mardi 21 mai 2019 00:54:30

Finance islamique la coopération maghrébine en débat

Question d’intérêt régional, l’inclusion financière impose, notamment aux pays maghrébins, d’accroître leur coopération.

PUBLIE LE : 26-11-2018 | 0:00
Question d’intérêt régional, l’inclusion financière impose, notamment aux pays maghrébins, d’accroître leur coopération. C’est l’une des principales recommandations formulée par les conférenciers, au second et dernier jour du symposium SAAFI de la finance et l’assurance islamiques, tenu au Palais de la Culture à Alger. Un même avis était partagé, il y a plus d’un an, par le Fonds monétaire international. Pour ses responsables, le développement des banques islamiques contribue à l’expansion des circuits financiers et à l’inclusion financière. 
Dans son intervention, Saïd Bouheroua, directeur du département de la Recherche à l’International shari’ah research academy for islamic finance (ISRA), passe au peigne fin la réussite les étapes ayant érigé la Malaisie en un pays pionnier dans la finance islamique. Le conférencier évoque, d’abord, que pour ce pays asiatique, la finance islamique «n’était pas un corollaire d’une pression populaire, mais une décision souveraine de l’Etat dont l’objectif est d’attirer davantage d’investissements». Aussi, le Pr. Bouheroua explique que le système malaisien est «complet», relevant l’existence et la complémentarité des deux systèmes : finance conventionnelle et finance islamique. Il relève son admiration à l’importance accordée au capital humain, laquelle explique que la réussite de ce pays n’est qu’un aboutissement logique d’une série d’efforts menés sans répit. Ce n’est pas tout. Le Pr. Bouheroua met en relief la «vision claire» du gouvernement malaisien, le «cadre légal et réglementaire adapté», ainsi que la «profondeur de la gamme des produits et services», auxquels s’ajoute l’intérêt accordé à la Fintech, contraction de «finance» et de «technologie» et à la Blockchain. 
Ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, la Malaisie, à travers sa Banque centrale, compte porter la représentativité de la finance islamique à 40% à l’horizon 2022 tout au plus. Fort, entre autres, de ses 16 banques islamiques, 10 fenêtres dédiées à cette finance dite alternative, 12 sociétés de Takaful, 6 banques d’investissement islamique, la Malaisie, précise le conférencier, adopte une seule loi pour la finance et l’assurance islamiques. Sur l’expérience algérienne en la matière, l’universitaire dira, sentencieux, qu’«il faudra que l’on comprenne que la finance islamique n’est pas une question de religiosité, mais au contraire un moyen efficace de drainer des capitaux nécessaires à l’essor de notre économie». Quant à Majed Gharsalli, directeur Conformité Charaïque de la Banque Zitouna, il analyse les réalisations et les défis du lancement des produits de finance islamique en Tunisie. Il évoque l’«acculturation» de cette finance pour une meilleure assimilation des principes et mécanismes par les clients et prospects, le «renforcement de la collaboration» entre les institutions financières islamiques et les universités pour le développement de la recherche scientifique. 
A ses yeux, il est également question de la «standardisation du référentiel ‘‘charaïque’’ et de la Fetwa entre toutes les institutions financières islamiques», et de «l’importance et le rôle de la conformité Charia dans les institutions financières islamiques et l’obligation de mettre en place un audit Charia externe indépendant et un audit charia central». 
S’agissant de l’assurance Takaful, Abdelhakim Hadjou, directeur général de TRUST Assurances et Réassurances Algérie revendique un cadre légal et réglementaire adéquat, lequel doit être suivi impérativement de textes d’applications, rappelant au passage l’importance de former une ressource humaine qualifiée.  
   Fouad Irnatene
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions