mercredi 17 octobre 2018 16:11:57

Célébration de la journée mondiale de la santé mentale : L’impératif de la sensibilisation

L’importance de la bonne santé psychologique de la femme a été soulignée par tous les intervenants ayant pris part, hier, à la conférence-débat organisée au centre culturel islamique, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la Santé mentale.

PUBLIE LE : 10-10-2018 | 0:00
Ph. Louiza M.

L’importance de la bonne santé psychologique de la femme a été soulignée par tous les intervenants ayant pris part, hier, à la conférence-débat organisée au centre culturel islamique, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la Santé mentale. «La femme est la colonne vertébrale de la société. Si elle se brise c’est la société qui se brise», a d’emblée relevé la représentante de l’Union Nationale des Femmes Algériennes (UNFA) de la daïra de Sidi M’Hamed, organisatrice de l’événement. Poursuivant ses propos Mme Fatiha Mouassala mettra en exergue le fait que : « S’il y a une faille, chez la femme, c’est l’ensemble de la société qui se détériore», et d’ajouter : «C’est à ce titre, que je dis souvent, que la santé de la femme c’est avant tout la santé de toute la société. Il ne faut jamais oublier que c’est elle qui accompagne les générations montantes». En somme l’oratrice soutient que : «La société ne peut être en bonne santé que par l’entretien de la santé de la femme».
Conviée à s’exprimer pour sa part sur la thématique consacrée à la femme algérienne et sa relation avec la santé psychologique et mentale, Mme Farida Harikane, experte en développement humain a,; de prime abord, expliqué que la thématique peut être traitée sur plusieurs angles. «On peut la considérer comme un problème de santé, comme un phénomène de société ou comme un problème qui peut être soigné par la foi. La femme est un pilier au sein du foyer», considère la spécialiste mettant l’accent sur le fait que si la femme est malade c’est le foyer qui est malade. «Saviez-vous que lorsqu’une maman est triste, cela a un impact direct sur la journée de son enfant», a-t-elle rappelé. L’intervenante a également insisté sur le fait que la maladie mentale ne doit pas être un tabou et que le malade ne doit pas être marginalisé.
C’est à ce titre que le Pr. Tabti soutient, en sa qualité de psychiatre, qu’il existe une corrélation entre le comportement suicidaire et la maladie mentale. Pour le praticien, «80% des cas de suicide chez les enfants et les adolescents démontrent que ceux-ci souffrent d’une maladie mentale diagnosticable». Selon lui, les principaux facteurs de risque des tentatives de suicide en Algérie sont essentiellement dus à l’échec scolaire et même que l’existence d’antécédents personnels. Le spécialiste souligne, notamment, la très grande importance des facteurs liés au milieu familial à l’image des conflits et des violences intrafamiliales.
Dans ce contexte il convient de signaler que la promotion de ce problème de santé publique a été inscrite parmi les grandes priorités des autorités nationales. Notre pays a d’ailleurs, souscrit à la Déclaration mondiale sur les maladies non transmissibles, adoptée en septembre 2011, lors de la réunion de haut niveau des Nations unies à New York, et adhère au plan d’action global pour la santé mentale 2013-2020 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le département de la santé a, donc, opté, comme préconisé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour une approche plus basée sur la primauté du préventif que sur celle du curatif. C’est dans cette droite ligne que plusieurs actions ont été déjà engagées, et qui se sont traduites par la création d’une sous-direction de la promotion de la santé mentale dans l’organigramme du ministère, à l’effet de traduire organiquement l’intérêt particulier porté à cette dimension de la santé. La nouvelle loi sanitaire renforce les dispositions relatives à la protection des personnes atteintes de troubles mentaux et à la promotion de la santé mentale.
La conférence-débat a pris fin par la lecture d’un poème, en langue amazigh, déclamé par Hacène Begriche. Ce poème est un hommage appuyé sur le rôle de la femme est pas de n’importe laquelle ; celui de la mère, rappelant sa contribution indéniable dans la préservation de la bonne santé et du bon équilibre de ses enfants et de son foyer. Il faut rappeler que la journée internationale de la Santé mentale est célébrée, chaque année, le 10 octobre pour sensibiliser le grand public sur la santé mentale et contre la stigmatisation. Elle fût célébrée pour la première fois en 1992 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Sami Kaidi
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions