lundi 12 novembre 2018 19:54:46

Les waâdas à Chlef : témoins de la communication intergénérationnelle

Un hymne à la culture

PUBLIE LE : 08-11-2018 | 0:00
D.R

Les waâdas à Chlef, reconnues comme témoin indéfectible du patrimoine culturel populaire et événement social à dimension religieuse, continuent de susciter le même intérêt de la part de différentes catégories d’âge de la population, reflétant ainsi l’existence d’une véritable communication intergénérationnelle, doublée d’un attachement identitaire.
Cet engouement pour ce type de festivités populaires, organisées généralement durant les périodes entre septembre et novembre, ne sont pas exemptes d’une certaine "polémique" entre partisans et opposants à cette tradition sociale.
Pour Miloud Bouazdia, professeur de sociologie et d'anthropologie des religions à l’université Hassiba Ben Bouali, les waàdas populaires ont préservé un "caractère traditionnel", qu’il cite à l’origine de l’intérêt toujours vivace des catégories sociales de tout âge pour cet événement.
"Les gens y voient généralement une certaine symbolique et non une conviction quelconque à adopter", a-t-il estimé, ceci d’autant plus, a-t-il déclaré, que la société a "acquis assez de maturité pour distinguer le licite de l’illicite".
Faisant appel à l’historique de cet événement, il a souligné sa contribution, jadis, dans la réconciliation des individus et le bon accueil légendaire des invités et des visiteurs.
En plus, cette occasion était propice au rappel des qualités et vertus d’un homme saint connu de tous, autour duquel des histoires et légendes sont tissées et des "karamates" sont rapportées, dans une sorte de référent social et religieux perpétué par tout un clan social.
Toutefois, l’engouement des jeunes d’aujourd’hui pour ce type de festivités "ne veut pas nécessairement dire qu’ils prêtent une oreille attentive à ces légendes, autant qu’ils veulent prendre connaissance des us de leurs aïeux", a observé M. Bouazdia.
Il a, également, cité à l’origine de cet intérêt "le développement des moyens de communication et la prolifération des réseaux sociaux", dont la "contribution est notable dans la préservation et perpétuation de cette tradition populaire".

Un hymne à la culture

La Waâdas de Sidi Abderrahmane (à environ 75 km du chef-lieu de wilaya), célébrée le week-end dernier après une éclipse de 25 ans, fait partie des événements les plus appréciés par la population locale, au vue de sa contribution dans la réconciliation des générations entre elles, tout en aidant à la perpétuation d’un nombre d’activités et de pratiques sportives traditionnelles, à l’exemple de la canne traditionnelle, le sport équestre, la poésie populaire et la musique bédouine.
L’engouement des gens pour les waàdas populaires "participe à la préservation du patrimoine et des us et coutumes", a encore soutenu M. Bouazdia, soulignant leur dimension socioculturelle (identitaire) et récréative, voir même religieuse, en perpétuant les valeurs d’offrande, d’entente et de générosité.
Pour Maâmar Abadlia, un des organisateurs de cette Waâdas, il s’agit là d’un "legs hérité de père en fils à partir du saint Sidi Abderrahmane".  
C’est un héritage qui a toujours été associé à la "nourriture des pauvres, des gens de passage, et des élèves des Zaouias et des écoles coraniques", a-t-il dit, outre sa contribution dans la réconciliation des gens entre eux, et le tissage de relations sociales et familiales (mariage et autres).
M. Abadlia a tenu, aussi, à saluer le sens de partage des populations de  cette région, en dépit de leur modeste situation, affirmant l’inexistence de pratiques illicites dans ces événements, tout en louant le rôle des jeunes dans leur célébration, et exprimant son souhait de le voir "reprendre le flambeau".
De nombreuses personnes approchées par l’APS, à l'occasion de cette Waâda, se sont félicitées, à l’image de Lakhdar Gharbi, du grand nombre de jeunes présents sur place, y voyant le reflet des "valeurs sociales et culturelles ancrées dans le citoyen chelfi".
Son concitoyen Maâmar a, quant à lui, souligné son "aspect récréatif" pour  les enfants de la région notamment, tout en constituant un point de  rencontre pour les amis et les proches.
"C’est une occasion pour nous rappeler les qualités et vertus du saint Sidi Abderrahmane, et de les ancrer dans l'esprit de nos enfants", a estimé, pour sa part, Lhadja Kheira( 70 ans).
En dépit des perturbations climatiques du week-end, cette Waâdas a enregistré une grande affluence d'habitants de la région et de wilayas environnantes.
L’opportunité a donné, par ailleurs, lieu à la tenue de nombreuses activités commerciales, représentées notamment par la vente de gâteaux traditionnels et d’objets — souvenirs de la région, outre l’animation de Halaquate de poésie populaire et de chants bédouis, ainsi que l’organisation de courses de chevaux, constituant l’une des attractions  majeures très appréciées par les visiteurs de cette Waàdas.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions