dimanche 16 dcembre 2018 12:49:37

Rencontre hier à Genève entre le Front Polisario et le Maroc : premier pas vers un processus de négociation

Participation de l'Algérie et de la Mauritanie, en tant que pays voisins et observateurs

PUBLIE LE : 06-12-2018 | 0:00
D.R

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a assuré, hier à Genève, l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, de l’engagement de l’Algérie pour le bon déroulement  de la table ronde sur le conflit du Sahara occidental.

«M. Messahel a assuré Köhler de l’engagement de l’Algérie, en sa qualité de pays voisin, à contribuer au bon déroulement de la table- ronde de Genève pour relancer le processus de négociations entre les deux parties au conflit, le Royaume du Maroc et le Front Polisario».
L’entretien, qui s’est déroulé peu avant le début des travaux de la table-ronde sur le Sahara occidental et à laquelle l’Algérie est invitée en tant que pays voisin et observateur, s’inscrit dans le cadre de la résolution 2440 du Conseil de sécurité des Nations unies, rappelle-t-on.
Lors de cet entretien, le chef de la diplomatie algérienne a réitéré le soutien de l’Algérie aux efforts de l’Envoyé personnel qui lui a été exprimé par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l’occasion de l’audience qu’il lui a accordée le 23 octobre 2017, en vue de parvenir à un règlement du conflit du Sahara occidental conformément à la légalité internationale et aux résolutions pertinentes des Nations unies, a-t-on ajouté.
Le 31 octobre dernier, le Conseil de sécurité a enjoint le Maroc et le Front Polisario de reprendre les négociations «sans préconditions et de bonne foi», en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, rappelle-t-on.

---------------------------------

Premier pas  vers un processus  de négociation

La première séance de la table-ronde à Genève sur le Sahara occidental, initiée par l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, Horst Köhler, a pris fin hier après-midi.  Rien n’a filtré de cette première séance qui sera suivie, selon le programme, aujourd’hui d’une autre séance et à l’issue de laquelle une conférence   de presse sera animée par l’émissaire onusien. Le 31 octobre dernier, le Conseil de sécurité avait enjoint, dans sa résolution 2440, le Maroc et le Front Polisario de reprendre les négociations «sans préconditions et de bonne foi», en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, rappelle-t-on.
«Cette réunion sera la première du genre en six ans et se déroulera conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité des Nations unies. Elle constituera un premier pas vers un processus de négociation renouvelé visant à parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental», a indiqué mardi soir une note d’information de l’Onu. Les travaux de deux jours se déroulent au palais des Nations avec la participation de l’Algérie et de la Mauritanie, en tant que pays voisins et observateurs, qui ont été invités par l’Envoyé personnel du SG de l’Onu pour le Sahara occidental.
Les Sahraouis sont venus à cette table-ronde avec une délégation présidée par Khatri Addouh, et composée du coordinateur sahraoui avec la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), M’hamed Khaddad, du représentant sahraoui auprès des Nations unies, Sidi Mohamed Omar, de la secrétaire générale de l’Union nationale des femmes sahraouies, Fatima Elmehdi, et du conseiller auprès du Secrétariat national du Front Polisario, Mohamed Ali Zerouali.
La délégation marocaine est conduite par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Du côté algérien, la délégation est conduite par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, accompagné du représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies (New York), Sabri Boukadoum. Les Mauritaniens sont représentés par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, et des cadres de son ministère.
Auparavant, Horst Köhler s’est entretenu séparément avec les différents chefs de délégation, dont le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Une conférence de presse animée par Horst Köhler est prévue à la fin des travaux, a-t-on annoncé.

---------------------------------

Guterres appelle à des négociations sans préconditions

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté, mardi, le Front Polisario et le Maroc à s’engager «de bonne foi,  sans préconditions et dans un esprit constructif» dans les discussions de Genève, réaffirmant son «soutien indéfectible» aux efforts de l’émissaire Horst Kohler, pour relancer le processus onusien au Sahara occidental.
«Le Secrétaire général réitère son soutien indéfectible à son envoyé   personnel et les efforts de ce dernier pour relancer le processus de négociation, conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité, du   31 octobre 2018», a indiqué le porte-parole du SG de l’ONU, Stéphane   Dujarric dans une déclaration publiée à la veille de la table ronde   organisée par l’ONU à Genève pour relancer le processus de paix au Sahara Occidental. Guterres a salué la décision des deux partis au conflit, le Front Polisario et le Maroc, et celle des deux pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie, d’accepter l’invitation de Horst Kohler, à cette première table ronde, prévue sur deux jours dans la ville suisse.
L'Algérie et la Mauritanie, invitées par l’ancien président Allemand, seront présentes à cette table-ronde en leur qualité de pays voisins et   observateurs. La dernière fois où le Front Polisario et le Maroc se sont installés à la même table de négociations remonte à mars 2012 à Manhasset. Depuis, le processus de paix est au point mort, en raison des entraves dressées par le Maroc qui avait sabordé les efforts de deux émissaires onusiens, James Baker et Christopher Ross.
Fin octobre dernier, le Conseil de sécurité avait enjoint le Maroc et le Front Polisario de reprendre les négociations «sans préconditions et de bonne foi» en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.
Aux termes de sa résolution prorogeant le mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) de six mois, le Conseil de sécurité a souligné l’importance pour les deux parties au conflit de «s’engager à nouveau à faire avancer le processus politique dans la perspective d’une cinquième série de négociations». 
Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non autonomes, éligibles   à l'application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU  portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie d’Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions