dimanche 18 novembre 2018 03:46:21

M. Ziani, président de la CIPA, à propos des Droits additionnels de sauvegarde : « Tous les pays du monde protègent leur production nationale »

Quel sera l’apport principal des Droits additionnels de sauvegarde, décidés par le ministère de Commerce ? Le président de la Confédération des industriels et producteurs algériens, Abdelwahab Ziani, a souligné, lors de son intervention hier sur les ondes de la Chaîne III, que cette mesure va aider les opérateurs nationaux à récupérer un marché fortement concurrencé par les produits «venant d’ailleurs».

PUBLIE LE : 08-11-2018 | 0:00
D.R

Quel sera l’apport principal des Droits additionnels de sauvegarde, décidés par le ministère de Commerce ? Le président de la Confédération des industriels et producteurs algériens, Abdelwahab Ziani, a souligné, lors de son intervention hier sur les ondes de la Chaîne III, que cette mesure va aider les opérateurs nationaux à récupérer un marché fortement concurrencé par les produits «venant d’ailleurs».

Il est question également, précise le même responsable, de «lever l’interdiction d’importation de certaines marchandises qui se verront imposer des taxes de niveaux divers». Sur sa lancée, «l’invité de la rédaction» a tenu à préciser que cette imposition de taxes sur des produits importés n’est pas l’apanage de l’Algérie, précisant que «tous les pays du monde protègent leur production nationale». Précisons, à ce sujet, que l’Algérie a lancé une opération, baptisée «Made in Bladi», visant à revitaliser son secteur industriel et à accroître la productivité agricole, en se recentrant sur les produits de fabrication locale. Enchaînant, le président de la CIPA signale que plus d’une cinquantaine d’entreprises étrangères sont actuellement en train de créer des usines en Algérie, en s’associant à des opérateurs économiques locaux, «certaines étant déjà entrées en production».
L’autre apport de l’introduction du système de Droits additionnels est, soutien le même responsable, de permettre à la production nationale de se protéger des entreprises «moribondes», parce que malmenées par des importations «de tout et de rien», vont pouvoir «reconquérir» leur marché. Pour rappel, les modalités d’élaboration et de fixation de la liste des marchandises soumises au DAPS et les taux correspondants ont été récemment définies par un décret exécutif publié au JO n° 57. Ainsi, la liste des marchandises soumises au DAPS et les taux correspondants sont arrêtés par un comité interministériel, dénommé «Comité». Présidé par le représentant du Premier ministre, le comité est composé des représentants des ministères des Finances (impôts et douanes), du Commerce, de l’Industrie et de l’Agriculture, ainsi que du représentant de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie. Le Comité peut également associer à ses travaux tout représentant.
À noter que le ministre du Commerce, Saïd Djellab, avait annoncé, lundi, que le Droit additionnel provisoire de sauvegarde permettra aux importateurs de poursuivre leurs activités, contre le paiement de taxes variant de 120 à 150%, compte tenu de la valeur les produits introduits sur le marché Algérien. Il avait précisé que les importations de produits finis coûtaient environ 1.4 milliard de dollars aux pays, et que l’application d’un taux de 50% de droits additionnels permettra de recouvrer quelque 700 millions de dollars. Rappelons que le ministre du Commerce a tout récemment fait état d’un «travail approfondi» engagé par son département, en coordination avec les services des Douanes, en vue de contrer la surfacturation à l’importation.
 Fouad Irnatene
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions