jeudi 20 juin 2019 19:28:14

9es journées nationales de la musique classique à Sétif : Nadia Mecheri et Djamel Ghazi séduisent

La 9e édition des journées nationales de la musique classique inaugurées mercredi dans ce théâtre qui date de 1896 n’a pas été sans porter, dans cette forte symbolique, les signes d’un succès à la mesure de l’événement.

PUBLIE LE : 22-12-2018 | 0:00
D.R

La 9e édition des journées nationales de la musique classique inaugurées mercredi dans ce théâtre qui date de 1896 n’a pas été sans porter, dans cette forte symbolique, les signes d’un succès à la mesure de l’événement. Trois jours de voyage à travers le temps qu’aura ainsi vécus ce public qui a fait salle comble dans ce théâtre qui a fait l’objet d’une rénovation appréciée, même si elle reste encore à consolider, mais sa merveilleuse conception architecturale et son acoustique ont suscité un profond sentiment de satisfaction. Organisée par la ligue de la culture et des arts de l’APC de Sétif, qui est revenue de loin après une période d’incertitude à laquelle le wali a mis fin pour laisser place à une nouvelle dynamique culturelle, cette édition n’a donc pas fait exception à la règle et répondu aux aspirations des adeptes de la musique classique et de ces jeunes talents.
«Nous avons tenu à replacer sur nos tablettes cette manifestation qui, contrairement aux apparences, dispose de son public à Sétif. Des journées nationales relevées chaque année par des invités de marque qui nous viennent de France, d’Italie et d’Autriche», indique Boukhrissa Mounir, président de la ligue de la culture et des arts.
Au cœur de ce vieux théâtre où se sont produits dans les années 40 de grands noms, comme Cesar Vezzani de l’Opéra de Rome ou Cavalieri Rusticana, tout comme des sommités du théâtre arabe, et plus tard, au lendemain de l’indépendance, Mahieddine Bachtarzi, Keltoum et Mohamed Touri, l’ouverture des journées de la musique classique était portée de surcroit par Nadia Mecheri au piano et Djamel Ghazi à la flute dans un duo mille fois ovationné.
Autant de belles prestations que Nadia Mecheri et Djamel Ghazi relèveront davantage avec «Beau soir» de Claudio Debussy, cet adagio de Wolfgang Amadeus Mozart ou cette sonate de Jean Sebastian Bach, après que l’orchestre de l’institut régional de Batna a procédé à l’ouverture et interprété plusieurs titres comme cette splendide «Pièce kabyle» (Djudjura) de Abdelwahab Salim.
La seconde journée sera marquée par une ouverture assurée avec brio par les deux sœurs «Hedna» avant le duo «Empoeror» de Constantine et «Clardéon» de Ain Beidha, avant la clôture hier en apothéose par la formation «Orpheus» d’Autriche.
    F. Zoghbi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions