dimanche 13 octobre 2019 23:54:23

André Gazut, réalisateur de Pacification en Algérie : « J’ai réalisé ce film par devoir de mémoire et de vérité »

Rencontré, lors de la neuvième édition du Festival international du cinéma d’Alger (FICA), en sa qualité de membre du jury fiction, le cinéaste français revient, dans cet entretien, sur la conférence qu’il a animée pour débattre autour de son film documentaire, Pacification en Algérie, diffusé en 2002 sur Arte.

PUBLIE LE : 14-12-2018 | 23:00
D.R

Rencontré, lors de la neuvième édition du Festival international du cinéma d’Alger (FICA), en sa qualité de membre du jury fiction, le cinéaste français revient, dans cet entretien, sur la conférence qu’il a animée pour débattre autour de son film documentaire, Pacification en Algérie, diffusé en 2002 sur Arte.

Comment l’idée de réaliser Pacification en Algérie vous est venue, plus de 40 ans après avoir déserté l’armée française ?
Je voulais faire ce film depuis longtemps, notamment à partir de l’an 2000 où on a beaucoup parlé en France de la guerre d’Algérie grâce aux articles de Florence Beaugé du quotidien Le MondE, etc. Patrice Barrat m’a alors  proposé de faire ce film, d’autant plus que j’avais fait en 1974, un film qui n’a pas été diffusé en France sur le général Jacques Paris de Bollardiere, le seul général français qui a eu un accrochage avec Massu, refusant l’aventure, il a quitté l’armée par la suite, il est devenu pacifiste, il s’est opposé aux essais nucléaires.
Divisé en deux parties, la première intitulée Le sale boulot parle de la soumission à l’autorité des militaires, en l’occurrence, des appelés. La deuxième intitulée la politique du mensonge celle des autorités politiques militaires et ecclésiastiques pendant cette période.

Comment vous avez élaboré le fil conducteur de votre film, notamment la récolte des témoignages ?
En 2000, la presse a fait resurgir une mémoire, Notamment le Monde et l’Humanité, dans laquelle nombre d’appelés de l’armée française ont écrit ce qu’ils ont vécu.
Il faut savoir qu’avant cela, cette question a été tabou en France, cela m’a permis par rapport aux projections que je faisais en France sur Jacques Paris de Bollardiere, de repérer les personnes susceptibles de parler sur cette question. Il y a par la suite un témoignage des plus étonnants, celui d’un appelé officier qui dit « moi javais peur pendant la guerre, je n’ai pas déserté et j’aurai dû le faire», cet homme est venu pour pouvoir parler de ce lourd fardeau du passé et libérer sa conscience. Dire que ce film a crée un soulagement chez beaucoup d’appelés ayant fait la guerre d’Algérie.

Produit et diffusé par Arte, avez-vous ciblé un public précis pendant la narration ?
Les jeunes en France connaissaient peu ou mal la guerre d’Algérie. Il fallait donc les amener à découvrir comment la guerre est née, dans quel climat elle a baigné. Deuxièmement, je voulais permettre aux plus âgés, ceux qui avaient fait la guerre d‘Algérie, et qui n’avaient pas très bien compris ce qu’ils avaient vécu, de leur fournir une réflexion. Je devais également raconter l’histoire tout en prenant en considération les téléspectateurs allemands et français de la chaîne Arte, il fallait donc rendre l’histoire de la colonisation française en Algérie dans un contexte mondiale, à commencer par la seconde guerre mondiale, la guerre froide, etc.

Avez-vous réalisé Pacification en Algérie  par devoir de mémoire ?
D’une manière consciente ou inconsciente, la guerre d’Algérie ne m’a jamais quitté, parce que ça a été le fil conducteur de tout ce que j’ai fait en télévision. Sa particularité résidait dans le soulèvement du problème de la justice et celui de la soumission. Réaliser Pacification en Algérie a été fait par devoir de vérité, par devoir de mémoire ainsi que par devoir de découverte pour l’actuelle et les prochaines générations.

Que pensez-vous de la qualité des films projetés au FICA ?
Je suis surpris par l’authenticité des films déjà projetés. Des œuvres de grandes qualités dont l’engagement, dans toutes ses dimensions est le fil conducteur des œuvres projetés. Un festival original qui propose aux cinéphiles des films de très grande qualité.
Entretien réalisé par
 Kader Bentounès
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions