lundi 18 novembre 2019 23:52:23

Orthodontie de l’enfant : pour un beau sourire

À l’heure où près de la moitié des enfants présentent des malpositions dentaires, une prise de conscience des facteurs de prévention paraissent absolument nécessaires, car, contrairement aux idées reçues, cela commence dès le plus jeune âge.

PUBLIE LE : 10-12-2018 | 0:00
D.R

À l’heure où près de la moitié des enfants présentent des malpositions dentaires, une prise de conscience des facteurs de prévention paraissent absolument nécessaires, car, contrairement aux idées reçues, cela commence dès le plus jeune âge. Tel est le thème principal du septième congrès de l'orthodontie,qui a eu lieu avant-hier au Centre international des conférences d'Alger, à Club-des-Pins.

La tétine pour calmer les pleurs, les biberons pris plusieurs années souvent par commodité, et la mâchoire et les dents qui se déforment. Bien sûr il ne s’agit pas de dents définitives mais dès 4 ans, débute la correction dentaire. C'est l'orthodontie précoce. Selon la présidente de la Société algérienne d'orthodontie (SAO), Pr. Safia Laraba, «plus de 60% des enfants qui viennent en consultation dentaire sont orientés vers des spécialistes en orthodontie pour corriger les anomalies dentaires qui sont souvent liées à un mauvais alignement des dents ».
La présidente de la SAO, également chef de service au CHU Issad-Hassani de Beni Messous, a préconisé la prise en charge très tôt de la correction des malformations dentaires chez l'enfant. «La correction de la malformation squelettique de la mâchoire entre l'âge de 4 et 6 ans donne d'excellents résultats, et la correction des dents définitives chez les enfants de 6 à 11 ans donne des résultats satisfaisants même si la correction nécessite beaucoup de temps, allant jusqu'à 7 ans, voire plus», a-t-elle précisé.
La présidente de la SAO explique ces déformations par des facteurs héréditaires mais aussi par de mauvaises habitudes alimentaires ou par des traumatismes.  Si auparavant, ces malformations étaient corrigées à l'âge adulte, les choses ont évolué ces deux dernières décennies, grâce aux avancées qu'a connues cette spécialité et permettant de les diagnostiquer très tôt, soit vers 4 à 6 ans, a-t-elle encore indiqué.  Les hôpitaux prennent en charge un nombre considérable de patients en plus des élèves orientés par les unités de médecine scolaire (UDS) d'où la difficulté de satisfaire toute cette demande, a relevé le Pr Laraba.
Par ailleurs, elle a expliqué que l'orthodontie, qui réuni à la fois l'aspect esthétique et thérapeutique, connaît désormais un grand intérêt dans la société, en dépit des moyens et des coûts importants qu'elle requiert.
Abordant le décalage enregistré dans ce domaine entre les secteurs privé et public, elle a estimé que le premier continue à acquérir les nouvelles technologies pour des prestations de qualité très onéreuses alors que le deuxième demeure confronté à un déficit de moyens matériels et humains. A ce propos, le Pr. Laraba a appelé les pouvoirs publics à être à l'écoute des préoccupations des professionnels de cette spécialité et à ouvrir de nouveaux centres pour améliorer et élargir la prise en charge.
Il y a lieu de rappeler que l’orthodontie est une spécialité dentaire qui vise à redresser les dents qui ont tendance à pousser de travers, et ce, en plaçant un appareil mobile ou fixe sur les dents de l’enfant, qui subissent une pression leur permettant un positionnent correct.
Cette correction précoce peut également être à privilégier pour des raisons psychologiques si l’enfant ressent un préjudice esthétique (« dents de lapin », etc.). Les enfants ne sont pas toujours tendres entre eux et leurs railleries sont parfois difficiles à supporter.
En moyenne, l’appareil est porté entre 6 à 12 mois, mais ces chiffres peuvent varier d’un enfant à un autre. Chaque cas est particulier, mais pour qu’un traitement d’orthodontie soit efficace et le plus court possible, il est préférable d’effectuer un dépistage précoce. L’examen permettra d’intercepter un éventuel problème en phase de développement. L’orthodontiste pourra ainsi recommander le traitement le plus approprié pour l’enfant.
R. S.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions