mardi 16 octobre 2018 10:07:25
D.R

L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à Alger, Abdelkader Taleb Omar, a estimé que la reprise des négociations sur le conflit du Sahara occidental, début décembre prochain à Genève, constituait un «acquis» pour la cause sahraouie «en tant que question de décolonisation, et non un conflit régional».

Dans une déclaration lundi à l'APS en marge de la célébration du 56e anniversaire de la diplomatie algérienne, l'ambassadeur sahraoui a indiqué que les négociations entre les parties au conflit (Maroc et Front Polisario), auxquelles a appelé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guteress, constituait une valeur ajoutée à la lutte du peuple sahraoui pour le recouvrement de sa souveraineté et non un "conflit régional" comme prétend l'occupant marocain. M. Abdelkader Taleb Omar a fait savoir que la tenue de nouvelles négociations intervenait à l'issue d'une rupture due à de grands obstacles, rappelant que le dernier round a eu lieu en 2012 à Manhasset. Selon le diplomate, la partie sahraouie s'attend à ce que le Maroc "participe, sans tergiversations, ni manœuvres, aux négociations auxquelles a appelé M. Guterres et son envoyé personnel, Horst Köhler, et respecte la dernière résolution du Conseil de sécurité onusien 2414 qui constitue, a-t-il ajouté, le "principal défi" devant tracer les contours de la prochaine étape pour le règlement du conflit sahraoui. L'ambassadeur sahraoui a exprimé le souhait que la participation du Maroc à ce round soit "sérieuse", loin des tergiversations et de l'obstination marocaines, afin de permettre la mise en £uvre de la résolution du Conseil de sécurité 2414 qui consacre le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. M. Abdelkader Taleb Omar a réaffirmé que l'objectif de ce round était "l'application de la résolution 2414 qui prévoit l'organisation de négociations, sans conditions préalables, pour assurer au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination et à l'indépendance". Le diplomate sahraoui a estimé nécessaire que la communauté internationale, notamment le Conseil de Sécurité, exerce des pressions sur la partie marocaine et s'oppose, cette fois-ci, à la poursuite des manœuvres auxquelles nous a habitué le Maroc, par crainte d'un isolement et d'une condamnation internationale d'une part et en vue de se soustraire à la légalité internationale, d'une autre part." L’émissaire onusien, Horst Köhler, compte accélérer la relance de négociations directes entre le Front Polisario et le Maroc, en mettant à profit les premiers pourparlers de Genève, prévus en décembre prochain, pour discuter des prochaines étapes du processus onusien. L’envoyé personnel du SG de l’ONU a été explicite et suffisamment clair sur l’objectif de ces pourparlers, en indiquant dans les invitations adressées aux parties au conflit, qu’ils visaient à "discuter des prochaines étapes pour relancer le processus politique et à évaluer les développements enregistrés depuis l'arrêt du processus de Manhasset en 2012".

Réunion des pays contributeurs à la Minurso, hier à New York

Le Conseil de sécurité a consacré hier une réunion aux pays contributeurs de troupes à la Minurso (Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental) alors que l’organe onusien s’apprête à proroger le mandat de cette mission le 29 octobre. La réunion sera suivie, jeudi, par un briefing au Conseil de sécurité sur la mission onusienne. Le chef de la Minurso, Colin Stewart, qui sera accompagné par un responsable du département des affaires politiques, devrait informer le Conseil des activités de la Minurso, selon l’agenda prévisionnel du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre. La mission onusienne qui siège à Laâyoune, compte un effectif de 467 fonctionnaires, dont 245 militaires comprenant les contingents, les experts en mission et les officiers d'état-major. Les principaux pays qui fournissent des contingents à la Minurso sont le Bangladesh, l’Egypte, la Russie, le Pakistan, la Chine, le Honduras, le Brésil, le Ghana, la Croatie et la Hongrie. Par ailleurs, les deux séances de discussions au Conseil de sécurité précèderont les tractations autour de la prorogation de la mission prévues dans les prochains jours. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a invité le Conseil de sécurité à proroger le mandat de la mission d’une année, affirmant qu’elle demeurait "un élément clé des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique juste du conflit qui garantit l'autodétermination du peuple sahraoui". Cependant, la durée de la prorogation du mandat sera au centre des débats du Conseil cette année. Les Etats-Unis ont précisé en avril dernier que l’écourtement du mandat de la mission vise à ramener les parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc, à la table des négociations dans un délai de six mois et à en finir avec le statut quo au Sahara Occidental. Une démarche qui n’était pas du goût de la France, qui avait, alors, déclaré que le renouvellement de six mois devait rester une exception, avançant que le maintien d’un cadre annuel garantissait la stabilité des opérations de maintien de la paix. Selon des sources proches du dossier, les Etats-Unis ne sont pas prêts à lâcher du lest sur cette question, estimant que c’est le seul moyen d’appuyer le processus politique et de mettre fin à ce conflit qui dure depuis plus de 40 ans. De son côté, le SG de l’ONU qui a plaidé pour le maintien de la Minurso, a rendu dans ce rapport préliminaire les premiers résultats de l’examen indépendant mené sur les activités de la mission par l’ancienne représentante spéciale de la Minusca (Mission de l'ONU) en Centrafrique, Diane Corner. Si le rôle de la MINURSO a été décisif dans la prévention des conflits, il n’en demeure pas moins que ses capacités techniques doivent être améliorées afin de prévenir certaines crises sur le terrain à l’instar de celle survenue à El Guergarat, a conclu le rapport.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions