dimanche 18 novembre 2018 03:44:52

Rencontre avec le poète espagnol Pedro Enriquez Martinez : la beauté du verbe

La première estrade de la huitième journée du 23e salon international du livre d’Alger a donné la parole, mardi après-midi, au chantre de la poésie espagnole Pedro Enriquez Martinez.

PUBLIE LE : 08-11-2018 | 0:00
D.R

La première estrade de la huitième journée du 23e salon international du livre d’Alger a donné la parole, mardi après-midi, au chantre de la poésie espagnole Pedro Enriquez Martinez. Un artiste dont la beauté du verbe accompagne l’âme du Flamenco pour déclamer les plus beaux poèmes de l’Andalousie.
Natif de Grenade, entre l’histoire séculaire d’une ville poétique, berceau du Flamenco, Pedro Enriquez Martinez lie cette musique envoûtante à sa ville natale. «Le Flamenco est un chant profond qui émane de la poitrine, son ardeur est tellement intense que personne ne peut rester indifférent. Il dégage une espèce de sentiment unique dans le monde. Contrairement à ce que beaucoup pensent, le Flamenco n’a pas été inventé par les Gitans. Ce genre musical est enraciné chez le public andalous, les habitants de Grenade vivent avec», a-t-il souligné.  Rappelant que la poésie demeure le noyau de la création artistique, Pedro Enriquez Martinez a indiqué qu’on retrouve la poésie dans tous les arts. Et puisque chaque artiste œuvre pour changer le monde, le poète à appelé l’ensemble des artistes du monde à travailler dans la même perspective pour œuvrer à vivre dans un monde moins violent et plus tolérant. «L’union de toutes les expressions artistiques est nécessaire pour dialoguer et nous rapprocher. Pour changer le monde, il faut traduire la volonté artistique à une réalité sociale », a-t-il lancé.
Engagé dans la communauté, défenseur du vivre ensemble, de la tolérance entre les religions monothéistes et le respect des croyances, Pedro Enriquez Martinez assiste aux nombreux festivals de poésie et congrès. Il dirige une revue littéraire et travaille avec des prisonniers dans des ateliers d’écriture. Il a été parmi les membres fondateurs de la Maison de sagesse à Grenade. «Nous considérons que la sagesse est vraiment nécessaire de nos jours. Je me suis réuni, avec d’autres intellectuels de la ville, pour que chacun apporte sa pierre à l’édifice, que chaque réflexion compte, dans cette excellente expérience humaine et spirituelle. Un jumelage a vu récemment le jour dans la ville de Fès au Maroc. Ce n’est pas un jumelage entre les mairies des deux villes, mais plutôt un rapprochement spirituel entre deux villes ancienne», a-t-il confié.
Rappelant le plus important élément d’un poète : sa capacité à transmettre des émotions à travers ses vers, Pedro Enriquez Martinez a gratifié l’assistance de plusieurs poèmes mélodieux traitant de l’espérance, l’amour et le rêve.
Kader Bentounès

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions