dimanche 16 dcembre 2018 12:50:44

Diabète : Une maladie qui se propage

De plus en plus, les Algériens, de tous les âges, sont sujets à la maladie du diabète, et à ses complications désastreuses surtout.

PUBLIE LE : 14-11-2018 | 0:00
D.R

De plus en plus, les Algériens, de tous les âges, sont sujets à la maladie du diabète, et à ses complications désastreuses surtout.

Notre régime alimentaire, ajouté à une hygiène de vie distante des bonnes valeurs, tant en termes de mode de consommation que de  la pratique de l’activité sportive, ont fait de grands dégâts sur notre état de santé, fragilisé par  tous ce «poison», sous toutes les formes,  ingurgités par les familles sept jours sur sept et à longueur d’année.
On ne mange pas sain,  encore moins équilibré. La quantité passe  avant la qualité. Les tables bien garnies, tout comme nos assiettes d’ailleurs, ne répondent pas la plupart du temps au souci  de varier son alimentation ou même veiller  à suivre les consignes diététiques des spécialistes de la santé.
Pourtant,  il est établi que ce que nous mangeons peut  se transformer en ennemi pour notre organisme et donc notre santé. En fait,  les conséquences de cette fuite en avant ou ce laxisme «nutritionnel»  sont là pour en dire long sur le marasme alimentaire de la famille algérienne —rançon de la modernité— qui se trouve dans l’obligation de fermer les deux yeux sur la qualité et la réalisation de l’équation «manger sain et équilibré» pour mieux  vieillir.  «Nos corps sont nos jardins, nos décisions, nos jardiniers, avait dit William Shakespeare et avant lui, Hippocrate qui avait  dit que notre  alimentation est notre seul médicament. C’est dire, l’importance d’opter pour un régime alimentaire, lavé de tout soupçon.  Aujourd’hui, le diabète touche de plus en plus d’Algériens,  y compris de jeunes enfants qui paient, à leur tour,  le  prix de la négligence et de l’absence de culture de prévention sanitaire de leurs parents d’une part, de leurs enseignants et du mouvement associatif, appelés eux aussi, à  s’impliquer dans l’éducation et la sensibilisation des enfants aux dangers de « l’anarchie « alimentaire,  confirmée par  une consommation excessive de confiseries et sucreries, de boissons,  des pizzas et des sandwichs perturbateurs, pour ne pas dire carrément, nocifs pour  leur santé.

Près de 2 millions d’Algériens touchés par le diabète 

 Le père, la mère, le fils ... sont  tous des proies faciles de la maladie du siècle qui fait ravage. Les statistiques font état, chez-nous de deux millions  de diabétiques. Les  médecins ont,  maintes fois,  tiré la sonnette d’alarme  remettant en cause notre alimentation et  la tendance  à la sédentarité, devenues une grande menace pour la famille et les enfants en particulier. Il faut savoir que le nombre de malades diabétiques pris en charge par la Cnas en 2017 s'élevait à 1 479 244  assurés sociaux  dont 446 596 insulino-dépendants  et 1.032.648 de type 2.
Le nombre de boîtes de bandelettes réactives importées atteignait les 8 515 869 boîtes pour un montant de  plus de 13 milliards de dinars.  Il faut noter aussi que plus de 37 milliards de dinars ont concerné  la prise en charge des antidiabétiques oraux et pour les insulines,  ce qui représente prés de 19% des dépenses destinées au remboursement du médicament.
Il faut signaler par ailleurs que les enfants n’échappent pas à cette maladie. Les unités de la santé scolaire relèvent, en effet, de plus en plus d’élèves scolarisés atteints de cette pathologie. Selon le président de la Fédération algérienne des associations de diabétiques, ce ne sont pas moins de 10.000 enfants scolarisés qui sont diabétiques, à l’échelle nationale.
Ces chiffres, à vrai dire, restent approximatifs si l’on sait que certains, adultes ou enfants, ne savent pas qu’ils sont diabétiques.
À l’heure où le diabète et ses complications restent une grande menace dans le monde entier,  l’adoption d’un régime alimentaire sain et équilibré est très recommandé pour y échapper ou du moins vivre sans courir le risque d’un pic de tension artérielle, l’amputation d’un pied ou carrément un coma.
Samia D.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions