lundi 12 novembre 2018 19:49:48

Conférence de presse conjointe Conte-Ouyahia : Les relations bilatérales et la Libye au cœur des entretiens

L’Algérie participera à la conférence de Palerme

PUBLIE LE : 06-11-2018 | 0:00
Ph. Nacéra I.

La visite du Président du Conseil des ministres italien, Guiseppe Conte, a permis, a déclaré le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, lors de la conférence de presse conjointe de passer en revue les relations bilatérales entre les deux pays et d’évaluer leur qualité et leur volume.

Renforcement des relations économiques  

Elle a aussi permis aux deux parties d’exprimer leur volonté d’exploiter les opportunités de partenariat qui se présentent dans nombre de secteurs, dont l’industrie et l’énergie. Ces opportunités existent dans le cadre de la politique de diversification de l’économie algérienne. Cette visite devra aussi permettre à l’avenir le renforcement de la coopération entre les deux ministères de l’Intérieur dans le domaine sécuritaire et la lutte contres le crime. «Nous nous sommes entendus sur cela», a indiqué M. Ouyahia. De son côté, le président du Conseil des ministres italien, Guiseppe Conte, fera part de son souhait  de voir sa première visite en Algérie aboutir à l’intensification les relations bilatérales qualifiées «de très constructives». L’Algérie, rappellera M. Conte, est le premier partenaire commercial en Afrique et dans la région MENA. Il dira ainsi son souhait de  voir ces relations prendre une nouvelle dimension, notamment grâce aux secteurs de l’énergie et des infrastructures. Le président du Conseil des ministres italiens exprimera aussi son souhait de voir le volume des échanges, qui était en 2017 de 8 milliards de dollars,   augmenter et arriver à 10 milliards.   Cette augmentation est possible, selon lui, dans la mesure où l’Italie se dit prête à investir en Algérie. La politique de diversification de l’économie mise en œuvre par l’Algérie, selon M. Conte, ouvre de nouvelles perspectives.

L’Algérie participera à la conférence de Palerme

Outre les relations bilatérales, le  dossier libyen a eu la part du lion des entretiens de trois heures entre les deux hommes. L’occasion pour M. Ouyahia de réitérer la position de l’Algérie qui sera présente à la conférence sur la Libye organisée à l’initiative de l’Italie les 12 et 13 novembre à Palerme. Le Premier ministre soulignera la grande volonté  de l’Algérie de faire de cette conférence une réussite pour soutenir les Libyens et leur permettre de parvenir à une solution pacifique dans les plus brefs délais. Interrogé par un journaliste italien sur qui représentera l’Algérie à cette conférence, M. Ouyahia répondra que la désignation du représentant relève des prérogatives du Président de la République dans la mesure où l’invitation lui a été adressée. La délégation qui se  rendra  à Palerme fera néanmoins en sorte de contribuer à sa réussite et de celle de la solution politique de manière à satisfaire les Libyens. Pour M. Ouyahia la position de l’Algérie ne souffre aucune ambigüité. Elles se fondent sur  deux aspects. Une approche inclusive  et le soutien aux efforts de l’ONU.  Pour sa part, M. Conte  qui soulignera que la question libyenne a été évoquée longuement avec le Premier ministre, M. Ouyahia, M. Conté dira que la présence de l’Algérie à la conférence de Palerme était souhaitée par l’Italie dans la mesure où l’Algérie est pleinement impliquée dans la recherche d’un consensus entre les parties libyennes et que l’adhésion de l’Algérie à l’initiative italienne  participe de ce consensus. Il indiquera aussi que les deux pays partagent les mêmes objectifs à savoir permettre un dialogue inclusif et assurer la mise en œuvre du processus  politique sous l’égide de l’ONU.

Seulement 900 migrants algériens en situation irrégulière en Italie

Pour ce qui est de la question des migrants algériens se trouvant en Italie, le Premier ministre rappellera que sur le sol italien quelque 40.000 Algériens vivent de manière légale et que 900 seulement  sont en situation irrégulière. Toutefois, dira le conférencier, l’Algérie est disposée à rapatrier ses ressortissants à la condition que l’illégalité de leur situation et leur   identification en tant qu’Algériens  soient dûment prouvées. Dans ce sens il indiquera que l’Algérie est liée à quelques pays par des accords de rapatriement qui datent de plus de 25 ans. «Nous n’avons aussi, dira-t-il, aucune campagne de rapatriement organisée avec un pays tiers, comme cela a été rapporté par certains titres à l’occasion de la visite de la chancelière allemande». Selon lui «Il y a un travail continu et des Algériens sont rapatriés régulièrement». Quant à savoir par quels moyens  mettre un terme au départ de ces migrants vers l’Europe, M. Ouyahia dira que «le retour à la stabilité en Libye et la mise en œuvre de programmes de développement sont deux facteurs à même de contribuer au tarissement des départs ».
 Pour ce qui est de l’ouverture de centres de rétention en Algérie, il réitérera la position de refus de l’Algérie. Pour sa part, le président du Conseil des ministres italiens estimera qu’il faudra, s’agissant de cette question, «une gestion intégrée des flux migratoires» et appellera une nouvelle fois à une responsabilité partagée. Il indiquera que la coopération avec l’Algérie sur cette question est positive. Des résultats positifs ont été enregistrés, selon lui. Il se dira aussi ravi de la coopération dans le domaine sécuritaire, tout en souhaitant son renforcement pour affronter les défis communs qui se posent aux deux pays, comme le crime et la traite de personnes.         
 Nadia Kerraz

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions