mercredi 16 janvier 2019 14:29:28

Questions orales au Conseil de la Nation : Habitat, transports et agriculture

Le Conseil de la nation a abrité, jeudi, une séance plénière présidée par Mme Nouara Saidia Djaâfar, vice-présidente du Conseil. La séance a été consacrée aux questions orales adressées aux membres du gouvernement, chargés des secteurs de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, et des Travaux publics et des Transports.

PUBLIE LE : 20-10-2018 | 0:00
Photos. : Louiza M.

Le Conseil de la nation a abrité, jeudi, une séance plénière présidée par Mme Nouara Saidia Djaâfar, vice-présidente du Conseil. La séance a été consacrée aux questions orales adressées aux membres du gouvernement, chargés des secteurs de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, et des Travaux publics et des Transports.

OPGI
 recouvrement de 33% seulement des loyers des logements sociaux

«Le taux de recouvrement des loyers des logements sociaux par les Offices de promotion et de gestion immobilières (OPGI) ne dépasse pas les 33% à l'échelle nationale, et ce, en dépit du prix symbolique de location oscillant entre 1.500 DA et 2.800 DA ; cette formule étant subventionnée et profitable aux familles à faibles revenus», a souligné le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.
M. Abdelwahid Temmar,  qui s’exprimait en réponse à une question orale posée par le sénateur Rachid Boushaba sur le manque de guichets de recouvrement relevant des OPGI, pour permettre aux citoyens occupant des logements sociaux de payer leurs loyers dans les délais impartis, a également fait remarquer que la plupart des cités disposent de guichets et d'Agences chargées de la gestion immobilière de proximité, évoquant, dans ce contexte, les caisses relevant des OPGI situées au niveau de la plupart des agglomérations. Il fera savoir ,d’autre part, que la wilaya d'Alger compte à elle seule pas moins de 72 guichets consacrés au recouvrement des loyers, assurant un service régulier tous les jours de la semaine, à l'exception du vendredi. Le ministre reconnaît, toutefois, l'absence de ces guichets dans «certaines cités» où «leur éloignement» ; le guichet le plus proche se trouvant à 10 km des lieux d’habitations. Cela dit, poursuit le ministre, l'ouverture de nouveaux guichets exige des moyens humains et matériels ainsi que des charges supplémentaires, difficiles à couvrir par les OPGI, «d'autant que leurs montants dépassent celui des loyers recouvrés au niveau de ces guichets», relève le ministre. Remarque à retenir, le secteur de l’Habitat œuvre actuellement à «surmonter le problème du recouvrement des loyers, à travers la mise en place d’une série de mesures, outre des instructions adressées aux OPGI afin d’améliorer le fonctionnement des services chargés du recouvrement des loyers, et l’ouverture de nouvelles agences, notamment dans les nouvelles cités». Il est à noter dans ce cadre qu’il est prévu notamment «la révision des heures de travail des services chargés du recouvrement des loyers pour permettre aux locataires de s’acquitter de leurs loyers aux heures qui leur conviennent, notamment durant les vacances et les après-midi». Le ministre met l’accent aussi sur l’importance de l’intensification des visites périodiques par les services des OPGI au niveau des cités et agglomérations. Par ailleurs, et dans le cadre de la modernisation de l'administration relevant du secteur et de tous les établissements sous tutelle, les OPGI œuvrent à la mise en service d’applications de paiement à distance dans le souci de faciliter les procédures et éviter les contraintes du déplacement aux locataires.
En réponse à une autre question portant sur «les mesures prises aux fins de mettre un terme à la passation de marchés et l’attribution de projets relevant du secteur, selon la formule de gré à gré, M. Temmar a expliqué qu’il est question en fait d’une formule «exceptionnelle» à laquelle il est possible de recourir dans certains cas, notamment urgents, après l'accord préalable du gouvernement. La passation de marchés au «gré à gré simple» est une formule qui a été adoptée par le gouvernement, et plus précisément le département dirigé par M. Temmar, dans le cadre du parachèvement des grands programmes de logement afin de réduire les délais d’attente et rattraper ainsi le retard accusé lors de la réalisation. Cette formule s'impose lors des projets «urgents», après approbation des walis, d'autant que le choix des entrepreneurs et des entreprises de réalisation se fait sur leur proposition, a précisé le ministre.
S. G.

Extension du tramway d’Oran
Dégel du projet dès la disponibilité des moyens financiers

Le ministre des Travaux publics et des Transports a révélé que le projet d'extension du tramway d'Oran sera dégelé, une fois les ressources financières disponibles.
M. Abdelghani Zaâlane, qui répondait à une question d’un membre du Conseil de la Nation, et tout en rappelant qu’après avoir choisi l'entreprise chargée de la réalisation de l'extension du tramway d'Oran depuis 3 ans, le projet a été gelé en raison de la conjoncture financière difficile qu'a connue le pays, a assuré de la détermination du secteur à relancer cette opération dès que possible. «Nous sommes déterminés à relancer cette opération une fois les moyens financiers disponibles», a déclaré le ministre.
Il convient de rappeler ici que le projet d'extension du tramway d'Oran (18,7 km) vise à atteindre une distance de 53 km en réalisant 3 nouvelles lignes qui s'ajouteront à la ligne actuelle reliant Sidi Maarouf (est d'Oran) à l'université d'Essénia, passant par 32 stations dont la majorité se trouve près de zones «très fréquentées», à l'image du centre ville. Il s'agit de nouvelles lignes reliant la ligne actuellement exploitée à l'université Belgaïd (est d'Oran) et à l'aéroport international d'Essénia Ahmed-Ben-Bella outre les zones situées à l'ouest du groupement urbain d'Oran qui abritera le projet de réalisation de la nouvelle ville.
M. Zaâlane a par ailleurs annoncé que «la nouvelle aérogare de l'aéroport international d'Oran «Ahmed-Ben-Bella», sera réceptionnée avant celle d'Alger». Ce projet, dont la réalisation a été assignée à l'entreprise «COSIDER», contribuera grandement au renforcement des infrastructures modernes de transport aérien dans la wilaya d'Oran, mais aussi au développement de la dynamique socioéconomique à l'Ouest du pays.
Une fois réceptionnée et mise en service, la nouvelle aérogare de l'aéroport international d'Oran «Ahmed-Ben-Bella» devrait assurer le transport de quelque 3,5 millions de voyageurs par an au lieu d'un million actuellement, avec la possibilité de son extension à l’avenir pour atteindre 6 millions de passagers par an, a-t-on précisé.
En réponse à une autre question sur le projet d'extension du port de Dellys (Boumerdès) et sa réhabilitation pour qu'il soit un port commercial relié au réseau du transport ferroviaire et aux chemins de wilayas (CW24) et (CW25), le ministre a mis l’accent sur le fait que « toutes ces préoccupations seront prises en considération dans le cadre des propositions apportées par le projet de loi de finances 2019».
 Il faut savoir que des travaux de réhabilitation, d'extension et de réorganisation selon les normes internationales, ont été effectués au niveau de ce port pour améliorer ses prestations et qu’actuellement, «plus de 2.000 opérateurs utilisent cette infrastructure». s’exprimant ensuite pour répondre à une troisième question relative, cette fois, au manque enregistré en matière de transport aérien pour les citoyens de la wilaya de Ghardaïa, le ministre a souligné qu'une mesure d'urgence et conjoncturelle a été prise, pour combler ce manque, en mobilisant des avions long courrier, notamment en début et en fin de semaine, où est enregistré un pic de demande.
    S. G.

Filière de l’élevage camelin
Création du Conseil national des professionnels


Il sera procédé prochainement à la création du Conseil national des professionnels de la filière de l'élevage camelin pour préserver cette espèce animale et la protéger. C’est l’annonce faite, jeudi, par le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, M. Abdelkader Bouazghi.
Le ministre, qui s’exprimait lors de cette séance plénière au Conseil de la Nation, en réponse à une question posée par un sénateur, a déclaré dans ce cadre que « l'Etat est conscient de l'importance de cette espèce animale, son rendement économique et ses dimensions culturelles».
Poursuivant ses propos, il notera que le secteur qu’il dirige «tend à la préserver à travers une décision qui prévoit la création prochaine d'un Conseil national des professionnels de la filière de l'élevage camelin, ce qui contribuera à l'organisation et la promotion de cette filière à l'image des autres filières agricoles», a-t-il affirmé.
Le ministre insistera aussi sur le fait que le rendement du secteur de la faune contribue graduellement à la réalisation de l'autosuffisance en matière de viandes rouges (ovins) et blanches (volaille), tandis que les viandes rouges (bovins) enregistrent encore quelques insuffisances.
Relevant ensuite que « les filières animales ont enregistré un développement notable au niveau national lors de ces dernières années», le ministre notera que le cheptel national camelin s'élève à 434.000 têtes dont 250.000 camelles, alors que celui des ovins a atteint 28 millions de têtes dont 17 millions de brebis outre 2,5 millions de têtes bovines.
S’exprimant plus particulièrement sur la wilaya de Bechar, le ministre évoque notamment le rendement du secteur dans cette wilaya et fera savoir que Bechar compte actuellement 21.626 agriculteurs, alors que la valeur de la production agricole réalisée en 2017 a dépassé les 14 milliards de dinars. S’agissant de la faune, « la wilaya de Bechar compte 29.220 têtes, dont 24.899 camelles, 258.775 têtes ovines, 196.700 brebis et 176.727 chèvresé, selon les chiffres communiqués par le ministre qui met en relief que cette richesse de la faune « permet à la wilaya de produire 47.000 tonnes de viandes rouges par an».
Le ministre, qui s’est longuement exprimé sur l'importance « des investissements consacrés aux régions du Sud», notamment la protection et le développement de la faune dans le cadre du programme de soutien et du renforcement du secteur de l'agriculture, décidé par le Président de la République, a évoqué les questions de l'accompagnement des éleveurs par les services de l'agriculture de wilaya et leur encouragement afin de protéger ces espèces, développer la production et encourager la création des laiteries, outre la subvention des éleveurs en orge, le suivi du programme de vaccination des animaux contre les épidémies et les maladies.
 En fait, toutes « ces démarches sont à même de contribuer à la garantie de la sécurité alimentaire du pays, devenue aujourd'hui une priorité pour le gouvernement», a-t-il soutenu.
 Soraya G.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions