samedi 15 dcembre 2018 15:50:41

Le président de l’Organisation Nationale des jeunes et du Tourisme au Forum

«Le nombre de centres réservés à la prise d’empreinte insuffisant»

PUBLIE LE : 06-12-2018 | 0:00
D.R

Le président de l’Organisation nationale des jeunes et du tourisme est revenu, hier, sur les nouvelles dispositions imposées par l’ambassade du Royaume d’Arabie saoudite concernant l’obligation de la prise des empreintes digitales dans le dossier des demandeurs de visa pour la omra.  Le nombre de centres, les conditions d’accueil, la validité des empreintes, autant de problèmes soulevés par notre invité.

Samir Benghaouala, dans sa première sortie médiatique, en tant que président de l’Organisation Nationale des Jeunes et du Tourisme, a surpris plus d’un.  L’organisation créée en 2014 et nouvellement agréée compte peser de son poids au sein de la société civile. Pour marquer son démarrage elle s’est attaquée à un grand morceau. Les problèmes rencontrés par les Algériens dans l’accomplissement de la  Omra.  Des problèmes avec les agences de voyages qui ne jouent pas le jeu, et surtout les conditions d’hébergement et de prise en charge dans les Lieux saints de l’islam. A tout cela s’ajoutent les nouvelles dispositions imposées par l’ambassade du Royaume de l’Arabie saoudite, qui obligent, désormais, les demandeurs de visas, la prise de l’empreinte digitale. Notre invité, qui ne veut nullement se substituer à l’Office du Hadj et de l’Omra, rappelle que notre pays est le dernier pays concerné par cette mesure.  Samir Benghaouala espère seulement attirer l’attention sur les défaillances qui caractérisent cette nouveauté en Algérie. Pour lui, l’ouverture de sept centres en charge de cette opération reste très insuffisant au regard du nombre de demandeurs de visas (500.000 Algériens ont accompli la Omra en 2017). En plus du nombre restreint des centres, le président de l’Organisation Nationale des Jeunes et du Tourisme a indiqué que lors des visites effectuées dans ces centres, il a enregistré le manque flagrant de commodités, comme l’absence de chaises et de toilettes. Pour le conférencier ceci est inacceptable, d’autant que 50% des demandeurs  de  visas sont des personnes âgées. Autre anomalie relevée dans les nouvelles dispositions, la validité  des empreintes digitales limitée à 6 mois. Notre invité s’est interrogé sur cette décision qui n’a pas de sens, surtout que pour l’Union européenne, qui a initié cette procédure, la validité est fixée à 10 ans. Samir Benghaouala a souligné qu’il a rédigé un rapport qui comporte toutes les remarques et plaintes des citoyens et les a transmises à l’Office du Hadj et de la Omra, ainsi qu’à l’ambassade du Royaume d’Arabie saoudite.
     Pour la précision, la conférence devait être marquée par les présence de représentants des deux instances, mais les deux ont fait faux bond la dernière minute. L’autre point, aussi important abordé, lors de ce forum concerne ces agences de voyages, en l’absence de contrôle sévère, prennent en otage les citoyens algériens. Des agences non agréées arnaquent, sans scrupules, les Algériens désireux se rendre aux Lieux saints de l’islam. Les scènes de nos compatriotes abandonnés dans les aéroports, ou des Algériens qui  découvrent à leur arrivée qui n’ont pas de chambre réservée, ou se retrouvent à  huit dans des chambres exiguës sont monnaie courante. C’est pourquoi, Samir Benghaouala appellent les citoyens  à bien choisir l’agence de voyages et vérifier qu’elle dispose d’agrément  pour la Omra. L’invité du Forum a  par ailleurs abordé la question de la taxe (100.000 DA) imposée à toute personne ayant déjà accompli la Omra. Pour lui, cette décision,  a été prise en raison des travaux d’extension, et dont le but était de réduire la charge. Il reste optimiste quand à sa suppression.
Nora Chergui
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions