dimanche 18 novembre 2018 03:43:32

Trump perd le contrôle de la Chambre basse : Revers électoral

Le Président américain Donald Trump s'est félicité hier que son parti ait conservé et même renforcé sa majorité au Sénat, une «grande victoire», selon le dirigeant, malgré la reconquête de la Chambre des représentants par les démocrates.

PUBLIE LE : 08-11-2018 | 0:00
D.R

Le Président américain Donald Trump s'est félicité hier que son parti ait conservé et même renforcé sa majorité au Sénat,
une «grande victoire», selon le dirigeant, malgré la reconquête de la Chambre des représentants par les démocrates.

Deux ans après la victoire choc de l'homme d'affaires, propulsé à la Maison- Blanche sans la moindre expérience politique ou diplomatique, les Américains n'ont pas généré la «vague» anti-Trump, longtemps crainte au parti républicain. «J’ai reçu tant de félicitations de tant de personnes après notre grande victoire hier soir, y compris de pays étrangers (amis) qui m'attendaient au tournant, et espéraient, sur les accords commerciaux. Maintenant, on peut tous retourner au travail et accomplir des choses !» a-t-il tweeté, mercredi à l'aube. Il a affirmé que ceux qui avaient travaillé avec lui s'en étaient «bien tirés». «Tout cela sous la pression de Médias Méchants et Hostiles.» Le dirigeant a convoqué une conférence de presse à la Maison-Blanche. Tous les résultats n'étaient pas encore connus, mais les Démocrates devraient remporter 27 sièges supplémentaires à la chambre basse du Congrès — il leur en fallait 23 pour en reprendre le contrôle, perdu en 2010. De leur côté, les Républicains ont renforcé leur courte majorité au Sénat d'au -moins deux sièges, selon les médias américains. Les Américains ont ainsi élu un 116e Congrès divisé, qui promet deux dernières années de mandat mouvementées au 45e Président des États-Unis. Habile, Donald Trump avait pris soin, ces derniers jours, de souligner avoir surtout fait campagne pour les candidats républicains au Sénat dans sa rafale de rassemblements «Make America Great Again», faute de temps, disait-il, pour les Républicains en lice pour la Chambre, beaucoup plus nombreux. Les élections de mi-mandat sont traditionnellement délicates pour le président en place. Mais la perte de la Chambre, en dépit d'excellents indicateurs économiques, reste un revers pour l'ex-magnat de l'immobilier.
R. I.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions