vendredi 22 mars 2019 22:37:02

L’Entrefilet : Le socle

Sans doute, beaucoup d’entre nous, quand ils étaient enfants, vivaient à la campagne, là où il y avait des champs, des montagnes, des rivières, des arbres, des moutons, des chèvres et des vaches...

PUBLIE LE : 07-01-2019 | 0:00
D.R


Sans doute, beaucoup d’entre nous, quand ils étaient enfants, vivaient à la campagne, là où il y avait des champs, des montagnes, des rivières, des arbres, des moutons, des chèvres et des vaches...
Eh oui, nos villages étaient très tranquilles et les enfants jouaient souvent ensemble en plein air. C’était superbe, malgré les difficultés, l’inconfort et le labeur. Les habitants aimaient travailler la terre. Qui n’est pas marqué par cette vie paisible de campagne ? Mais pour celui qui veut parcourir le pays, il y a aussi des traditions que l’on retrouve dans diverses régions et villes d’Algérie. Où qu’on mette le pied, il y a de tout, mais c’est durant le temps des fêtes que l’on découvre des trésors d’histoire et de culture, qui n’existent nulle part ailleurs. C’est durant ces moments que les gens valorisent cet impressionnant héritage culturel, dont nous sommes dépositaires auprès de nos aïeux. Mais bon, c’est surtout dans les maisons, en partageant des moments avec des gens qu’on peut mieux connaître ce qui rythme leur vie, comme les fêtes religieuses, les mariages et autres célébrations…
C’est que l’Algérie ne devient véritablement ce qu’elle est, et ce qu’elle fut, que lorsque, comme dans un miroir, elle nous apparait à travers ses habitants. Pour notre pays, et à l’instar de tous les pays du Maghreb, Yennayer reste une fête de la paysannerie, mais pas seulement. Une fête qui exprime l’amour et l’admiration dont ce pays est digne à tous les égards. Un référent culturel indissoluble. Sa reconnaissance fait une place d’honneur à ce qui reste des merveilles de l’antiquité nord- africaine. C’est ce qui marque cette superbe fête comme moment heureux qui nous apprend beaucoup sur les us et coutumes, dont nous sommes les dignes héritiers. On sait déjà beaucoup de choses du pays, de son passé, de ses habitants, ayant gardé les vertus des ancêtres ; d’hospitalité qui est chez nous une loi impérieuse, de profond sentiment de la communauté, notamment familiale, de candeur et d’ingénuité. Dans l’antiquité comme à nos jours, tout cela donne à l’Algérie une image plus valable que tous les livres les plus savants réunis. C’est que cette fête, bien souvent, crée des magnifiques moments d’osmose entre les générations. On a tous ces souvenirs avec nos grands-parents qu’on chérit beaucoup. Qu’ils soient toujours là, bien vivants, près de nous, ou qu’ils vivent dans nos mémoires, ça fait du bien de se rappeler ces petits bouts de notre histoire. Moments, sans doute qui créent aussi ce lien particulier et cette relation bien différente. Des fois, on les oublie un peu, on les néglige, mais c’est important de les célébrer. Yennayer est justement une occasion singulière pour le faire. Qu'il s'agisse de souvenirs aux parfums de jeunesse, de friandises, de gâteaux, de fruits,  ou encore de repas copieux, de saveurs uniques… une chose est sûre : Yennayer reste gravé dans notre mémoire collective comme un événement heureux porteur des joies et nostalgies passées tout autant que des espérances à venir.
Farid Bouyahia

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions