vendredi 16 novembre 2018 20:09:03

Célébration de la Journée Africaine de la Jeunesse à notre Forum : Le Premier Novembre, source d’inspiration

La journée africaine de la Jeunesse est, depuis 2008, célébrée le premier novembre. Elle a été proclamée et instituée à l’occasion de l’adoption de la Charte africaine de la jeunesse dans la décision du Conseil exécutif du sommet de l’Union africaine de Banjul en 2006.

PUBLIE LE : 08-11-2018 | 0:00
Ph. Nesrine T.

La journée africaine de la Jeunesse est, depuis 2008, célébrée le premier novembre. Elle a été proclamée et instituée à l’occasion de l’adoption de la Charte africaine de la jeunesse dans la décision du Conseil exécutif du sommet de l’Union africaine de Banjul en 2006. Le choix de la date n’est pas fortuit, il est le témoignage du respect de la jeunesse africaine aux valeurs universelles  de la glorieuse Révolution de Novembre dont les échos ont fortement retenti sur tout le continent noir.

La journée africaine de la Jeunesse est une occasion pour mettre en avant les jeunes du continent. Elle est surtout consacrée à la reconnaissance et à la promotion des jeunes en tant que facteurs clés de la croissance économique et du développement dans tous les domaines de la société africaine. Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec l’Association Machaal Echahid, a, en collaboration avec le Rassemblement algériens des jeunes (RAJ), organisé, hier, une rencontre sur la genèse de l’institution de cette Journée dont la finalité est de faire entendre la voix des jeunes. Le président du RAJ, Nabil Yahiaoui, a mis en avant les principes de la glorieuse Révolution de Novembre. C’est ce réservoir de hautes et nobles valeurs qui sert de modèles aux peuples opprimés. Ce qui constitue, pour les Algériens, et notamment les jeunes, dit-il, un motif de fierté. L’Algérie, a tenu à rappeler Nabil Yahiaoui, reste un pays avant-gardiste, et un pays qui n’a jamais failli à son devoir envers l’Afrique. Ses constantes inspirées de la Déclaration de Novembre ont fait de notre pays, la Mecque des Révolutionnaires et un Etat qui s’interdit toute ingérence dans les affaires des autres pays. Mais aussi celui qui apporte aide et soutien sans contrepartie. Ce qui lui vaut respect et gratitude. Pour le président du RAJ, la jeunesse africaine a à maintes occasions montré ses capacités et ses compétences qui lui permettent de contribuer à la réalisation du développement économique durable du continent et de conforter sa position au niveau international. Profitant de son passage au Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, Nabil Yahiaoui a appeler les jeunes à s'inspirer de la génération de Novembre pour réaliser le développement du continent. Et justement parce que l’Algérie jouit d’une place spéciale sur le continent africain, que la date du premier novembre, date du déclenchement d’une des plus grandes révolutions, a été choisie, pour célébrer la jeunesse africaine. Mahrez Lamari, ex-secrétaire général du Mouvement Panafricain de la jeunesse est remonté aux origines de cette Journée. Aussi, il dira que c’est lors de l’adoption de la Charte africaine de la Jeunesse en 2006, à l’occasion de la tenue du Conseil Exécutif à Banjul, qu’a été proclamée et instituée la journée africaine de la Jeunesse. La contribution de l’Algérie à la promotion de la jeunesse africaine, à travers le mouvement panafricain de la Jeunesse puis l’Union panafricaine de la jeunesse a toujours été constante, multiforme et substantielle. Présente, en avril 1962, à Conakry, à la naissance de l’organisation africaine de la Jeunesse, l’Algérie a toujours manifesté son dévouement aux causes sacrées du continent. Mahrez Lamari a par ailleurs rappelé que la consécration du premier novembre comme journée de la Jeunesse reste un témoignage éloquent de la contribution de notre pays à la promotion de la jeunesse africaine.
Dans ce sillage, il dira que l’histoire enregistre en lettres d’or la noblesse et l’engagement africain de l’Algérie. Un engagement fidèle à notre histoire et aux principes inaliénables hérités de la Révolution de Novembre et le lourd tribut que nous avons consenti. De son côté, le secrétaire général de l'Union des étudiants sahraouis, Moulay Ahmed Brahim, n’ a pas manquer de saluer la position de l’Algérie vis-à-vis de la cause sahraouie. Une position demeurée constante et un soutien infaillible durant plus de 40 ans. Pour le représentant des étudiants sahraouis, la génération de Novembre reste un modèle à suivre et une source d’inspiration pour les jeunes Sahraouis.
     L’ambassadeur d'Afrique du Sud à Alger, Denis Thokozani Dlomo, qui a pris part à la célébration a appelé «à l'exploitation des capacités que recèle le continent africain et à l'exploitation des opportunités offertes dans les différents domaines, notamment économique, et ce, à travers la création d'entreprises économiques pour la réalisation du développement durable. Pour le diplomate, l’avenir de l’Africain est entre les mains de la jeunesse africaine.
Nora Chergui

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions