens et la délégation accompagnant le wali. Ce dernier a visité une riche exposition autour du patrimoine culturel national avec la participation de plusieurs instituions, notamment le HCA, CNRPAH, CNPLET, CNRA et des maisons d’édition, des livres, des arts, ainsi que des produits de l’artisanat et des arts culinaires avec la participation des associations culturelles, qui se tiendra au hall des expositions de ce même établissement culturel jusqu’au 13 janvier prochain.
Une trentaine de stands d’objets et produits inhérents à la culture et l’identité  nationale amazigh étaient exposés. Certains exposants venaient de Médéa, Constantine, Ghardaya et Tlemcen notamment. Dans une brève allocution, le wali de Tizi-Ouzou, Abdelhakim Chater, a indiqué que l’institutionnalisation de Yennayer comme journée nationale est «une décision historique de son Excellence le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika», estimant que cette décision ne fera que consolider l’unité nationale. Il a aussi mis en exergue la richesse du programme concocté par la direction locale de la culture pour célébrer ce nouvel an amazigh qui a été, faut-il le rappeler, de tout temps, fêté en Algérie et les pays de l’Afrique du nord dans le partage et la communion.
 La directrice locale de la culture, Nabila Goumeziane, a, pour sa part, rappelé que c’est la première fois que Yennayer soit fêté avec son statut de journée nationale, affirmant que grace à cet acte, c’est la dimension de la culture amazighe qui est désormais consacrée. « Mieux encore, c’est la pérennisation de la culture algérienne qui est assurée et l’identité nationale qui est renforcée», a-t-elle assuré, en  ajoutant que le secteur de la culture, comme à l’accoutumée, a concocté un programme aussi riche que varié, pour célébrer Yennayer et ce pour être au diapason de la symbolique de cette journée au même titre que toutes les autres fêtes nationales.
Pour la directrice locale de la culture, la célébration de Yennayer, qui est d’abord une porte qui s’ouvre sur le nouvel an et appelée «tabburt n useggwass» (la porte de l’année), s’explique par l’importance accordée aux rites et aux pratiques de l’époque qui subsistent encore de nos jours. Les pratiques sociales qui accompagnent le nouvel an amazigh peuvent être, a-t-elle expliquée, «ramenées aux valeurs et principes spécifiques de notre éducation et notre culture, à savoir  la solidarité, la communion, la fraternité et l’esprit d’entraide». Le programme des activités célébrant Yennayer s’étalera du 07 au 13 janvier, à travers les différents établissements culturels sous-tutelles, ainsi qu’à travers les localités de la wilaya. Des expositions retraçant le patrimoine culturel national représenté par quelques régions d’Algérie participantes et des associations culturelles de notre wilaya s’y tiendront, selon le programme concocté. Une journée d’étude sera consacrée à Yennayer et dédiée à la mémoire du regretté Mohand Akli Haddaou, l’émérite chercheur et homme de culture amazighe et une autre journée portera sur la poésie populaire, afin de montrer la portée historique, sociale et symbolique de cette fête nationale.
Le théâtre et le cinéma seront au programme par la représentation de pièces théâtrales d’expression amazighe et la projection de films documentaires, a fait savoir la première responsable locale de la culture, en ajoutant que  le volet animation artistique ponctuera cette semaine culturelle à travers le chant, la musique, la danse et la chorale. Timechret et la waada qui caractérisent nos traditions marqueront également ces festivités.
Bel. Adrar     

------------------------------

Une fête qui rassemble

La célébration du nouvel an berbère et amazigh 2969, après son officialisation par le Président de la République, «est une fête qui rassemble tous les Algériens et qui renseigne sur l’étendue identitaire et historique de l’Algérie», a affirmé, hier à Bouira, le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa. L'officialisation de la célébration de Yennayer a permis de «faire échec à toute tentative de dispersion» et le nouvel an berbère «est devenu une fête qui se célèbre dans toutes les wilayas du pays. Il s’agit d’un évènement qui rassemble tous les Algériens», a indiqué le ministre après le coup d’envoi d’une caravane culturelle et artistique de Yennayer qui sillonnera toutes les communes de la wilaya de Bouira. S'exprimant lors d'un point de presse, M. Aïssa est revenu sur cette question, expliquant que l’officialisation de Yennayer par l’État «était une décision sage», car, a-t-il dit, «elle a bloqué la voie à toutes les tentatives de dispersion et elle a pu rassembler tous Algériens autour de leur identité».  «L’Algérie, qui a payé un lourd tribu durant la décennie noire et le printemps berbère, a su tirer des enseignements, grâce au processus de la réconciliation nationale engagé avec succès par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika», a soutenu le ministre qui a présidé le 3e séminaire national sur le thème «Les efforts des oulémas algériens dans la promotion de la culture amazighe». Mohamed Aïssa a loué, par ailleurs, les vertus de la diversité culturelle dont jouit l’Algérie, soulignant que cette diversité «fait la force et est derrière l’union des rangs».
L’Algérie «a su se réconcilier et continue de lutter contre l’intégrisme et la dispersion», a souligné dans ce contexte le ministre, qui avait visité une exposition de produits artisanaux berbères et autres produits du terroir organisé au siège des ex-galeries de la ville de Bouira.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions