samedi 15 dcembre 2018 15:54:19

Journée mondiale de lutte contre le SIDA : l’Algérie sur la bonne voie

L’enjeu porte sur le renforcement et la diversification du dépistage des personnes ignorant leur séropositivité.

PUBLIE LE : 03-12-2018 | 0:00
Ph : Billal

L’enjeu porte sur le renforcement  et la diversification du dépistage des personnes ignorant leur séropositivité.

Dans son message adressé aux participants lors d’une conférence organisée hier, à l’hôtel Sofitel d’Alger pour marquer la célébration de la journée mondiale de Lutte contre le Sida, M. Hasbellaoui a mis en exergue l’accomplissement par notre pays «d’indéniables progrès» en matière de lutte contre cette maladie. Grace à ces progrès «l’Algérie demeure un pays à épidémie peu active, avec une prévalence inférieure à 0,1%». Le message du ministre, lu par le Dr Djamel Fourar, directeur de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé, insiste sur l’importance de «coupler une approche de prévention de la population générale» et « une approche ciblée vers les populations les plus vulnérables ou exposées aux risques d’infection». Plusieurs défis sont liés à la propagation de cette maladie. Le ministre insiste sur l’importance «de maintenir la vigilance» face à ce qu’il qualifie de «facteurs de vulnérabilité» notamment «les phénomènes migratoires, la consommation de la drogue et les comportements sexuels à risques». Il est utile de souligner que l’Algérie a enregistré plus de 12.083 cas de VIH/SIDA depuis l’apparition de la maladie dans le pays en 1985 jusqu’au 30 septembre 2018. Ce chiffre a été rendu public vendredi dernier par le ministère de la Santé. «Des progrès sont remarquables», est le constat fait par le coordonnateur résident du système des Nations unies en Algérie, M. Eric Overvest, qui a insisté lors de son discours, sur l’impératif de conjuguer les efforts «Nous devons faire tout ensemble pour faire baisser ce nombre dans les années à venir pour atteindre la cible de moins de 500 nouvelles infections à l’horizon 2020»  Celui-ci n’a pas omis de mettre en exergue résultats forts positifs réalisés en Algérie, grâce à l’implication des différents acteurs, comme le gouvernement, les associations et la société civile et «qui activent pour restreindre les groupes à risque»
«Cette année marque le 30e anniversaire de la première journée mondiale de Lutte contre le Sida. Force est de constater que cette épidémie n’est toujours pas vaincue car ils sont plus de 77 millions de personnes contaminées par le VIH», indique M. Overvest. Par ailleurs, M. Overvest a expliqué que l’engagement des autorités politiques au plus haut niveau de l’Etat, a permis «de porter le taux de couverture antirétrovirale à 80%».
Ainsi, l’amélioration de l’accès au traitement a contribué fortement à la réduction du nombre de décès de 15% en Algérie depuis 2010, précise-t-il.
Aussi, les principaux axes prioritaires définis dans la stratégie de l’Algérie pour venir à bout de cette épidémie concernent le volet prévention, dépistage et prise en charge, et ce conformément à la déclaration d’Alger 2015.
«L’année 2018 constitue, une opportunité pour notre pays de réaffirmer ses engagements», et c’est d’ailleurs ce qu’affirme, M. Adel Zeddam, représentant du programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA en Algérie (ONUSIDA) en indiquant «que l’Algérie est sur une bonne voie pour progresser vers la réalisation des objectifs dits 90-90-90. L’ONUSIDA (UNAIDS en anglais), qui lutte contre le sida dans le monde entier, a fixé les objectifs dits «90-90-90» c'est-à-dire 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% des dépistés reçoivent un traitement antirétroviral (ARV) durable, ce qui doit supprimer durablement la charge virale de 90% d’entre eux.
Le Sida touche en premier lieu le continent africain, qui représente les deux tiers des porteurs du VIH. L’agence ONUSIDA effectue toutefois une distinction entre les pays d’Afrique de l’Est et du Sud, les plus concernés, où les deux tiers des patients suivent des traitements antirétroviraux, et l’Afrique de l’Ouest et du centre, où moins de 40 % des séropositifs sont traités. C’est dans les pays occidentaux que la maladie est la mieux prise en charge, avec 77 % de traitements, contre 37 % en Europe de l’Est et en Asie centrale, et 28 % au Moyen-Orient et au Maghreb.
«Savoir c’est pouvoir, connais ton statut !» était le slogan choisi pour cette année qui marque le 30e anniversaire de la première journée mondiale de lutte contre le Sida. A l'instar de la communauté internationale, l’Algérie a choisi pour thème, «en cas de doute, un test me rassure».
Tahar Kaidi
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions