mercredi 12 dcembre 2018 00:36:14

La présidente de l’Association Iqraa, invitée de notre Forum : « Notre soutien total au président de la république »

Le projet de construction d’un centre d’alphabétisation, de formation et d’insertion des femmes baptisé AFIF, à Alger, n’a pas abouti, en raison du non-octroi du permis de construire.

PUBLIE LE : 11-10-2018 | 0:00
Ph. : A. Asselah

La Rentrée des Classes d’Alphabétisation  placée sous le thème « l’Alphabétisation  et le renforcement des compétences ».

La stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme, initiée en 2006 par le Président de la République, a permis un net recul du taux d’illettrisme. Ce chiffre est passé de plus de 22% à 09,44% à échelle nationale. C’est une des raisons qui poussent l’association Iqraa à appeler le Chef de l’État à poursuivre sa noble mission à la tête du pays. L’appel a été lancé, hier, au Forum d’El Moudjahid.

L’Association de lutte contre l’analphabétisme, sous la direction de Mme Aicha Barki, soutient la poursuite de l’œuvre du moudjahid Abdelaziz Bouteflika qui a généré la paix, la réconciliation nationale, des avancées remarquables dans les domaines économiques et sociales et surtout l’adoption de stratégies nationales,  notamment celle visant l’éradication de l’analphabétisme. Une initiative qui a permis à des millions d’Algériens d’être affranchis de l'illettrisme. Cette année, le taux d’anaphabètes a baissé. 9,44% en général, 7,44 % chez les femmes, et 11,16 chez les hommes. Ce qui fera dire à Mme Barki, que des batailles ont été gagnées, et que le combat contre ce fléau se poursuit. Aujourd’hui, le challenge de l’Association Iqraa est de lutter contre la déperdition et le décrochage scolaires. Grâce un grand travail de sensibilisation les classes d’alphabétisation ne désemplissent pas. Dès le 1er septembre dernier, des portes ouvertes ont été organisées, suivies par la Rentrée des classes (lancement officiel à Tindouf), le 8 septembre, coïncidant avec la journée mondiale de Lutte contre l’analphabétisme. Le nombre de nouveaux inscrits, à travers toutes les wilayas est de 90.000 (l’association active dans les centres pénitentiaires de 21 wilayas) et dont la moyenne d’âge se situe entre 15 et 49 ans. L’Association est présente dans 1352 communes, a placé, cette rentrée sous le thème « l’alphabétisation et le renforcement de compétence «, une thématique décidée par l’Unesco et surtout une approche adoptée par Iqraa. Pour Mme Barki, l’alphabétisation qualifiante est déjà engagé par le ministère de la Formation professionnelle, elle sera la réponse adéquate au problème de déperdition scolaire. Dans cette optique, l’Association est en phase de signer un convention avec la Fédération nationale des Parents d’élèves. Cette rentrée c’est aussi ces 16 classes de l’enseignement de tamazight (459 apprenants). Si le tableau peut paraître élogieux, le problème se pose pour les encadreurs contractuels, qui demandent une réelle prise en charge, notamment ceux qui ont passé plus de 20 ans dans ce «métier», même s’il n’est pas à plein temps, c’est leur engagement qui a permis de relever le défi d’être au diapason des objectifs du Millénaire. L’Association Iqraa, est connu pour son travail en partenariat avec un grand nombre d’institutions. Des publications ont été éditées et toutes ont abordé des sujets qui traitent de la vie quotidienne, on peut citer la citoyenneté, l’intérêt général, les accidents domestiques… Mme Barki, a annoncé, que le premier trimestre de l’année 2019, sera marqué par la tenue de l’Assemblée générale de l’Association, où le point le plus important concernera le changement de nom de l’Association au regard des nouvelles missions et objectifs. Cette journée de sensibilisation, organisée au Centre de presse d’El Moudjahid ; pour plaider encore une fois le statut d’association d’utilité publique et aussi revenir sur le projet de construction d’un centre d’alphabétisation, de formation et d’insertion des femmes baptisé Afif. Un projet qui revêt un caractère caritatif, qui a su convaincre des donateurs, mais qui n’arrive pas à voir le jour en raison d’entraves bureaucratiques (problème de permis de construire non délivré par les services de la wilaya d’Alger. il faut savoir si ce projet est finalisé il viendra en ajout aux 15 autres déjà réalisés, répartis sur tout le territoire national, et dont l’utilité n’est plus à prouver.
Nora Chergui
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions